T10 

La fin d'un des plus grands groupes de rock français (le plus grand selon certains, mais selon moi, il y à match avec Noir Désir, qui a démarré à peu près au moment où eux se sont arrêtés, comme un relais) va survenir en 1986. Téléphone aura raccroché après cinq albums studio et sortira un double live (Le Live) et une ultime chanson (Le Jour S'Est Levé) en guise de rideau de fin. Une sublime chanson que le groupe (amputé de Corinne, mais avec un excellent bassiste de remplacement, Aleks Angelov) interprètera pour la première fois en live lors de sa reformation sous le nom des Insus ?, et qui achève magnifiquement leur répertoire. On ne la trouve donc pas ici, sur ce double live sorti en 1986, enregistré en 1985 durant la dernière tournée du groupe, et qui, sorti sous une hideuse pochette orange et noir, s'appelle des plus connement : Le Live. 16 titres (pour moins de 80 minutes, tout tient sur un seul CD) parsèment cette unique livraison live officielle sortie du 'vivant' du groupe (par la suite, un live de 1981, excellent, sortira). Le son est excellent pour un live de l'époque, et l'écoute de cet album (ce qui m'arrive assez régulièrement, je dois le dire, alors que pendant des années, je ne l'écoutais vraiment pas plus que ça) est toujours des plus agréables. Certains lives français de l'époque possèdent des qualité audio assez plates, je pense au live de Souchon de 1983 par exemple, ou à celui de Cabrel d'à peu près la même époque. Celui-ci tient vraiment mieux la route, mais je suis d'accord : entre Souchon, Cabrel et Téléphone, mis à part la nationalité, peu de choses en commun.

T11

La setlist de ce live fait la part belle aux deux derniers albums du groupe : Dure Limite est représenté via 4 titres, et Un Autre Monde, via 5 titres (sur ses 11). Les deuxième et troisième albums ont chacun 3 titres de joués ici, et le premier opus, un seul seulement, mais non des moindres, Hygiaphone. C'est le seul reproche que je fais à ce live : le premier album est remarquable, rempli de classiques, mais le groupe n'en a placé qu'un ici. Ca m'étonnerait beaucoup qu'ils n'aient pas interprété Métro (C'Est Trop), Téléphomme ou Anna au cours de leur dernière tournée, et le live aurait pu être un peu plus long, je ne dis pas faire un triple non plus, mais...enfin, bon. Sinon, (quasiment tout) le reste est là, le concert s'ouvre parfaitement sur Au Coeur De La Nuit, se poursuit sur Fait Divers, Dure Limite et Un Peu De Ton Amour, sur lequel Bertignac nous offre un solo tout simplement immense, un des meilleurs que je connaisse, et je pèse mes mots. Aubert nous offre quelques petites présentations sympa entre certaines chansons, des présentations des plus faciles pour la plupart (on voudrait vous emmener à New York avec nous ! est une présentation des plus...téléphonées, et oui, le jeu de mots est volontaire), mais bon, c'est Aubert, c'est du rock, c'est pas forcément un truc très recherché façon petite histoire racontée avant le morceau (comme Genesis le faisait) auquel on s'attend en écoutant Téléphone. Bertignac nous offre un beau Cendrillon (merci pour la petite ! qu'il dit au milieu des applaudissements de fin), le groupe livre ensuite un trio de chansons de son dernier album, parmi lesquelles un enchaînement (séparé par le changement de face, en vinyle) Electric Cité (sur lequel Aubert est à la basse, le morceau est surpuissant et il est impossible de l'écouter sans remuer)/Le Taxi Las juste magistral. 

T12

Les classiques les plus absolus sont vers la fin, Argent Trop Cher, un Ca (C'Est Vraiment Toi) de 7 minutes sur lequel Aubert partage avec le public, Un Autre Monde, Hygiaphone en guise de rappel chuckberryien/punk, et en final, d'abord en douceur acoustique puis en rock électrique, Fleur De Ma Ville, sublimissime. Le Live est un document essentiel à tout fan du groupe, et de rock français, c'est le testament du groupe-phare d'une génération. Il suffit de voir le nombe de gens qui se sont pressés pour voir les Insus ? en live pour comprendre que ce groupe était important, et l'est toujours. Mis à part Noir Désir, dans le genre et chez nous, on n'a pas fait mieux depuis. Noir Désir qui se sont formés à peu près au moment de la fin de Téléphone, comme je le disais tout en haut. Un live dantesque, rempli de grands moments (Un Peu De Ton Amour, Au Coeur De La Nuit, Dure Limite, Cendrillon, Electric Cité, Le Taxi Las, Un Autre Monde, Fleur De Ma Ville), avec un ou deux petits temps morts (Ce Que Je Veux ne m'a jamais plu, en studio comme en live, et New York Avec Toi est bien, mais je préfère la version studio avec l'accordéon, qui manque ici), vraiment remarquable, un de mes lives préférés.

FACE A

Au Coeur De La Nuit

Faits Divers

Dure Limite

Un Peu De Ton Amour

FACE B

La Bombe Humaine

Cendrillon

New York Avec Toi

Electric Cité

FACE C

Le Taxi Las

Juste Un Autre Genre

Ce Que Je Veux

Argent Trop Cher

FACE D

Ca (C'Est Vraiment Toi)

Un Autre Monde

Hygiaphone

Fleur De Ma Ville