58

Pour ce nouveau Track-by-track, et le 131ème, un disque remarquable d'un groupe aujourd'hui quasiment mort, Oasis. Oui, quasiment mort : Liam Gallagher (chant) a quitté le groupe, fondé le sien (Beady Eye), après une énième mis cette fois-ci apparemment définitive grösse engueulade avec son frangin le guitariste (et chanteur occasionnel) Noel. Les frangins Gallagher ont fondé Oasis en 1994, du moins, leur premier album, Definitely Maybe, date de cette année. Un an plus tard, avec le succès de ce premier en album en poche et avec aussi une tension, un stress assez prenants, ils entament la composition et l'enregistrement du toujours-difficile-à-faire-deuxième-album-surtout-si-le-premier-a-cartonné-dans-les-charts-et-ne-semble-pas-dépassable-en-terme-de-qualité (ouf). Ce deuxième album s'appelle (What's The Story) Morning Glory ? et il est largement meilleur que le premier. En fait, il est même le sommet du groupe, et ce disque, le voici :

Hello : Comme son titre l'indique, Hello est idéale pour ouvrir l'album, elle dit bonjour aux auditeurs. Mine de rien, cette chanson qui ne fait pas partie des sommets de l'album (c'est une des deux qui n'est pas aussi grandiose que les autres, et je ne compte évidemment pas les deux bouche-trous dans les autres) est quand même très sympathique, le riff de guitare est assez enlevé, le chant est énergique, on ne s'ennuie pas une seconde. Faut dire que la chanson n'est pas une des plus longues de l'album, moins de 3,30 minutes, aussi...

Roll With It : Quel riff, en intro ! Du lourd, du puissant, qui laisse augurer d'une grande chanson. Et Roll With It en est une, de grande chanson, clairement. Très énergique, elle assure totalement dans le registre rock pur et dur, Liam Gallagher en grande forme. Sans être la meilleure chanson de l'album, elle fait partie des meubles, des classiques, et c'est déjà pas mal. Excellent.

Wonderwall : Là, on touche au sublime. Wonderwall est une des chansons qui sortira en single, et cassera la baraque, littéralement. Une petite allusion (qui n'en est pas vraiment une, en même temps, juste que ça y fait penser) aux Beatles avec la ligne And all the roads that lead us there are winding, ça m'a toujours, par association d'idées, fait penser à The Long And Winding Road. En plus, à la dernière page du livret, on a un texte qui cite explicitement les Fab Four... Sinon, chanson tout simplement irrésistible, immense, mais Liam, au départ, n'en voulait pas : quand son frangin (auteur principal) l'a proposée, il a gueulé que la chanson faisait hip-hop ! Au final, un succès monstrueux pas hip-hop, mais tout simplement pop.

Don't Look Back In Anger : Noel au chant, pour une chanson qui, elle aussi, sortira en single et cartonnera (Morning Glory aussi, et,  je crois, Roll With It). Don't Look Back In Anger compte énormément pour moi, car j'ai découvert Oasis, en 1995 (j'avais 13 ans) avec elle. Je n'ai acheté l'album que bien plus tard ! Sublime intro qui cependant fait penser à celle du Imagine de Lennon (et la chanson contient des allusions aux Beatles et à Lennon en particulier, So I started a revolution from my bed, allusion aux bed-in organisés par Lennon et Yoko Ono). Le chant est juste immense, je trouve que Noel chante super bien, je préfère sa voix à celle de son connard de frangin. C'est vraiment dommage qu'il ne chante que sur cette chanson, ici. La deuxième meilleure de l'album selon moi, après Morning Glory.

Hey Now ! : Une tuerie très très rock, limite du hard-rock en fait. Certains jugeront la chanson bourrine, et trop longue (elle dure 5,30 minutes), mais personnellement, je suis un grand fan de Hey Now ! et je la trouve franchement jubilatoire. La batterie thermonucléaire, la guitare bien sanglante, la basse vrombissante, le chant très énergique de Liam... Après, les paroles sont également assez bien foutues, et si c'est vrai que la chanson est très bruyante et peu subtile (c'est du bon gros son heavy, ici), elle est franchement réussie dans son genre. Je ne sais pas si le hard-rock est ce qui convient le mieux au groupe, mais ici, ça passe totalement la rampe d'essai !

