51966831_p 

Pour ce nouveau Track-by-track, un disque que j'ai mis du temps à aimer, et encore aujourd'hui, il contient deux-trois chansons que je n'aime pas (je ne me gênerai pas pour le dire ici). Ce disque, le premier album de Traffic (groupe ayant accueilli en son sein le chanteur et multi-instrumentiste de génie Steve Winwood, ainsi que le guitariste Dave Mason), sorti en 1967 après que le groupe ait passé plusieurs mois dans un cottage anglais du Berkshire afin de vivre en communauté (se gavant de cames diverses, composant sous l'influence de champignons et autres buvards magiques), s'appelle Mr Fantasy. C'est un disque comptant parmi les joyaux du rock psychédélique, statut que je conteste un petit peu (c'est un bon disque de rock psychédélique, mais un des joyaux ? Un peu exagéré, je pense). Ce disque, le voici :

Heaven Is In Your Mind : Bien efficace et cintré, ce morceau d'ouverture, proclamant que le Paradis est dans votre esprit. Avec pas mal de LSD pour en ouvrir les portes (de la perception) ? Le chant de Winwood (marrant, comme la voix de ce mec ressemble à celle de Peter Gabriel !), lequel était très jeune à l'époque, dans les 18-19 ans, est juste imparable. Quelques lignes de piano un peu free pour agrémenter le tout, et la chanson se pose là, avec ses 4,20 minutes, comme étant une des réussites de l'album. En tant que morceau d'ouverture, c'est vraiment parfait, même si je préfère les couplets au refrain, personnellement.

Berkshire Poppies : Mouais...Bof... J'ai commencé par haïr ce morceau, mais, à la longue, j'arrive à l'apprécier, à petites doses (de plus, il ne dure que 3 minutes, pas trop long), de temps à autre. Mais avant, je le zappais, carrément, ce Berkshire Poppies au refrain (chanté par le groupe) franchement raté et cacophonique ! Une sorte de nursery rhyme bien dans la norme anglaise (comme le Mother's Lament de Cream, le Scarecrow du Pink Floyd...). Le chant de Winwood semble un peu chaloupé, on a l'impression qu'il était bourré quand le groupe a enregistré cette chanson. Je préfère, là aussi, les couplets au refrain (sauf la première partie du refrain, par Winwood seul). Dans l'ensemble, c'est assez moyen, quand même.

House For Everyone : Intro assez amusante (on entend une crécelle, à moins que ça ne soit un remontoir comme ceux qu'on trouve sur les boîtes à musique et les réveils, et l'effet est amusant, on croirait que quelqu'un remonte le morceau afin de le jouer !) pour une chanson aussi courte (2,05 minutes) que plaisante, en tout cas, cent fois supérieure à Berkshire Poppies selon moi. House For Everyone est une des deux chansons de l'album à ne pas être interprétées par Winwood, mais par le guitariste Dave Mason (qui l'a écrite, ainsi que Utterly Simple, l'autre chanson qu'il chante - les deux chansons, sur la version US de l'album, seront virées, remplacées par des singles à succès comme Paper Sun, les deux versions de l'album sont présentes en un seul CD, sur la dernière réédition de Mr Fantasy). La chanson, avec sa mélodie lourdaude et même pataude (volontairement), qui m'a toujours fait penser à une musique de suspense d'un cartoon, est très amusante. En revanche, le chant de Mason, s'il est pas mal, n'est pas aussi remarquable que celui de Winwood, qui chante vraiment mieux... Mais, au final, House For Everyone, bien barrée, est une de mes préférées de l'album, et même, parfois, celle que je préfère aux autres ! Hé si !

No Face, No Name, No Number : Une pure merveille, touchante, mélodieuse, mélancolique, tristounette mais tellement magnifique. Une chanson assez importante pour le groupe, et surtout pour Winwood, qui la chantera souvent en live. Interprétation sans failles du Whiz Kid, d'ailleurs, et musique assez calme, reposante, mais tout de même assez psychédélique, on ne se refait pas. No Face, No Name, No Number est une des meilleures chansons de l'album, et c'est quelqu'un qui n'est pas spécialement fan de l'album qui vous le dit !

