51MJda3SNhL__SS500_

C'est un sublime album que je vous offre dans ce nouveau track-by-track... In Utero est le troisième et dernier album de Nirvana, sorti en 1993, c'est-à-dire un an avant le suicide de son leader Kurt Cobain. Il s'agit du chef d'oeuvre du groupe, et même de leur seul bon album à 100%, n'en déplaise aux amateurs du soi-disant sacro-saint (et une cellule de ma couille gauche sur Amazon, c'est sacro-saint ?) mais en réalité très inégal Nevermind... Je dis "bon album à 100%", c'est malgré ces trois morceaux un peu mineurs mais bien souvent courts, donc rien de grave, ne vous inquiétez pas. In Utero, c'est 13 titres (dont 3 tubes) bien burnés et Kurt Cobain signant son arrêt de mort musical. Au final, un des meilleurs albums de grunge of all time !

Serve The Servants : L'album s'ouvre sur l'un de ses sommets, rien que ça !! Serve The Servants, c'est une entrée violente à laquelle on ne s'attend pas (et qui me fait penser à celle du Speed King de Deep Purple), puis un riff de gratte mémorable, inoubliable, culte. Rien que pour ce riff qui constitue sûrement un de mes riffs préférés au monde (oui, carrément !), le titre est indispensable, mais n'oublions pas la voix complètement déglinguée et camée de Cobain, ou encore le son de Grohl, toujours et plus que jamais en grande forme... Bref, on n'avait pas entendu le groupe comme ça depuis On A Plain, et putain que ça fait du bien, d'entendre Nirvana en forme !! Un sommet jouissif !

Scentless Apprentice : Autant le (putain de) titre d'ouverture balançait la purée tout en restant assez calme, autant ici, c'est carrément du métal. Les choses se corsent sévère avec ce ravageur Scentless Apprentice... Au moins, l'auditeur est fixé; ici, c'est pas le monde des bisounours ! Certains diront que Scentless Apprentice fait beaucoup de bruit pour pas grand chose, mais indéniablement, ce titre possède une grande force: celle d'être placé deuxième du disque ! Il fallait des couilles pour placer ça en deuxième titre du disque, alors que ce sont justement les deux ou trois premières chansons qui sont faites pour botter l'auditeur ! Merci Geffen ! Grand titre.

Heart-Shaped Box : Gros tube, un clip d'enfer par le grand Corbijn, le sommet de l'album et de Nirvana. Voilà ! Sérieusement, cette chanson est absolument immense de bout en bout. Radicalement calme par rapport à la déflagration précédente, Heart Shaped-Box est, dès la première écoute, inoubliable. Riff de la mort (décidément...), voix d'un Cobain dévasté qui a rarement aussi bien chanté, batterie immense, basse immense... Heart-Shaped Box est sûrement un des meilleurs morceaux des 90's, et même du rock en général. Le sommet absolu d'un groupe certes surestimé, mais qui a fait date. Je vous entends déjà dire "ferme ta gueule et laisse nous tripper", alors je passe au morceau suivant !

Rape Me : Quel titre... Amis de la poésie, c'est pas ici ! Chanson qui, on s'en doute, a connu la censure, Rape Me est l'une des chansons les plus connues de Nirvana, une qui passe encore à la radio de nos jours. Court mais radical, Rape Me illustre le grunge dans toute sa splendeur. Si l'on excepte une fin que je trouve assez foirée (Cobain braillant "Raaaaaaaaaaaaaaaape meeeeeuuuuuh" jusqu'à en faire trop) et une intro ressemblant trop à celle de Smells Like Teen Spirit, cette chanson est excellente en tous points, et dispose d'une rythmique d'enfer. Mais pas besoin que je m'attarde dessus, n'importe quel fan de rock la connaît ! Allez, violez-moi mes amis !

Frances Farmer Will Take Her Revenge On Seattle : Grandiose. Là, comme pour Serve The Servants et Heart-Shaped Box, je m'incline bien bas. L'intro est démentielle, Cobain avait décidément des putains de riffs et il le prouve plus que jamais dans cette chanson, parsemée d'effets guitaristiques monstrueux. Pour faire bref, Frances Farmer Will Take Her Revenge On Seattle est monumentale, une des meilleures chansons de l'album avec les deux autres citées dans ce paragraphe !

