T7

Téléphone a réussi son coup en 1982 avec Dure Limite, album magistral, rempli de classiques (je ne vais pas les citer ici, allez voir ma chronique de l'album, faite hier), enregistré à Toronto avec Bob Ezrin à la production. Le groupe va mettre deux ans avant de ressortir un album, ce qui va forcément entraîner une forte attente. Cette attente sera comblée en 1984 avec ce cinquième album, le seul de leurs albums à ne pas le montrer en photo sur la pochette (sauf pour le recto et la sous-pochette, photos plus bas). Cette pochette est à fond jaune, on peut y voir un bonhomme (Jean-Louis Aubert, probablement, mais le moins que l'on puisse dire, c'est que ce personnage à tronche de Gaston n'est pas très ressemblant) aux proportions ratées, une guitare, une petite voiture...et d'autres choses sur le verso et la sous-pochette (girafe, avion, bateau). On ne peut pas vraiment dire que cette pochette soit belle, ni réussie (ça revient un peu au même). Heureusement, Un Autre Monde (en 1980, Balavoine sortira un album sous ce même titre) est nettement meilleur dans son contenu que pour son contenant. Long de 39 minutes, ce disque offre 11 titres, dont deux immenses tubes du groupe, et plusieurs autres chansons sont également très connues (mais à un degré moindre que les deux tubes tout de même) et adulées des fans. Ce disque a été enregistré en Angleterre, et produit par Glyn Johns (qui a bossé avec Led Zeppelin, les Beatles, les Who, les Rolling Stones, Clapton, les Eagles, les Clash, Midnight Oil, Blue Öyster Cult, le Steve Miller Band...on voit le statut du mec). Deux musiciens invités sont sur l'album : Paul 'Wix' Wickens à l'accordéon et au synthétiseur, qui fera partie de la bande de McCartney quelques années plus tard ; et John Entwisle aux cuivres. Entwisle, alias le bassiste des Who. 

T8

A la base, le groupe voulait le producteur Steve Liliwhite (U2) mais ce dernier, se rendant compte de la situation au sein du groupe, refusera et le groupe se tournera vers Glyn Johns. La situation du groupe ? Téléphone était à deux doigts de se séparer. Aubert, Bertignac, Marienneau et Kolinka sentaient bien que la fin était proche (ce qui ne les empêchera pas, une fois ce disque sorti, d'en préparer un autre, qui aurait été double et sur lequel se serait trouvé Le Jour S'Est Levé, sorti en single en 1986 au moment de leur séparation). L'enregistrement s'est bien passé, et sera émaillé d'une journée particulière, le jour de l'anniversaire de Glyn Johns, pour lequel plusieurs stars viendront faire une jam géante avec Téléphone : Eric Clapton, Jeff Beck, Charlie Watts, Jimmy Page, Pete Townshend, ainsi que John Entwisle. Oui, Téléphone a, mais c'est resté sans témoignage audio enregistré hélas, joué avec ces piliers ! Pour en revenir à l'album, il offre donc du lourd : Un Autre Monde, d'abord, qui achève parfaitement l'album, et sortira en deuxième single. Il cassera la baraque à frites (le premier single, Oublie Ca, ne marchera pas trop, en revanche) et propulsera l'album au firmament, alors que les premières ventes étaient difficiles. New York Avec Toi sortira en troisième single, et marchera très bien aussi. Impossible d'imaginer un concert de Téléphone sans ces titres, qui seront évidemment joués lors des concerts des Insus ?, ainsi que cinq autres titres de l'album.

T9

Parmi eux, les excellentes chansons de Bertignac Le Garçon D'Ascenseur et surtout 66 Heures, remarquable. Parmi eux, aussi, l'excellentissime morceau d'ouverture, Les Dunes, et le géniallissime et trippant Electric Cité, un de mes morceaux préférés du groupe (la version présente sur Le Live enterre la pourtant excellente version studio, et le groupe le jouera au Stade De France au cours du dernier concert des Insus ?). Mais aussi Ce Que Je Veux (que je n'ai jamais aimé, en revanche). Autre belle réussite sur l'album, Le Taxi Las, atmosphérique et méconnue. Le reste est moins abouti, mais rien n'est mauvais, à part peut-être le fadasse Loin De Toi (Un Peu Trop Loin) que pareil à Ce Que Je Veux, je n'aime pas. Oublie Ca est pas mal du tout mais le choix de la sortir en premier single était aussi osé que difficile à comprendre, la chanson n'a vraiment pas la carrure pour ça. T'As Qu'Ces Mots, avec les cuivres de John Entwisle, est bien meilleure, mais pas non plus immense. L'album est magnifiquement produit, le groupe a tout donné, Aubert et Bertignac chantent parfaitement, on sent bien que la fin est proche car ils semblent très soudés, encore plus que d'ordinaire, ce disque c'est un peu (toutes proportions gardées) le Abbey Road du groupe, le dernier baroud d'honneur, enregistré entre deux probables prises de bec ou bouderies. La tournée sera triomphale, le groupe rentabilisera bien l'album en en interprétant pas mal de morceaux (sur les 16 titres présents sur Le Live, 5 sont issus de Un Autre Monde). Cet album, qui fut le premier que j'ai eu (mais pas le premier écouté) du groupe, et qui m'a résisté pendant des années, n'est pas mon préféré d'eux. Ce n'est pas leur meilleur non plus, même si aucun de leurs albums n'est secondaire. C'est peut-être le moins grandiose des cinq albums si on y réfléchit bien, mais beaucoup de groupes d'un niveau inférieur à Téléphone s'en contenteraient bien comme magnum opus. Bref, c'est encore une fois, et pour la dernière fois, un excellent album de rock français à l'anglosaxonne !

FACE A

Les Dunes

New York Avec Toi

Loin De Toi (Un Peu Trop Loin)

66 Heures

Ce Que Je Veux

Le Garçon D'Ascenseur

FACE B

Oublie Ca

T'As Qu'Ces Mots

Le Taxi Las

Electric Cité

Un Autre Monde