[Untitled #1] : Même pas une minute, instrumental, bruitiste, sans aucun intérêt si ce n'est de passer le relais entre deux chansons bien différentes, entre une très heavy et une autre plus pop.

Some Might Say : Très bonne chanson pop/rock au riff irrésistible, au refrain qui l'est tout autant, aux couplets qui le sont tout autant...Oui, vous l'avez bien compris, Some Might Say est encore une fois une très très bonne chanson, quasiment inoubliable (il y à mieux sur l'album, mais ça reste immense). Une très très bonne petite chanson, un petit peu longuette, mais rien de grave.

Cast No Shadow : Chanson en hommage à un ami du groupe, Richard Ashcroft, leader/chanteur de The Verve, autre groupe de britpop qui, avec Oasis, Blur et Pulp (Suede aussi), a fait règner sa loi dans les charts anglais durant la période 1993/1998. Bon. Pour moi c'est, avec Hello, la moins exceptionnelle des chansons de l'album, et je m'explique. Le chant est pas mal, mais un peu lent, et les arrangements lyriques, emblématiques de la britpop, font un peu cliché, je trouve. Ainsi que les choeurs. Néanmoins, sublime refrain, mais Cast No Shadow m'a toujours un petit peu ennuyée, quand même. Voilà. Vous pouvez lancer les cailloux, maintenant. Aïe. Pas sur la tête, j'en ai encore besoin...

She's Electric : Petite bluette sentimentale (et rigolote quand même) sur une jeune femme dont le narrateur est amoureux. Il la décrit, il décrit sa famille (She's got a sister/And God only knows how I missed her). Encore une fois, une ambiance trè beatlesienne ici, décidemment, difficile de ne pas penser aux Beatles à l'écoute de cet album. C'est pop, frais, totalement réussi, une charmante petite chanson faisant partie des plus agréables de l'album.

Morning Glory : Une tuerie, ma préférée de l'album, tout simplement. Là, rien à dire, c'est du pur rock bien efficace et nerveux. Tout est parfait : les paroles (Need a little time to wake up, wake up), qui contiennent d'ailleurs le titre de l'album ; le riff de guitare, destroy ; le chant, aussi destroy, Liam est en forme, il braille à qui mieux mieux, semble enragé ; le solo de guitare, fantastique et speedé ; la durée (5 minutes), parfaite ; la rythmique, haletante... Oui, Morning Glory est un monstre, tout simplement.

[Untitled #2] : Comme le premier morceau de ce genre qui était placé en sixième position, ça n'a aucun intérêt, mis à part de faire une transition/pause entre deux immenses chansons.

Champagne Supernova : Le Grand Final de(What's The Story) Morning Glory ?, avec la participation amicale, aux choeurs et un peu à la guitare, de Paul Weller, leader/chanteur/guitariste des Jam, un fameux groupe de punk-rock anglais qu'il avait fondé en 1976 alors qu'il était encore largement mineur (16 ans). Puis, Weller a fondé The Style Council (années 80) et s'est lancé en solo. Le Modfather (son surnom), avec sa voix si particulière, est vraisemblablement une idole pour les Gallagher, comme pour beaucoup d'Anglais (et pas seulement). Sa participation à une disque d'Oasis est donc totalement normale. Pour en revenir à la chanson, elle est longue (la plus longue de l'album avec 7,20 minutes), et admirable, une montée en puissance inoubliable et un des sommets de l'album. Sublime.

Alors, au final ? 12 titres, dont 10 chansons (oublions les deux morceaux sans titre et de quelques secondes), et parmi elles, pas moins de 8 absolues réussites (et deux chansons très bonnes mais un cran en-dessous). Voilà de quoi faire de ce deuxième album des jus de fruits (bah oui, Oasis... OK, je sors, mais attendez que je finisse, quand même) une réussite du genre, une cinquantaine de minutes franchement bluffante. Une collection de chansons pop/rock remarquables, des classiques absolus, pour un disque faisant partie des sommets du rock des années 90 et donc, des indispensables du genre. Et c'est un non-fan d'Oasis et de britpop qui vous le dit !