43475927_p

Petit article pour vous proposer de décortiquer la discographie d'un excellent groupe de pop/rock californien, Toto !

43475672_pToto (1978) : Indéniablement une réussite, malgré un You Are The Flower assez mièvre et un Manuela Run au refrain insupportable. Mais déjà, plusieurs classiques : Georgy Porgy, Hold The Line, Angela, Child's Anthem/I'll Supply The Love. Un disque très pop, bien dans son époque, un chouia daté, mais très sympa ! 

42673875_pHydra (1979) : Plus complexe, limite progressif, avec ses deux premiers morceaux formant une suite (même sujet, à peu près) et son lot de classiques. Un des meilleurs albums du groupe. En fait, leur meilleur, probablement, ex-aequo avec le très rock Kingdom Of Desire. Pour moi, du tout bon !

42773060_pTurn Back (1981) : Une production assez faiblarde (toujours en CD, mal remastérisé), une pochette hideuse, un album au succès très très faible...mais un disque rock, bien efficace, avec de superbes chansons (English Eyes, Live For Today, le morceau-titre), un de mes préférés. Très méconnu et sous-estimé !

49599469_pToto IV (1982) : Dernier album avec le bassiste David Hungate et le chanteur Bobby Kimball (qui partira pour des soucis de came, et reviendra bien des années plus tard). Un disque au succès phénoménal, rapport à trois tubes immenses : I Won't Hold You Back, Rosanna et Africa. Certes, ces chansons (et Waiting For Your Love et Make Believe) sont superbes. Mais le reste l'est nettement moins. Un disque en demi-teinte, inégal, pas nul, pas génial... Pas un de leurs meilleurs, quoi qu'on en dise ! Les tubes ne font pas tout.

DuneSoundtrackDune Soundtrack (1984) : Avec un morceau signé Brian Eno (The Prophecy) et d'autres en collaboration avec lui (ou écrits par le groupe seul), cette musique de film est assez correcte. De bons morceaux, d'autres moins efficaces. Indissociable du film, en fait !

42504985_pIsolation (1984) : Mon petit chouchou de Toto. Avec un nouveau chanteur qui ne durera que le temps de ce disque, Fergie Fredericksen, à la voix très aigue, et l'arrivée du bassiste Mike Porcaro, frère du batteur Jeff et du claviériste Steve. Le tube de l'album, Stranger In Town, n'est d'ailleurs interprété par lui (le comble), mais par le claviériste David Paich. Un ton très très rock, limite hard-FM, pour un disque ultra efficace, dont je ne me lasserai jamais (depuis le temps que je l'écoute, je le saurais, si j'en étais lassé !). Succès moyen à sa sortie, faut dire qu'il détonne par rapport aux précédents (et deux suivants). Mais pour moi, un des meilleurs, rien que ça.

49531006_pFahrenheit (1986) : Encore un nouveau chanteur, Joseph Williams, par ailleurs fils du fameux compositeur John Williams. Il tiendra deux albums, ce Joseph, à la voix suave, chaude, aigue, une voix de crooner teen, un peu. Album assez décevant, malgré quelques bonnes chansons (I'll Be Over You, le tube, chanté par Steve Lukather) et la participation de Miles Davis sur l'instrumental Don't Stop Me Now. Mais un disque assez mineur et plat. Mièvre. Et départ, après ce disque, de Steve Porcaro.

50223059_pThe Seventh One (1988) : Premier disque de Toto formaté pour le CD (car plus long que les précédents, 55 minutes). Encore Joseph Williams, dont les chansons ont, enfin, les honneurs du single : Pamela, Stop Loving You. Un disque cent fois meilleur que le précédent, mais pas parfait quand même : production trop douce, album contenant quelques trucs pas terrible (Straight To The Heart, You Got Me, A Thousand Years). A noter, quand même, Home Of The Brave, le très rock Stay Away avec Linda Rondstadt et These Chains (de Lukather).

61152820_pKingdom Of Desire (1992) : Le deuxième sommet du groupe. Entièrement chanté par Lukather, un disque sauvagement rock, sans répit, 69 minutes de pur rock à connotation hard-FM et bluesy, avec d'immenses chansons : Kingdom Of Desire (la meilleure du groupe), How Many Times, Wings Of Time, et les deuxs tubes Don't Chain My Heart et 2 Hearts. Dernier album avec le batteur Jeff Porcaro, qui décèdera d'overdose avant la sortie. Un joyau brut que ce disque !

608476Absolutely Live (1993) : Un très bon live de la tournée Kingdom Of Desire, avec, à la batterie, Simon Philips, qui remplace Porcaro pour cause de décès  (évidemment). De bonnes versions des classiques de Toto, un son très incroyable...Un excellent live, quoi !

50191376_pTambu (1995) : Quasiment aussi grandiose que Kingdom Of Desire, ce qui veut tout dire. Plus de 70 minutes de bonheur avec I Will Remember, Gift Of Faith, The Turning Point... Comme leur précédent opus studio, c'est un disque rock pur qui plaira même aux anti-Toto, car il ne sonne vraiment pas comme le Toto pop des précédents albums ! Magnifique et sous-estimé, aussi. Simon Philips entre dans le groupe comme batteur.

Toto_Mindfields_Del_1999_DelanteraMindfields (1999) : Retour de Bobby Kimball au chant pour un disque assez sympathique mais trop long, et au final, sans grosse surprise. Ca fait plaisir de réentendre Kimball (excellent chanteur), mais ce disque n'arrive pas à la cheville des deux précédents, sans être non plus du niveau faiblard de Fahrenheit ou des suivants. Correct, quoi !

img_1_prLivefields (1999) : Live représentatif, rien que le titre est éloquent, de la tournée Mindfields. Bon, sans être immense, un live qui, tout comme les deux qui suivront, n'arrive pas à la cheville d'Absolutely Live. Correct, sans plus.

9faa024128a0e131c660e010_LThrough The Looking Glass  (2002) : Le plus mauvais disque de Toto, indéniablement, un album longuet et sans saveur aucune. Je ne vois rien à sauver ici, désolé de faire court, mais...voilà, quoi. A bannir.

Live_20in_20AmsterdamLive In Amsterdam (2003) : Live représentatif de la tournée de l'album précédent. L'album studio est nul, ce live n'est pas non plus un modèle dans son genre, malgré de bonnes versions des classiques. Mais c'est leur live le moins réussi, et un disque très mineur. Il marque aussi les 25 ans de carrière du groupe.

TotoFallingFalling In Between (2006) : Largement meilleur que le précédent opus et même que Mindfields, ce dernier album studio en date est quand même un poil longuet et inégal. Il plaira aux fans, mais Toto a fait largement mieux par le passé. Oui, c'est correct, quoi ! Du niveau de The Seventh One, dans un style différent cependant. 

toto_2007Falling In Between Live (2007) : Aucune surprise, mais ce n'est pas noàn plus catastrophique. Un live sans grosse saveur, il y à eu bien mieux, mais le son est d'enfer et les classiques sont toujours appréciables.