45A

Pour ce nouveau Track-by-track, un disque mythique, sorti en 1979, le dernier album d'AC/DC avec leur légendaire chanteur paillard Bon Scott : Highway To Hell. Ce disque, produit par Robert John 'Mutt' Lange (qui produira les deux suivants aussi) est un des plus connus du groupe, voire le plus connu. Essentiellement pour deux choses : sa chanson-titre et le fait que ça soit le dernier avec Bon Scott, mort en février 1980, à l'arrière d'une bagnole, à Londres, étouffé par son vomi, dans un état d'alcoolémie tellement énorme qu'il l'a plongé dans le coma. Mort rock'n'roll et dégueulasse. Au risque d'en choquer quelques uns, et même si j'aime beaucoup cet album, je suis dans l'obligation de dire que je ne vais pas être totalement gentil avec lui. Pour moi, ce n'est pas le sommet du groupe, ni de la période Bon Scott (c'est Powerage), ni du groupe tout court (Back In Black, que j'aborderai ici un jour dans la catégorie). Mais cet album cultissime, que voici, est quand même remarquable et conseillé !

Highway To Hell : Le souci principal des albums d'AC/DC (et d'autres groupes), c'est qu'ils s'ouvrent quasiment tous (oui, en fait, tous !) sur leur chanson la plus grandiose, la plus marquante. Qui est, souvent (mais pas toujours, ce n'est pas le cas pour Black Ice, Back In Black, The Razors Edge ou Ballbreaker), leur chanson-titre. C'est le cas ici. Highway To Hell s'ouvre donc sur Highway To Hell, une des chansons les plus mythiques et connues de l'histoire du rock, et une des meilleures aussi. Aussi une des meilleures d'AC/DC, mais on s'en serait douté un peu, merci. Riff mortel, chant mortel, paroles mortelles, solo mortel...il n'y à que la durée, petite (3,25 minutes), qui ne soit pas mortelle. Une chanson grandiose, et la meilleure de l'album avec la dernière (qui est d'un tout autre style). Après une telle chanson, le reste de l'album, bien que souvent efficace comme un coup de boule, semble moins réussi. Dans un sens, il l'est !

Girls Gor Rhythm : Excellente chanson, qui pourrait sembler basique et décevante car placée après un sommet absolu. Mais il n'en est rien. Chanson un peu machiste, rien que le titre est un poème, et du riff à l'interprétation, en passant par les choeurs (il y en à peu, chez AC/DC, d'aussi structurés que sur Girls Got Rhythm, au passage), cette chanson très énergique est une vraie réussite. J'adore !

Walk All Over You : Très bluesy et sombre, assez longue (5 minutes), Walk All Over You est une pure réussite supplémentaire. Rien que le riff introductif suffit à classer la chanson parmi les meilleures de Highway To Hell (sans doute la troisième meilleure), et le chant de Scott est ici un peu menaçant, moins 'trivial' que d'ordinaire. Assurément un sommet de hard-rock, mais aussi, quelque part, de blues-rock, comme la dernière de l'album. Immense.

Touch Too Much : D'apparence très pop, Touch Too Much est encore une fois une totale réussite, assez inhabituelle pour AC/DC (parce que vraiment très pop dans l'âme, rien que l'intro est éloquente). Le genre de chanson pour laquelle il n'y à rien à dire, ça reste en tête durant toute la journée, c'est entêtant, entraînant, totalement jouissif, franchement bien foutu. Immense, encore une fois. Mais, après ce titre, ça se gâte un petit peu...

Beating Around The Bush : Autant les quatre premiers morceaux de la face A sont remarquables, autant ce Beating Around The Bush qui l'achève est médiocre. Oui, médiocre. Franchement, ce morceau finit mal cette première face. Si cette face se serait achevée avec, on va dire, le morceau suivant, ça aurait été parfait. Là, mis à part le riff d'intro (qui est parfait), on s'ennuie fortement durant ce morceau banal comme c'est pas permis...

