42828218_p

Attention, chefd'oeuvre (et disque scandaleusement sous-estimé) pour ce nouveau Track-by-track : Chinese Democracy, des Guns'n'Roses, sorti (enfin, après 14 ans d'attente) en 2008. Pas vraiment un disque des Guns'n'Roses, vu que seul le chanteur, Axl Rose, est du groupe original (il y à aussi Dizzy Reed, pianiste ayant bossé avec le groupe dès 1991, mais pas vraiment membre), les musiciens l'accompagnant ici, et ayant enregistré les chansons de l'album durant un laps de temps assez long, ne faisant pas partie, vraiment, du groupe. Bref, Chinese Democracy est quasiment un album solo virtuel d'Axl Rose. Mais on s'en cogne, car, musicalement, l'album est grandiose (production magistrale, ambiances parfaites, mélodies qui se retiennent facilement et restent en mémoire, grands moments, solo de guitare parfait sur quasiment tous les titres). Un album titanesque, que voici détaillé :

Chinese Democracy : Le morceau met du temps à démarrer (intro lente, peu musicale, une ouverture de disque, quoi !), mais une fois le riff déboulé (et il est d'enfer), c'est l'explosion. Voix rageuse d'Axl (un peu bidouillée, aussi), paroles en béton qui ont sûrement du choquer les Chinois (chez qui le disque est, on s'en doute, interdit), et solo infernal. La rythmique est haletante, on ne s'ennuie pas et on prie que le reste du disque soit du même acabit. Ce qui est à la fois le cas et pas le cas du tout (l'album est très hétéroclite) !

Shackler's Revenge : Intro à la Prodigy pour une chanson assez électro, donc, et très metal aussi. Le refrain est excellent (même si la voix d'Axl peut irriter, je peux le comprendre), et même si cette chanson n'est pas une des meilleures de l'album, elle n'en demeure pas moins très très efficace, assez bourrine, mais franchement efficace ! J'adore, quoi, même si elle ne sera jamais ma préférée du disque.

Better : Un rock teigneux, avec tout ce qu'il faut pour rendre le morceau immédiatement culte et retenable : chant parfait, paroles efficaces, refrain magistral (Now I know you better), riff démentiel, rythmique ahurissante, choeurs parfaits...Oui, on appelle ça, généralement, un authentique chef d'oeuvre de rock pur et dur ! Pas grand chose à dire mis à part que c'est grandiose, donc.

Street Of Dreams : Une superbe ballade comme on en trouve quelques unes sur les Use Your Illusion (November Rain, Estranged, Don't Cry...). C'est parfait dans son registre, à savoir, magnifiquement bien interprété et produit, chant idéal, final dantesque... Une des meilleures de Chinese Democracy, tout simplement.

If The World : C'est le morceau qui me plaît le moins. Pourquoi ? A cause du fait qu'entre la rythmique à moitié hip/hop et le chant d'Axl (le seul morceau de l'album sur lequel la voix d'Axl Rose me fait chier), plus les arrangements lyriques assez dans l'esprit de la britpop (genre musical qui ne me plaît pas trop), je trouve ce If The World assez banal et décevant. Bref, pour moi, le point faible du disque !

There Was A Time : Attention, chef d'oeuvre absolu. Chanson la plus longu du disque, avec presque 7 minutes, There Was A Time est, comment dire, imposante. Solo de guitare (de BucketHead ? Robin Finck ?) démentiel et qui file le frisson, chant parfait, final dantesque, anthologique, cette chanson est une des trois ou quatre meilleures de l'album, tout simplement !!

Catcher In The Rhye : Avec son titre en allusion au roman L'Attrape-Coeur de Salinger (dont le titre original est celui de la chanson), cette chanson, il me semble co-écrite avec Brian May (en tout cas, si ce n'est pas le cas, je sais que May, guitariste de Queen, a eu une part d'importance sur cette chanson !), est une petite douceur à écouter plusieurs fois pour bien l'apprivoiser. C'est faussement décevant au premier abord, mais plus subtil et réussi qu'on ne pourrait le penser. Superbe petit morceau !

