Place désormais à Pearl Jam dont voici la discographie, en sachant que je n'aborderai que les albums studios. C'est déjà pas mal !

Ten (1991)

PearlJam_Ten

Eelsoliver: premier album du groupe et premier succès phénoménal avec des brouettes de disques vendus ! La production a bien vieilli. Reste un album probablement un peu surestimé, même si je me souviens l'avoir adoré à l'époque. Ten contient tout de même quelques classiques du groupe: Even Flow, Black, Jeremy... En sachant que je n'ai jamais aimé Oceans et Deep.
Pendant longtemps, et encore aujourd'hui, on rattachera Peal Jam à un unique single, Alive, certains fans espérant que la bande à Vedder délivre un nouveau morceau digne de ce véritable classique.


Leslie B. : Si seulement cet album avait bien voulu ne contenir que les dix premiers titres... En effet, si la première moitié du disque enfile les perles, la deuxième finit par enchainer les bouses comme devant un stand du Salon de l'Agriculture... Enfin, faudrait être pisse-froid pour ne pas saluer des réussites comme Even Flow, Alive, Once, Black, Jeremy, Why Go, Garden... Sinon, gros point noir en ce qui concerne la production : froide, mécanique et clinique, elle subit horriblement les outrages du temps.

Vs (1993)

pearl_jam___vs___front

Eelsoliver: Seconde livraison du groupe, et probablement la meilleure, ou tout du moins, l'un des albums les plus aboutis de Pearl Jam. Après l'immense succès de Ten, Eddie Vedder et les siens se doivent de confirmer, en plein boom Nevermind. Mission plus que réussie !
Encore une fois, Pearl Jam peut compter sur les classiques: Go, Animal, Daughter, Elderly Woman, Dissident... Toutefois, Vs contient quelques morceaux dispensables: W.M.A. ou encore Leash.

Leslie B. :  ah, les PJ semblent avoir retenu les leçons du 1er album : moins de dispersion, une prod' moins etouffe-chrétien... L'album a été le recordman des ventes en 1ère semaine aux USA, mais je crois qu'un autre a dû prendre le titre. Des hymnes encore une fois, comme Olivier les a cités, je ne vais pas répéter !

Un futur cheval de bataille scénique : Rearviewmirror

Vitalogy (1994)

pj_vitalogy

Eelsoliver: L'un des albums les plus surprenants de Pearl Jam qui change un peu ses sonorités et sa palette musicale, alternant les morceaux burnés (Last Exit, Whipping), les classiques (Corduroy), les balades (Immortality) voire des chansons étranges et plutôt inutiles, faisant office de remplissage (Bugs). Un troisième disque et une nouvelle réussite.

Leslie B. : le packaging est très réussi ! mais ce disque souffre légèrement d'un problème propre aux années 90 : pourquoi faire concis quand on peut faire long ? LA première moitié est excellente, la fin est plus que limite...

Des perles : Tremor Christ, Not For You, Last Exit, Immortality.

No Code (1996)

pj_no_code

Eelsoliver: mon petit chouchou ! Et pourtant, No Code aura provoqué bien des débats au sein de la communauté des fans et dans les forums.
Verdict ? No Code est-il bon ou mauvais ? Personnellement, j'ai toujours adoré l'ambiance de No Code, le groupe démontrant toutes ses qualités, passant de morceaux très calmes et réussis (Sometimes) à des morceaux bourrins (Habit), voire des livraisons plus étranges (le magnifique Present tense), avec quelques balades superbes (Around the bend).

Leslie B. : très bon album ! Plus apaisé et moins "foutraque-mes burnes" que la fin de Vitalogy, No Code excelle dans les morceaux calmes et mid-tempo. Sometimes, Present Tense, Off He Goes et In My Tree figurent parmi mes titres favoris du groupe. La mue du groupe est tellement réussie que je dois admettre que je trouve les rocks présents ici tout à fait hors de propos... Surtout Habit qui souffre d'une pauvreté mélodique proche de l'indigence.

