50151789_p

Et voici la discographie, studio et live (officielle) des Who !

My_GenerationMy Generation (1965) : Premier album contenant les classiques The Kids Are Alright et, évidemment, My Generation. Mais ce premier album souffre de ce mal qui ronge pas mal des albums de l'époque : mis à part les deux classiques ayant servi à promouvoir ce disque, pas grand chose d'immense ici, c'est assez inégal par moments. Ce n'est pas un mauvais album, mais on le sent construit autour de sa faramineuse chanson-titre...

cover_243156102010A Quick One (1966) : Premiers accents progressif, psychédéliques, opéra-rock pour les Qui, avec cet album assez sous-estimé (mais pas grandiose non plus, juste très correct) offrant le long, très long (par rapport aux autres titres) A Quick One, WhileHe's Away, prémonitoire du futur Tommy.  Très intéressant, mais généralement pas le plus apprécié des albums des Who.

53314621_pThe Who Sell Out (1967) : Tattoo, I Can See For Miles, Armenia City In The Sky, Rael... Cet album à la pochette rigolote pastichant des marques (Odorono, Heinz Baked Beans...) est une petite réussite de plus pour les Who, même si le meilleur reste, encore une fois, à venir. Mais un fan de rock psychédélique se doit de l'écouter !

42921422_pTommy (1969) : Le Léviathan des Who, leur album monstre, double (simple en CD) opéra-rock commercialisé avec livret, comme un opéra, et racontant une histoire. Une histoire, certes, abracadabrante (un gamin voit sa mère et l'amant de sa mère tuer son père et en devient sourd, aveugle et muet ; enfant, il est martyrisé par son cousin délinquant et violé par son oncle libidineux ; adolescent, il devient champion de flipper, voit un docteur, sa mère casse un miroir pendant qu'il passe devant, et il guérit, et monte sa secte d'adorateurs de flippers), maismusicalement, c'est magnifique. Un film en sera tiré, qui est culte. Un album certes parfois pompeux, mais grandiose.

50123646_pLive At Leeds (1970) : Live plus ou moins controversé (des rumeurs selon lesquelles il aurait été enregistré, en fait, en studio ; ou refait en studio, par moments, lui ont fait du mal), mais qui demeure un intense moment de rock pur. 6 titres dans sa version initiale (pochette ressemblant à un bootleg, avec feuillets divers dans la pochette ; je possède ce vinyle) et de nombreux rajouts en CD, ainsi qu'une édition double CD quintessentielle. Mais je préfère la version de base, parce que c'est celle de base, justement : less is more !

42160748_pWho's Next (1971) : Le meilleur des Who, sans doute (même si je hais Going Mobile).Pochette se foutant de la tronche d'un certain film de Kubrick (indice, celui de 1968), et classiques à la pelleteuse pour un disque, cependant, qui a tout du foutraque : c'est un album conçu à partir des morceaux récupérés de Lifehouse, un opéra-rock que les Who envisageaient de faire, mais qu'ils abandonnèrent, se rendant compte qu'il n'était pas réussi. Avec leur ingénieur du son, ils ont bricolé un album potable à partir des meilleurs morceaux (My Wife, du bassiste Entwisle, n'en faisait pas partie, à été composée à part), et ça a donné ce disque, que le groupe a toujours estimé être raté. Une pure merveille rock, tout simplement.  

43020669_pQuadrophenia (1973) : Opéra-rock, double album (toujours en CD) qui sera adapté au cinéma en 1979 par Franc Roddam. Un disque parfoismal-aimé (on lui reproche, au choix, ses cuivres omniprésents, ses synthétiseurs aussi omniprésents, et sa longueur, 84 minutes). Ce fut mon premier Who, et rien que pour ça, c'est mon favori. Faut dire aussi qu'il est puissant, et meilleur que Tommy, car moins abracadabrantesque, niveau histoire. Bref, un sommet mésestimé.

52075661_pThe Who By Numbers (1975) : Autre disque mal-aimé, au succès moyen, sans tube, peu joué sur scène à l'époque...Pochette (du bassiste) immense, album correct, sous-estimé, mais quand même pas grandiose. Il est, cependant, nettement meilleur que ce que l'on a pu dire à son sujet, mais aucun grand classique ne s'y trouve. Un disque un peu fantôme, dommage pour lui.

50151172_pWho Are You (1978) : Une pure chiasse, je sauve, à la rigueur (mais vraiment à la rigueur) la chanson-titre, depuis chanson du générique des Experts : Las Vegas. Malgré les ouhou ouhou horripilants du refrain... Mais le reste de l'album (Sister Disco, Music Must Change) est absolument insauvable. Le dernier album sorti du vivant de Keith Moon...

2881_1Face Dances (1981) : Entendu une fois, et je ne m'en souviens pour ainsi dire pas. Premier album du groupe depuis la mort (par overdose) de Keith Moon. Le groupe semble apparemment près de la mort, un disque oublié et, selon mes rares souvenirs, à oublier. Je n'ai pas envie de le réécouter (d'ailleurs, je ne l'ai pas en ma possession).

21_82_its_hardIt's Hard (1982) : Jusqu'à 2006, ça sera le dernier opus studio des Qui. Et c'est leur pire (celui-là, oui, je m'en souviens). Le titre de l'album semble indiqué, c'est vraiment dur de continuer sans leur batteur fou, et le public ne s'y trompera pas : les Who arrêteront rapidement les frais. Un album tout simplement insauvable, capable de transformer Who Are You en triomphe de la volonté.

the_who_2_whos_last_1982_1984_L_MLjRumWho's Last (1982) : Existe aussi sous une autre pochette, moins colorée (le titre, en doré sur fond noir, en très gros). Live (double, en vinyle, et simple en CD) marquant, comme son titre l'indique, la fin de la carrière des Qui. Bon, mais pas grandiose, en somme.

32_90_join_togetherJoin Together (1990) : Album d'un concert de reformation en 1989, 7 ans après la séparation. C'est pas spécialement folichon...

a62416Live At The Isle Of Wight (1996) : Concert de 1971, juste immense, qu'on se demande pourquoi il a fallu attendre si longtemps pour l'avoir et l'écouter. Rien d'autre à dire, sauf que je trouve, quand même, Live At Leeds meilleur. 

Endless_WireEndless Wire (2006) : Entwisle mort depuis quelques années, les Who ne sont donc plus que deux, Daltrey et Townshend. Les deux plus connus et importants, mais quand même, le groupe est à moitié là, c'est comme si les Beatles se reformaient avec Macca et Ringo. Un album franchement pas top, loin d'égaler les classiques d'antan, mais ce ne fut pas le but du groupe. Le but était juste de 'refaire ça'. Bon, ils l'ont 'refait', et alors ? C'est mauvais, c'est mauvais, que dire d'autre...ah si ! c'est pas non plus leur plus mauvais (voir en 1982).