Shot Down In Flames : La face B s'ouvre sur une chanson bien efficace et réussie, et heureusement, car Beating Around The Bush laissait une sale impression en fin de la précédente face. Riff bien saignant, Bon Scott en forme olympique, excellente production back to the bone de 'Mutt' Lange (à la base, l'album devait être produit par Eddie Kramer, une légende du rock, mais il y aura des divergences d'idées entre Kramer et le groupe, qui décidera de le virer et d'engager 'Mutt' Lange à la place, ils ont bien fait). Shot Down In Flames est une excellente chanson. C'est malheureusement une des seules grandes chansons de la seconde face avec Night Prowler...

Get It Hot : C'est la chanson la plus courte de l'album, avec 2,30 minutes, et c'est aussi une des moins réussies. Pas forcément à cause de sa courte durée (dans un sens, tant mieux que Get It Hot soit aussi courte !), mais à cause de sa profonde banalité, c'est assez bourrin et franchement pas aussi réussi que le reste. Encore une fois, le riff et la voix de Bon font tout, mais ici, c'est quand même vachement moyen, limite chiant...Anecdotique, quoi. C'est, dans un sens, pire que si c'était nul à chier.

If You Want Blood (You've Got It) : Ca m'a toujours fait rigoler, le titre de cette chanson. Pas parce qu'il est drôle en soi ('si tu veux du sang, tu en auras', il y à plus fendard comme titre), mais parce que c'est aussi le titre du monumental live sorti un an plus tôt, leur album précédent d'ailleurs (juste après Powerage). Je ne sais pas le pourquoi de ce titre identique : la chanson date-t-elle de cette période et son titre aurait été utilisé pour nommer le live ? Ou bien, a-t-elle été faite après la sortie du live, et le groupe l'aurait faite parce que le titre de leur live leur plaisait bien et appelait à une chanson du même nom ? Quoi qu'il en soit, sans être aussi médiocre que la précédente chanson et que la suivante, If You Want Blood (You've Got It) est assez banale, encore une fois. Mais pas trop moyenne. Dans un sens, ça peut passer !!

Love Hungry Man : Bof, bof, bof... Le moins que l'on puisse dire sur Love Hungry Man, c'est que malgré son riff très efficace, cette chanson fait partie des moins intéressantes de tout l'album, avec Get It Hot et Beating Around The Bush. C'est un peu ennuyeux, répétitif (alors que la musique d'AC/DC est rarement originale, c'est donc un peu chiant et ridicule de dire que cette chanson est répétitive, ça fait vraiment pourri à dire, mais c'est le cas). Ici, la sauce ne prend pas malgré le riff, et malgré Bon Scott.

Night Prowler : Avec 6,20 minutes, Night Prowler ('le prédateur de la nuit') est la plus longue des chansons de l'album, et assurément une des toutes meilleures. Ici, sur cette histoire aussi trippante et sinistre que sexuelle, Bon Scott est en grande forme, la chanson est très bluesy, et les frangins Young assurent. La dernière chanson d'AC/DC (sur album) avec Bon Scott, même si ce n'est probablement pas la dernière enregistrée pour l'album, et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une des meilleures. Fantastique !

 Au final, ce disque est en effet une réussite de hard-rock bien teigneux et efficace, mais, comme je l'ai dit en introduction, ce n'est pas, du moins pour moi, le meilleur d'AC/DC, malgré les classiques présents (essentiellement sur la face A). Oui, la chanson-titre, Touch Too Much ou Night Prowler déchirent leur race, et c'est aussi le cas de trois autres titres ici. 6 grandes chansons sur 10, ça fait la moyenne, environ. Le reste est, on l'a vu aussi, assez plat, parfois, sans grosse surprise, une face B largement moins bonne que la A. L'album est mythique, mais sans aucun doute surestimé, même si un fan du groupe, et un fan de hard-rock (et, tout simplement, un fan de rock), tôt ou tard, se devra de se le procurer, car, quoi qu'on en dise, Highway To Hell est un des albums indispensables pour toute discothèque rock se respectant. Mais l'album précédent, Powerage, et le suivant, Back In Black, sont supérieurs (et également indispensables).