Yield (1998)

Pearl_jam___yield___front

Eelsoliver: pas facile de passer après No Code et ses prédécesseurs. Pearl Jam signe son pire album, Yield, qui marque le début d'un certain déclin.
Le groupe aura du mal à retrouver de sa superbe par la suite. Ce cinquième opus contient beaucoup de titres fades: No Way, faithfull, Push Me Pull Me, pour ne citer que ceux-là...
Et encore, même les singles ne sont pas convaincants: personnellement, je n'ai jamais compris l'affection de Pearl Jam pour wishlist, qui revient souvent dans leurs concerts. Même chose pour do the evolution, chanson que j'ai toujours trouvé gonflante...
Reste quelques titres de bonne facture: MFC, Pilate et In Hiding, mais c'est trop peu pour sauver l'ensemble d'un ennui poli.

Leslie B. :  bon... faut pas tirer sur l'ambulance, hein ? Je sauve le trio cité par Olivier, mais sinon, je jette en bloc quasiment tout le reste !

Binaural (2000)

PEARLJAMBINAURAL

Eelsoliver: en quelques mots ? Un album inégal. Du très bon (Nothing as it seems), au moins bon (Soon forget) en passant par quelques sursauts (breakerfall) et balades bien senties (Light Years). Mais dans l'ensemble, en dehors de Nothing as it seems et de Parting Ways, voire Of the Girl, pas grand chose à signaler.

Leslie B. : Un léger mieux dans le bulletin de santé du patient Pearl Jam en cette année 2000. Ce n'est pas encore la forme pétaradante, mais il ne faudrait pas cracher sur les très bons Nothing as it Seems, Light Years, Of The Girl, Rival, et Of The Girl.

Les rocks sont encore une fois à la ramasse : si Breakerfall est sympatoche, je n'ai jamais apprécié God's Dice et encore moins l'atroce Evacuation composé par Matt Cameron, une chanson de batteur quoi...

Riot Act (2002)

pj_riot_act

Eelsoliver: Un album mitigé mais meilleur que son prédécesseur. La première partie de Riot Act est irréprochable, voire franchement d'excellente tenue: Can't Keep, Save You ou encore Ghost sont autant de réussites. Pourtant, après une première partie prometteuse, Pearl Jam sombre dans les chansons quelconques et soporifiques. Et les mecs, c'est quoi ce machin, intitulé Arc ?
Personnellement, Bushleaguer m'a toujours ennuyé. Même chose pour Help Help et j'ai de plus en plus de mal avec le single, I am Mine.

Leslie B. : pareil... Mais j'aime toujours I Am Mine !

Pearl Jam (2006)

pearl_jam

Eelsoliver: le retour du titan ! Enfin, Pearl Jam signe l'album que l'on attendait depuis longtemps. C'est probablement le disque le plus complet du groupe, avec d'excellents titres (Comatose, Life wasted, Marker in the sand, Unemployable et comeback), Pearl Jam réussissant parfaitement à marier morceaux rapides et balades splendides.

Leslie B. : Mais si seulement le groupe savait finir les albums... Parce que là, le chef-d'oeuvre n'est pas passé loin... Mais entre titres bourrins un peu con-con (Big Wave), et morceaux un peu quelconques (Army Reserve), la deuxième moitié fait (un tout petit peu...) chuter le niveau d'ensemble. Car la première moitié est un réel délice...

Backspacer (2009)

pj_backspacer

Eelsoliver: Après un retour en force, tous les espoirs sont permis. On croit alors que Pearl Jam va enchaîner sur une nouvelle réussite. Pourtant, bien que très court, Backspacer est un album soporifique, terne, plat et franchement décevant. En dehors de quelques titres sympas mais assez classiques (Gonna See my friends, get some), ce nouveau cru manque singulièrement de souffle et de surprise, Eddie Vedder nous refourguant parfois la B.O. d'Into The Wild, avec des titres moyens (The End est pas mal mais inabouti), qui ne parviennent jamais à décoller, sans compter les morceaux ineptes.
Mention spéciale à Johnny Guitar et à Unthough known. La pire livraison du groupe après Yield, bien entendu...

Leslie B. : Que cela serve de leçons à tout le monde ! Ne jamais chroniquer un disque après une seule écoute ! Car j'avais dit du bien de ce truc franchement mal cuit... Un démarrage en trombe, puis ça bande mou... A part le très punk vintage Supersonic qui assure pas mal...

Voilà, je laisse Clash voire Leslie et Koamae donner leurs impressions s'ils en ont envie... Pour Clash: allez, dis "j'aime Pearl Jam", ne serait-ce qu'une fois dans ta vie...