42432360_p

Pour ce nouveau Track-by-track, un album assez méconnu et rare, sorti en 1969 : Dr Byrds & Mister Hyde, des Byrds (leur septième album, si je ne m'abuse). A l'époque de l'enregistrement de ce disque (qui était, lors de sa sortie, le plus long du groupe, avec 34 minutes - courte durée, mais comparé au précédents opus byrdiens, c'est vraiment plus long !), seul Roger McGuinn (chant, guitare) restait de la composition initiale des Byrds. Les autres musiciens, que ce soit John York (basse), Clarence White (guitare)... venaient d'arriver. Aucun autre membre initial n'est resté, sauf le fondateur McGuinn. Pour les fans des Oyseaux, cette période est à oublier, en grande partie à cause de ça : ce sont les Byrds, mais sans être vraiment les Byrds, car, selon les fans, les Byrds sans Gene Clark, Chris Hillman, David Crosby ou même Gram Parsons (1968), ce n'est pas les Byrds. Préjugés à la con...Car ce disque est leur meilleur, tout simplement !

This Wheel's On Fire : Reprise admirable d'une chanson de Bob Dylan, qui fut aussi interprétée par The Band un an plus tôt sur leur immense Music From Big Pink. Honnêtement, si la version du Band est excellente, je préfère celle des Byrds, très rock, limite heavy, avec, comme toujours, le son de guitare claironnant, archétypal du son byrdien. Chanson imparable sur le nucléaire, This Wheel's On Fire est une des meilleures chansons de l'album. Une petite tuerie !

Old Blue : Changement radical de cap avec Old Blue, une petite bluette country à l'ancienne qui aurait facilement pu se trouver sur Sweetheart Of The Rodeo, le précédent album du groupe (sur lequel Gram Parsons a participé). Bye bye, bluuuue... Un refrain emblématique du genre country/western, des guitares claironnantes, la superbe voix de Roger McGuinn (fait alors unique pour les Byrds : c'est le premier album du groupe où McGuinn chante sur tous les titres), une durée pas trop longue... Cette chanson sans prise de tête est vraiment jolie et fraîche, on en redemande !

Your Gentle Way Of Loving Me : Encore un changement de cap, car, après du rock pur et dure et de la country, on passe à de la pop/folk à la Dylan. Bon, OK, c'est tout de même assez country parfois (et toujours ce son de guitare typique des Oyseaux). Encore une fois, l'alchimie est admirable, même si le morceau est un chouia moins grandiose que Old Blue. Il n'empêche, ce petit titre est assez sympathique !

Child Of The Universe : En 1968, Christian Marquand réalise le film Candy, avec, entre autres, Richard Burton, Ringo Starr, Marlon Brando et Charles Aznavour (et, dans le rôle-titre, une actrice suédoise dont j'ai zappé le nom et qui n'a, de toute façon, rien fait de notable à part ce film aujourd'hui oublié). Un film totalement psychédélique, dans la mouvance de l'époque, mais qui a considérablement mal vieilli et est passé à la trappe, heureusement d'ailleurs. Deux chansons ont été faites pour le film, par les Byrds, toutes deux sur l'album. Child Of The Universe est la seule des deux à avoir été sélectionnée pour le film. C'est une chanson assez psychédélique, parfois pompeuse (le chant de McGuinn dans les couplets), mais au final très intéressante et jolie !

Nashville West : Un instrumental très country/western, qui achève à merveille la face A. Assez court (moins de 3 minutes), c'est une assez belle réussite, assez caricaturale (des vocalises country, une mélodie qui semble avoir déjà été utilisée), mais au demeurant assez sympathique. Pas grand chose à dire dessus, en fin de compte : on l'écoute sans problème, mais il ne fait pas partie des sommets de l'album malgré tout. Un final assez délirant.

Drugstore Truck Drivin' Man : Sublime ballade/complainte country/folk, une des plus emblématiques des Byrds, et elle a été cosignée par McGuinn et Gram Parsons (d'ailleurs, elle aurait très bien pu se trouver sur Sweetheart Of The Rodeo, ainsi que sur n'importe lequel des deux albums studio que Gram Parsons fera en 1973/74, le deuxième étant posthume). C'est très réussi dans l'ensemble !

King Apathy III : Un rock presque aussi efficace que This Wheel's On Fire, plus soutenu et 'calme', mais au final très très très réussi, un de mes morceaux préférés du groupe. Une petite note country dans son bridge, mais dans l'ensemble, c'est rock. La chanson est une charge assez cynique contre certains politiciens, du moins il me semble. Une sorte de protest-song à la Dylan, chanteur que le groupe a TRES souvent repris, mais en mode électrique. Excellent !

Candy : Comme son nom l'indique, Candy est la deuxième chanson de l'album, après Child Of The Universe, a être tirée de la bande-son de Candy, le film (oublié) de Christian Marquand. Plus réussie que Child Of The Universe, elle n'a, au final, pas été prise pour le film, ce qui est dommage. Une magnifique ballade folk, emblématique du son des Byrds, avec une petite note psychédélique pas négligeable. Sublime, une des meilleures de Dr Byrds & Mister Hyde !

Bad Night At The Whiskey : Encore un rock, assez lourd, dont le titre se base sur un concert assez foiré du groupe dans le mythique club du Whisky-A-Go-Go. Je ne suis pas sûr que la chanson parle de ce concert raté (les paroles sont absentes du livret), ceci dit. Le son est saturé, c'est presque du rock pur et dur, on en oublierait que ce sont les Byrds. Une réussite de plus pour l'album, une chanson assez teigneuse dans sa mélodie, jolis riffs, McGuinn en forme. La chanson sortira en single, mais, comme l'album, ne marchera pas fort du tout...

Medley : My Back Pages/B.J. Blues/Baby What You Want Me To Do : Contrairement à ce que son titre (un medley) le laisse présager, ce morceau n'est pas long, il ne dure que 4 minutes. La partie B.J. Blues, instrumentale, est quasi insignifiante, le morceau mixe surtout une énième (mais superbe) reprise du My Back Pages de Dylan, que le groupe avait déjà repris, et Baby What You Want Me To Do, chanson rock de Jimmy Reed. Dans l'ensemble, c'est juste immense, un morceau achevant à la perfection un disque aussi hybride que son titre et sa pochette le laissaient présager.

En final, on peut donc dire ce disque méconnu qu'il est une vraie réussite, à la fois rock, country et folk. Un disque outrageusement sous-estimé que ce Dr Byrds & Mister Hyde, à la pochette schizophrène (à la fois futuriste et old school, entre le lettrage futuriste et le lettrage western, entre les cowboys et les astronautes de la pochette, au verso). Mon chouchou des Byrds, leur sommet, et un de mes disques de chevet, tout simplement !