queens_of_the_stone_age_queens_of_the_stone_age

(chronique dédiée à Olivier qui m'a offert l'album en 2002, juste avant que celui-ci ne soit plus disponible dans les bacs, sa réedition est prévue pour le mois prochain : merci encore mon pote !)

Oui, on peut être et avoir été. Sans le savoir, Josh Homme avait contribué (avec Fu Manchu, Monster Magnet, Karma To Burn, et d'autres) à un come-back fracassant du hard seventies lourd et psychédélique au sein des monstrueux Kyuss. Formation constituée de purs tueurs (Nick Olivieri, Brant Bjork aka Mister Cool, le génial bassiste Scott Reeder, le macho shouter John Garcia, Alfredo Hernandez...), Kyuss a produit 3 albums de très haut niveau en l'espace de trois ans (Blues For The Red Sun en 1992, Kyuss aka "Welcome To Sky Valley" en 1994, et ...And The Circus Leaves Town en 1995), suscitant l'admiration et le respect chez certains mastodontes du circuit (Metallica les prend en 1ère partie en 1993, mais quelques mésaventures ont fait que l'expérience a coupé court ; Nirvana s'est inspiré en partie de Blues... pour son album In Utero (comparez "Apothecaries Weight" et "All Apologies")

Sous la houlette de Chris Goss (la tête pensante de Masters Of Reality), Kyuss avait su marier la lourdeur du hard originel, le groove (l'alchimie Bjork-Reeder sur Kyuss est absolument inouïe), et un certain état d'esprit de défonce. Mais malgré les louanges des pairs et de la presse spécialisée, les ventes n'ont jamais décollé... Frustrés, Garcia et Homme décident de mettre un terme à l'aventure à l'automne 96, en enregistrant un EP¨en forme d'adieu définitif (avec une reprise indispensable du Into The Void du Sabbat Noir). Homme part ensuite pour une pige chez les Screaming Trees de Mark Lanegan (tiens tiens...).

Garcia part chanter au sein de Slo-Burn et des fantastiques Unida (puis Hermano...). Seul le batteur Alfredo Hernandez reste aux côtés de Homme lorque celui-ci décide de mettre en place son nouveau projet. Lors de séances bien barrées dans le désert (les fameuses Desert Sessions), Homme commence à composer de nouveaux titres, à expérimenter avec qui passe dans le coin (Dave Catching, un Matt Cameron en rupture de Soundgarden, Chris Goss...). Peu à peu, les Queens Of The Stone Age prennent forme (le nom du groupe vient d'une réflexion de Goss lors de sa première rencontre avec Kyuss, il aurait dit de leur son qu'il lui faisait penser aux reines de l'âge de pierre...).

Queens_of_the_Stone_Age
-Quoi, mon T-shirt ? il est superbe mon T-Shirt !
-Mange un peu, Josh !
-ça n'a pas l'air très bon... et puis mon pull me gratte...

Après un split avec les Hollandais de Beaver en forme de galop d'essai, Homme planche sur le premier album des QOTSA avec le producteur Joe Barresi, et le fidèle Alfredo Hernandez derrière les fûts. Malgré la présence de Nick Olivieri au dos du disque, celui-ci ne rentrera en piste qu'au cours de la tournée qui suivra la sortie de l'album. Avec sa pochette bien moche piquée dans un ouvrage quelconque, le premier manifeste des Reines ne bénéficie pas d'un emballage alléchant. Et pourtant, ce serait bien dommage de passer à côté ! La diversité de Rated R et la puissance de Songs For The Deaf ne sont pas encore tout à fait en place, mais on sent une patte propre à Homme : riffs anguleux et répétitifs (You Would Know, Walkin' On The Sidewalks), mélodies singulièrement accessibles et sens du gimmick (How To Handle A Rope, Mexicola)...

Partagé entre délires psychédéliques (le fabuleux You can't quit me Baby, l'instrumental ravagé Hispanic Impressions), hommage aux grands anciens (If Only en forme de clin d'oeil aux Stooges), et pop-songs retorses et violentées (Mexicola, Avon...), l'album est déjà porteur de nombreux espoirs pour les années à venir. De futurs classiques du groupe sont présents (Regular John, If Only, Mexicola), et l'ensemble dégage une foutue classe et une personnalité singulière. Mais les ventes ne seront pas au rendez-vous hors du cercle des connaisseurs, il faudra attendre le suivant pour que les médias grand public s'emparent du groupe (les clips de Feel Good Hit Of The Summer, The Lost Art Of Keeping A Secret
). Hernandez quitte le navire à la fin de la tournée au profit de Gene Traumann, Nick Olivieri et Mark Lanegan pointent le bout de leurs nez... La période "classique" des QOTSA va pouvoir commencer...

Tracklist :
1-Regular John
2-Avon
3-If Only
4-Walkin' On The Sidewalks
5-You Would Know
6-How To Handle A Rope
7-Mexicola
8-Hispanic Impressions
9-You Can't Quit Me Baby
10-Give The Mule What He Wants
11-I Was A Teenage Hand Model