Scraped : Monstrueux. Riff monumental qui me semble inspiré par celui du Crosstown Traffic du Jimi Hendrix Experience, chant saccadé et au bord de l'implosion, rythmique de feu... Cette chanson a beau être une des plus courtes du disque, si ce n'est même la plus courte (elle ne dure que 3,30 minutes, soit 6 de plus que la deuxième plus courte, Shackler's Revenge), elle n'en demeure pas moins une gigantesque claque heavy dans la face de l'auditeur. Puissant. Sans répit.

Riad 'N' The Bedouins : En revanche, clairement, Riad 'N' The Bedouins n'est franchement pas grandiose. Avec If The World, c'est l'un des deux morceaux que je ne juge pas du même niveau que le reste (mais je le préfère à If The World, ceci étant). Surtout, juste après Scraped, ce morceau, qui offre à peu près la même chose (chant saccadé, hurlements, etc), malgré des paroles en béton, déçoit pas mal. Pas mauvais, mais moyen.

Sorry : 6 minutes de rock sombre, une complainte à la fois ballade et rock, début assez calme, et, au bout de deux minutes, ça passe à la vitesse supérieure. C'est bien Axl qui fait toutes les voix (ce mec a une palette vocale hors du commun), et le passage où il passe de sa voix calme et posée à une voix plus aiguë et proche du son Guns'n'Roses classique est, comment dire, remarquable. Final grandiose, solo superbe, mais, dans l'ensemble, tout est bonnard à l'extrême sur Sorry, chanson assez noire (I'm sorry for you/Not sorry for me).

I.R.S. : Comme son titre l'indique, I.R.S. permet à Axl Rose de se payer les Impôts (I.R.S., c'est le service américain des impôts, le fisc ricain). Une chanson assez cynique (Gonna take the I.R.S./Gonna take the F.B.I.), musicalement assez réussie, même si elle ne fait pas partie des sommets de Chinese Democracy selon moi. Elle est du niveau de chansons telles que Shackler's Revenge ou Catcher In The Rhye, autrement dit, un très très bon niveau. C'est du rock heavy et bien teigneux.

Madagascar : Chanson longue (enfin, dans les 6 minutes) aux paroles engagées, et contenant en son sein un long magma de samples vocaux. Entre autres, Martin Luther King et son fameux speech (I had a dream... Free at last, thank God almighty, we are free at last !) ou bien encore cet extrait du film Luke La Main Froide que l'on entendait déjà au début de Civil War (la voix de l'acteur Strother Martin disant What we've got here is failure to communicate...). La chanson est sans doute un petit peu pompeuse, mais elle n'en demeure pas moins très belle et sympathique.

This I Love : Ballade au piano (ça se corse un peu par la suite, avec orchestre, guitare, puis le groupe, mais ça ne devient jamais violent) sur laquelle Axl (au piano, et c'est un excellent pianiste, il l'avait déjà prouvé autrefois) nous offre ici sa meilleure performance vocale de l'album, et sa meilleure depuis Estranged (1991), rien que ça. This I Love est juste admirable, aucun autre mot ne convient. Un slow magnifique, produit à l'extrême, le son est, comme pour le reste du disque, remarquable et puissant. La mélodie, instantanément mythique. Culte !

Prostitute : Immense, rien à dire. Final anthologique, magistral, beau à pleurer, qui donne envie de réécouter l'album et qui redonne espoir (on a envie d'un autre album du même acabit). Refrains immenses, le chant d'Axl est juste puissant et magnifique ici. Une conclusion lyrique (arrangement de cordes) absolument fantastique, qui file le frisson... Grandiose !!!!

Au final, donc, 14 remarquables chansons (enfin, 12 remarquables, et deux qui, sans l'être, sont tout de même loin d'être mauvaises), une production d'enfer, des moments inoubliables, pour 74 minutes grandioses. Pour moi, clairement, le meilleur album depuis des lustres, le sommet des années 2000. Intense, fort et grand disque de vrai rock (et pas de hard-rock, en fait).