Dear Mr Fantasy : Grandiose, là aussi, et chanson la plus longue de l'album avec 5,45 minutes en tout. Achevant la face A, Dear Mr Fantasy est une épopée psychédélique parfaite, solo de guitare inoubliable, rythme fantastique, chant remarquable, durée parfaite (jamais trop long). Là encore, on sent bien l'influence des buvards lysergiques, mais apparemment, ça faisait un effet du tonnerre aux p'tits gars de Traffic, car ils n'ont probablement jamais aussi bien joué de leur carrière. C'est limite du Hendrix par moments (le solo). C'est sublime.

Dealer : Sublime chanson, très sombre, noire, limite glauque, ouvrant la face B. Entre le chant magnifique (et oppressé) de Winwood et cette sublime flûte (de Chris Wood), sans parler des paroles, rien à dire, Dealer est une merveille de psychédélique noir comme en faisaient les Doors et le Velvet. Le chant 'soul' de Winwood apporte vraiment une dimension supplémentaire à cette sombre histoire de drogues. Une des plus grandes réussites de l'album, et, pour moi, la seule chanson de la face B qui vaille vraiment le coup.

Utterly Simple : Deuxième chanson interprétée et écrite par Dave Mason, et si House For Everyone était remarquable, ce Utterly Simple, lui, est mauvais comme la gale. Même si l'ambiance est totalement psychédélique/Ashram de Katmandou/Où est mon buvard ?/Je t'aime, toi mon frère. Mais entre le sitar et le chant chaloupé (Mason chante moyennement bien, surtout ici), cette chanson est franchement moyenne, et vieillit mal, très mal. Je comprend que la version US de l'album, en plus d'avoir droit à une autre pochette (moins belle, et sans Mason dessus...), ait viré cette chanson ! Je le comprend moins pour House For Everyone...Apparemment, il ne fallait pas que Mason chante sur la version US...

Coloured Rain : Une chanson assez légère, sur laquelle Winwood est en forme, mais que je n'ai jamais apprécié en totalité (le refrain m'énerve vraiment). Coloured Rain est quand même une chanson nettement supérieure à la précédente et aux deux suivantes (oui, autant le dire tout de suite, Mr Fantasy se finit plutôt en capilotade, la face B étant largement inférieure à la A, ça arrive souvent avec les albums de l'époque, qui étaient parfois mal fagottés, construits autour de deux-trois chansons plus réussies que les autres...). Allez, c'est pas mal quand même, mais je n'aime vraiment pas le refrain !

Hope I Never Find Me There : Une ballade rock plus ou moins réussie. Le chant de Stevie Winwood assure, mais dans l'ensemble, Hope I Never Find Me There est une chanson assez banale, moyennement réussie. Heureusement, c'est aussi une chanson très courte, 2,10 minutes seulement, ce qui fait qu'on ne la zappe jamais. De plus, le chant est suffisamment réussi pour ne pas faire de cette chanson un ratage. Chantée par Mason, elle l'aurait été, largement...

Giving To You : 4 minutes et 25 secondes totalement dingues, au cours desquelles Traffic tente (sans jamais y parvenir, autant le dire tout de suite) à chiquer aux Mothers Of Invention. Giving To You est un délire de free-jazz bien barré, limite cacophonique, franchement médiocre, même si ça devait sembler bien givré et efficace à l'époque. Mais ce morceau de free-jazz bizarroïde fait trop penser à ce que Zappa faisait avec les Mothers Of Invention, et la comparaison n'est, on s'en doute, pas à l'avantage de Traffic. C'est vraiment dommage de finir ainsi l'album...

 Bref, au final, que dire de ce disque ? Personnellement, je le trouve plutôt sympathique, mais pas totalement réussi, il y à quand même, surtout sur la face B, des titres un peu moyens. J'ai commencé par détester l'album, et aujourd'hui, je l'aime assez, sans pour autant l'adorer, et je l'écoute de temps en temps. Nul doute qu'un jour ou l'autre, j'adorerai Mr Fantasy (à la longue), mais ce n'est pas encore le cas. Quand même, c'est vrai, je le reconnais, cet album est bien foutu (production remarquable du grand Jimmy Miller), il contient des chansons sublimissimes, Winwood chante comme un dieu, et même si je ne pense pas que ça soit le sommet du psychédélisme à l'anglaise, je le reconnais, c'est un excellent album de rock psychédélique, on sent bien l'influence des petits champignons magiques sur le groupe, à l'écouter ! Si vous aimez ce genre de musique, vous devriez vraiment écouter.