62516063_p

Enregistré en 1974, sorti en décembre de cette même année, BBH 75 devait à la base s'appeler BBH 74 (mais le fait qu'il sorte en fin d'année 1974 a fait qu'il a été renommé pour que son titre colle avec la nouvelle année à venir, logique). L'album est un des meilleurs son auteur, Jacques Higelin, qui l'a enregistré avec le batteur Charles Bennaroch et le guitariste et bassiste Simon Boissezon (d'où le titre : B pour Boissezon, B pour Bennaroch et H pour Higelin). C'est aussi un des plus grands disques de rock français (ici, c'est même limite punk, avant l'heure !) et de chanson française, un disque court (34 minutes, 8 titres) mais fondamental. L'ajouter dans les Track-by-track me semblait donc évident !

Paris - New York/New York - Paris : Excellente chanson bien speedée (mais tout de même assez bluesy parfois) pour ouvrir le bal. Paris - New York/New York - Paris est ce qui s'appelle un gros, gros classique pour Higelin, une des chansons de l'album, avec Mona Lisa Klaxon, qui seront assez souvent interprétées live par la suite et sont aujourd'hui limite plus connues que l'album en lui-même. Que dire ? C'est tout simplement excellentissime, voilà tout !

Cigarette : Avec Une Mouche Sur Ma Bouche (qui, coïncidence, se trouve aussi en deuxième position de face, sur la B), c'est la chanson à part ici. Pas punk, pas rock, très folk, calme et bluesy, Cigarette est une réussite absolue. Hey ! Je suis amoureux d'une cigarette... Le final est assez drôle, on y entend Higelin victime d'une quinte de toux assez résistante (il fume trop, le pépère !!). Comme Une Mouche Sur Ma Bouche, la chanson est sans doute légèrement trop longue (et encore), mais ce n'est pas non plus très grave. En fait, c'est même une de mes chansons préférées de l'album, alors...!

Mona Lisa Klaxon : Il faut entendre Higelin glapir Mona Lisa Klaxon !! plusieurs fois de suite (c'est le refrain) pour se dire à quel point le punk français lui doit des choses. Un des innombrables classiques de BBH 75 (sur les 8 chansons, au moins la moitié est digne d'être catalogué 'classique absolu' !), une chanson limite fondatrice pour tout un mouvement. Essentiel !

Chaud, Chaud, Bizness-Show : Un feu d'artifice en guise de final de la face A, une chanson très rock et efficace, malgré un refrain un peu poussif (le titre aussi). La chanson parle d'un mec qui se met à bosser pour la pègre, la mafia, et se retrouve, un jour, dans la merde absolue, traqué, parce qu'il a déconné. La musique est assez incroyable, bien saturée, décidément ce n'est pas un album pour les amateurs de musique pépère. Remarquable, mais pas ma préférée de l'album !

Est-ce Que Ma Guitare Est Un Fusil ? : Hey ! Je suis né dans un spasme/Le ventre de ma mère a craché un noyau de jouissance/Et j'ai jamais perdu le goût de ça. Ces paroles, issues de la chanson, sont placées au dos de la pochette, comme une signature (et manière d'indiquer à quel point la chanson est importante pour l'album, pour Higelin aussi. Un rock engagé, bien teigneux, sanglant, rythmé, qui mérite bien son titre, tant Boissezon (guitare, basse, je le rappelle) semble tirer sur l'auditeur avec son instrument (ça ne fait pas ta-ta-ta-ta-ta, mais le son est agressif, violent, punk). Une pure jouissance musicale. En écoutant ça, on se dit qu'Izïa, la fifille d'Higelin, a vraiment de qui tenir pour faire des rocks aussi brutaux !

Une Mouche Sur Ma Bouche : Petite chanson reposante, bluesy, folkeuse, une ballade estivale, printanière (ah, choisissez la saison, ah ah ah !), sans doute un petit peu longue, mais franchement magnifique. Pour chipoter, on dira que cette chanson et Cigarette sont vraiment à part du reste de l'album, et que l'album aurait été encore meilleur si elles avaient été remplacées par des chansons brutales et punk du style O Fais-Moi L'Amour (sur l'album Irradié, le suivant, de 1975), ce qui aurait rendu BBH 75 plus homogène. Mais non, elles sont vraiment superbes, ces deux chansons calmes, et celle-ci est vraiment à écouter !

Oesophage Boogie, Cardiac Blues : Un blues, un boogie, une déflagration de plus pour BBH 75. C'est sans doute la chanson qui me plaît le moins ici (il en fallait bien une !), mais n'allez pas croire que je n'aime pas du tout Oesophage Boogie, Cardiac Blues, non, au contraire ! Je l'aime bien, cette chanson bien teigneuse et speedée, mais je pense aussi qu'à côté de la suivante (et dernière) ou de Est-Ce Que Ma Guitare Est Un Fusil ?, elle est moins convaincante. De peu, mais quand même. Allez, c'est super, ceci dit !

Boxon : En seulement 3,30 minutes, Boxon réduit tout le rock français de l'époque à l'état de cendres refroidies. Une putain de déflagration punk, avant l'avènement du punk. Guitares saturées, rythmique d'enfer, chant tétanisant, cette chanson, certes, ne brille pas par des paroles très recherchées, mais est un défouloir absolu, et une manière idéale d'achever un album complètement jouissif. Immense ! Comme tout BBH 75, en fait.

Au final, que dire ? Avec peu de moyens et une équipe limitée (trois musiciens), Higelin réussit un tour de force insensé, un disque assez bruyant et très rock, limite punk avant deux ans d'avance. Jouissif de bout en bout, avec ses chansons speedés, engagées ou bluesy, BBH 75 est un des sommets absolus du chanteur avec Alertez Les Bébés ! de 1976 et Champagne Pour Tout Le Monde... de 1979. Sans oublier, évidemment, No Man's Land (1977) ! Bref, un classique à écouter et à posséder à tout prix !