Dumb : Avez-vous remarqué que les chansons 6 et 12 de Nevermind et In Utero sont à chaque fois les plus calmes ? En tous cas, Dumb est extrêmement calme. Chanson courte et superbe, avec un cello magnifique et une guitare calme, discrète, tout comme la batterie de Grohl, qui prouve qu'il n'est pas qu'un gros bourrin chevelu ! Malgré, comme pour Rape Me, une fin ad vitam aeternam qui m'énerve, Dumb est une excellente chanson crépusculaire !

Very Ape : Argh, Very Ape... La première des trois chansons mineures de l'album selon moi ! Mais bon, elle dure moins de 2 minutes, alors rien de grave ! Il s'agit d'une petite mélodie punk-rock que j'ai toujours trouvé assez énervante. Franchement un des moments les plus dispensables de l'album pour moi !

Milk It : Et, manque de pot, deuxième chanson mineure avec ce Milk It ! Bon, ce n'est pas mauvais, loin de là, mais je trouve quand même cette chanson assez fadasse, avec ses couplets calmes et ses refrains agités. Je ne sais pas... l'alternance est insipide, puis je trouve vraiment la chanson longuette ! Cobain semble raide défoncé... Bref, ça aurait pu être un chouette choc de deux minutes, mais les 3'52 deviennent finalement un peu emmerdantes... Dommage, avec Very Ape et Milk It, l'album connaît un petit passage à creux !

Pennyroyal Tea : Mais ce n'est qu'un court passage à creux... On revient au sommet avec Pennyroyal Tea ! Bon, quand je dis "on revient au sommet", c'est à condition d'oublier la version de cette chanson présente dans le MTV Unplugged. Car la version acoustique de ce titre constitue l'un des plus beaux moments d'émotion de Nirvana... Mais la version originale est très forte aussi, plus bourrine ! Dans l'ensemble, un grand moment ! A noter que la chanson devait sortir en single mais cela ne s'est pas fait suite au fâcheux évènement que l'on connaît du 5 Avril 1994...

Radio Friendly Unit Shifter : Oui, je sais... Là, certains vont me lancer des pierres... Parce que dans la série "5 minutes de bruit inutile", ça se pose là... Mais je sais pas, comme Scentless Apprentice, je l'aime bien ce morceau... Franchement, je cautionne parfaitement le fait que c'est un sacré bordel, mais justement, le côté OMNI (Objet Musical Non-Identifié) me fait marrer ! Un bon moment !

Tourette's : Là, par contre, c'est bourrin mais ça ne m'inspire qu'un ennui poli... Heureusement, ça ne dure qu'un peu plus d'une minute, parce que c'est vraiment à chier. Désolé s'il y a des fans... La merde de In Utero.

All Apologies : Encore une gros gros classique du disque ! Calme et magnifique, on dirait une épitaphe de plus pour Cobain. Très langoureux, All Apologies est juste une pure merveille. Ici, le final est certes un ad lib infini mais n'est pas chiant, au contraire, il s'accorde à merveille avec l'ambiance du morceau... Et encore une fois, quel putain de riff... Bref, un classique absolu, et à juste titre. La fin parfaite. Enfin... la fin...

Gallons And Rubbing Alcohol Flow Through The Strip : 20 minutes. 20 putain de minutes, oui, c'est le temps qu'il faut attendre après All Apologies pour entendre ce bonus caché de 7 minutes, Gallons And Rubbing Alcohol Flow Through The Strip. On imagine que Cobain était bien torché quand il a enregistré ça, ça se ressent dans sa voix, et au final, ce morceau, bordel grunge bizarre s'éternisant, est assez amusant. Enfin, personnellement, j'aime beaucoup la chose ! Mais ça ne plaîra pas à tout le monde...

Voilà donc ce qu'est In Utero. Un album difficile mais Ô combien grandiose. Au total, pour résumer la chose, on tient ici un pacson de sommets (Serve The Servants, Heart Shaped-Box, Frances Farmer Will Take Her Revenge On Seattle, Pennyroyal Tea et All Apologies), pour une seule merde absolue (Tourette's, c'est-à-dire la chanson la plus courte de l'album) ! Inutile de le préciser une nouvelle fois, In Utero est un chef d'oeuvre !!