41N6EPFX7DL__SL500_AA300_

Le 11 Décembre 1998, Thiéfaine fête ses 20 ans de carrière discographique, et ses 30 ans de carrière générale, dans un concert archi-complet (mode RTL2 'off') à Bercy. J'ai choisi d'aborder ce double live, car il est aussi adulé que détesté. Adulé, car c'est LE concert de référence pour Thiéfaine, idéal pour tous les néophytes, mais aussi pour les grands connaisseurs. Détesté, car des fans absolus considèrent ce concert comme trop commercial, trop tubesque, pas assez de grandes surprises comme il y en a en général dans les concerts de Thiéfaine. Alors, de quelle catégorie je fais partie? Bah de la première, pardi! Malgré, en effet, quelques petites déceptions: tous les albums jusqu'au grandiose Le Bonheur De La Tentation (qui était alors son dernier disque en date) sont représentés, excepté... Alambic/Sortie Sud ! What the fuck? Idem: aucune trace de Alligator 427: mais que se passe-t-il, bon sang?

thiefaine_5p

 

Bon, concentrons-nous sur les qualités. Et ce disque, il en a, des qualités. Déjà, des musiciens de talent; ici, Thiéfaine s'est enfin remis avec Claude Mairet, Tony Carbonare, etc..., ce qui permet de signer une prestation live classique, certes, mais vraiment convaincante. Ensuite, Thiéfaine arrive à rendre grandioses des titres à la base médiocres (Was Ist Das Rock'n Roll, Septembre Rose, à l'origine présents tous deux sur le très mauvais Eros Über Alles de 1988). Puis, quelques grands moments d'émotion: Un Automne A Tanger, Exercice De Simple Provocation Avec 33 Fois Le Mot Coupable; des moments plus rock, mais toujours aussi bons: Les Mouches Bleues, Dans Quel Etat Terre; et toujours un amas de classiques absolus: L'Ascenseur De 22h43, La Fille Du Coupeur De Joints, Lorelei Sebasto Cha, Sweet Amanite Phalloïde Queen, Mathématiques Souterraines, Les Dingues Et Les Paumés...

Thiefaine

Reste un concert de grand qualité, à conseiller à quiconque souhaiterait découvrir Thiéfaine, car bourré jusqu'à la moëlle de classiques et de morceaux quintessentiels. Certains fans aboslus de disent déçus par ce live, ça se comprend, mais tout de même... Quel pied!

Critique du chapitre 3 de ClashDoherty :

En Concert A Bercy, sous sa très moche pochette (on dirait le visuel d'un live bootlegfait à la va-vite et vendu à la sauvette !), est un double live sorti en 1998, alors qu'Hubert-Félix Thiéfaine est en tournée promotionnelle pour le deuxième volet de son plus récent diptyque : Le Bonheur De La Tentation (qui fait, dans un sens, suite à La Tentation Du Bonheur de 1996). Très long (deux disques de plus de 70 minutes remplis à la gueule, 32 titres en tout, même si deux d'entre eux sont des speeches - Talking - de Thiéfaine, face au public), En Concert A Bercy est, apparemment, un live controversé, chez les fans du Jurassien. Le Jurassien, comme Koamae (merci à lui, d'ailleurs ,de m'avoir fait découvrir ce live et fait changer d'avis sur HFT) le dit, fêtait, en live, un anniversaire, on entend même la foule scander Happy Birthday vers le début du show : 30 ans de carrière (avec Machin, puis en solo), et 20 ans de carrière en solo (premier disque en 1978).

Certes, ce live a des raisons d'être controversé (comme Koamae le dit, Alligators 427, meilleure chanson du chanteur, n'est pas là, ce qui, d'emblée, est ultra décevant, et autre raison d'être déçu, aucun titre de Alambic/Sortie Sud, son meilleur album studio - mais pas son plus commercial, on est d'accord), mais je dois dire que malgré ces défauts que je viens de donner entre parenthèses, je l'adore, ce live. Certes, autre défaut, on a droit à Septembre Rose, Was Ist Das Rock'n'Roll ? ou Zone Chaude, Môme, sans parler du Chaos De La Philosophie, chansons que j'abhorre du plus profond de mes tripes,mais comparé au nombre ahurissant de classiques (La Philosophie Du Chaos, et ses paroles terribles : C'est pas parce qu'on a les pieds d'dans qu'il faut y mettre les mains ;Lorelei Sebasto Cha, Les Dingues Et Les Paumés, 113ème Cigarette Sans Dormir, La Maison Borniol, Exercice De Simple Provocation Avec 33 Fois Le Mot 'Coupable', La Ballade D'Abdallah Geronimo Cohen, Je T'En Remets Au Vent, Méthode De Dissection Du Pigeon A Zone-La-Ville, et j'en oublie, car il y en à vraiment beaucoup), c'est peu dire que la déception laisse rapidos place à la jouissance (certains changeront sans doute plusieurs fois de slips durant l'écoute).

Je dois donc dire que ce double live à Bercy (un Bercy complet, mais comme Thiéfaine le dira en interview dans un canard dont j'ai zappé le nom, sans doute VSD, aucune chaîne de TV n'en a parlé, alos que remplir Bercy, excusez du peu, mais c'est une performance pour un chanteur aussi peu commercial et médiatique que lui) est une réussite totale, ou presque. Même si les classiques abondent et sont super bien joués (même si, sur 113ème Cigarette Sans Dormir, le réarrangement au synthé de l'intro de guitare me gêne, je préfère la version studio), même si le son est excellent et le concert, dans l'ensemble, monstrueux, même si j'ai adoré, je préfère, de peu mais quand même, le premier volet (double) des En Concert, de 1983, avec sa pochette en clap de cinéma. Mais c'est pour chipoter, car En Concert A Bercy est juste immense !

CD 1:

L'Ascenseur De 22h43

Exil Sur Planète Fantôme

Autoroutes Jeudi D'Automne

Talking 1

113ème Cigarette Sans Dormir

La Maison Borniol

Orphée Nonante Huit

Méthode De Dissection Du Pigeon A Zone-La-Ville

Groupie 89 Turbo 6

Was Ist Das Rock'n Roll

Mathématiques Souterraines

La Vierge Au Dodge 51

Bipède A Station Verticale

Septembre Rose

Tita Dong Dong Song

Je T'En Remets Au Vent

CD 2:

La Ballade D'Abdallah Geronimo Cohen

Les Mouches Bleues

Un Automne A Tanger

Dans Quel Etat Terre

Narcisse 81

Les Dingues Et Les Paumés

Sweet Amanite Phalloïde Queen

Zone Chaude Môme

La Cancoillotte

La Philosophie Du Chaos

Le Chaos De La Philosophie

Exercice De Simple Provocation Avec 33 Fois Le Mot Coupable

Talking 2

Des Adieux

Lorelei Sebasto Cha

La Fille Du Coupeur De Joints