STP_Tiny_Musci

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Stone Temple Pilots reste un groupe sous-estimé et/ou injustement critiqué par la presse, surtout à ses débuts. En effet, après un premier album honnête (donc, Core) et un second d'excellente facture (Purple), Stone Temple Pilots (STP) fait toujours partie des groupes "mal aimés". Ce qu'on leur reproche ?
De trop ressembler aux groupes de la vague grunge, mouvement auquel n'appartient pas STP. Surtout avec leurs deux premiers disques, certains détracteurs accusent STP de plagier le groupe Pearl Jam.

En tout cas, c'est un reproche que j'ai souvent lu à l'époque. Cette remarque est pour le moins incompréhensible. Oui, c'est vrai, les textes de STP ne sont pas spécialement joyeux, mais leur son diffère totalement de celui de Pearl Jam.
Malgré les mauvaises critiques, Scott Weiland et les siens continuent leur bonhomme de chemin. Preuve en est avec Tiny Music (Songs from the Vatican Gift Shop), sorti en 1996. Premier constat: le titre de cette troisième galette est très long, pour ne pas dire interminable. 

Personnellement, j'aime beaucoup la pochette du disque, mais clairement, elle ne plaira pas à tout le monde puisqu'elle est assez psychédélique. En effet, en gros plan, on voit une femme souriante qui se trouve dans une piscine, à l'intérieur de laquelle se trouve un crocodile.
En arrière plan, on voit une sorte de temple en dessous duquel se trouvent plusieurs objets hindous. L'intérieur de la pochette est une succession de cliché du groupe. Pour le reste, Tiny Music est très court, puisqu'il s'étale sur une durée de 41 minutes environ pour 12 titres.

Je ne crois pas me tromper en affirmant qu'il s'agit du disque le plus court de STP. C'est aussi le plus efficace. Ce qui ne signifie pas pour autant qu'il soit le meilleur. En tout cas, personnellement, je le situe plus ou moins à égalité avec Purple.
Certes, je préfère le dernier disque mentionné car musicalement plus recherché. Néanmoins, Tiny Music possède tout de même un certain charme et des singles en puissance. C'est clairement un bon disque, voire même un très bon disque.
Paradoxalement, il marque aussi la fin (ou presque...) du groupe. En effet, déjà à l'époque, STP doit faire face aux nombreuses frasques de Scott Weiland, régulièrement arrêté par la police.

Les autres membres du groupe commencent à en avoir marre et menacent de cesser toute activité. Toutefois, malgré les nombreux séismes (façon de parler) au sein de groupe, STP continuera de sortir des albums par la suite, mais sans jamais retrouver la fougue de ses trois premiers opus (surtout le deuxième et le troisième). En résumé, si vous voulez découvrir ce groupe, vous pouvez vous contenter de Purple et de Tiny Music. C'est largement suffisant.
Mais revenons au disque ! Il faut bien le reconnaître: l'introduction du disque, à savoir Press Play, un morceau instrumental, n'augure rien de bon.

Non pas que cette introduction soit mauvaise, loin de là, mais clairement, c'est un interlude qui ne sert pas à grand chose. En même temps, le morceau est très court, donc rien de grave. Dès le second titre, Pop's love suicide, STP rassure. D'ailleurs, le morceau est suivi d'un autre titre très rock, Tumble in the rough, qui vise avant tout à l'efficacité.
C'est clairement un morceau standardisé pour passer sur les ondes radios. Pourtant, c'est encore une fois efficace. Visiblement, Scott Weiland et sa bande sont en forme.

Curieux que le groupe ait choisi Big Bang Baby comme premier single. Non pas que ce titre soit mauvais, mais il nécessite plusieurs écoutes pour être apprécié sur la durée. A la rigueur, Tumble in the rough était un single beaucoup plus évident. Parfois, le groupe ralentit la cadence avec des balades assez réussies, entre autres Lady Picture Show et And So I Know.
Moins recherché que son prédécesseur, Tiny Music est un disque beaucoup plus traditionnel qui s'acharne à appliquer toujours la même formule, à savoir cette alternance entre des morceaux énervés et des titres beaucoup plus calmes.

Force est de constater que cette formule fonctionne à merveille ou presque... En effet, seul petit bémol, certains titres font figure de remplissage, c'est par exemple le cas de Daisy, nouvel interlude instrumental, ou encore d'Art School Girl qui, sans être foncièrement mauvais, n'ont rien d'extraordinaires. Néanmoins, Tiny Music contient de nombreuses pépites, notamment Ride the Cliché, Trippin' on a hole in a paper heart et surtout Adhesive, probablement le titre le pus recherché et le plus surprenant de cette nouvelle galette. Bref, Tiny Music reste un très bon cru de STP.
Comme je l'ai déjà souligné, ce sera aussi le dernier. Par la suite, le groupe sortira des albums assez moyens, pour ne pas dire très médiocres.

Liste des titres:

Press play
Pop's love suicide
Tumble in the rough
Big Bang Baby
Lady picture show
And So I Know
Trippin' on a hole in a paper heart
Art school girl
Adhesive
Ride the cliché
Daisy
Seven caged tigers