3fae4f18

Le pire, dans tout ça, c'est que cet album est un millésime 1982, autrement dit mon année de naissance, ce qui me conforte dans mon opinion qu'en dépit de ma naissance, cette année fut assez cataclysmique (en fait, musicalement parlant). 1982, c'est l'année du CODA de Led Zeppelin, du Hot Space de Queen, du Beat de King Crimson (pas nul, mais clairement un de leurs moins bons), du IV de Toto (qui est surestimé), de L'Aventurier d'Indochine, du premier album éponyme d'Asia, du Restless And Wild d'Accept (mon Dieu...), du Combat Rock des Clash, du Rio de Duran Duran, du Rock In A Hard Place d'Aerosmith... Bon, j'exagère, il y à aussi des tueries, en 1982, comme le Pornography des Cure, The Number Of The Beast d'Iron Maiden, Play Blessures de Bashung, Love Over Gold de Dire Straits, Nebraska du Boss Bruce, Thriller de Bambi, 1999 de Prince ou IV/Security de Peter Gabriel, sans oublier le Miami du Gun Club et Avalon de Roxy Music. Mais tout ça, citer les merdes et réussites de 1982, pour quoi, me direz-vous ? Oh, pour rien. Histoire de remplir le premier paragraphe de cette chronique, car je ne vois pas comment je pourrais parler, en trois paragraphes (comme d'habitude), de l'album que j'ai choisi d'aborder. 

Johnny_Hallyday_La_peur_back

D'ailleurs, je ne sais pas si je vais vous en parler, en fin de compte, de ce disque. Non. Non, vraiment, je ne sais pas. Je pourrais vous dire qu'hier soir, j'ai regardé France 2, l'émission en hommage à Serge Gainsbourg, pour les 20 ans de sa disparition (hé oui, le temps passe vite, 20 ans déjà), émission présentée par Michèleuh Druckeuhèreuh (mode [Nicolas Canteloup imitant le vieux porc de Marseille]off) et au cours de laquelle se sont cotoyés le minable et le très bon. Je peux vous dire qu'à l'heure actuelle je me réécoute les deux  albums solo de Gram Parsons, GP et Grievous Angel. Qu'à midi, je mange du boeuf bourguignon avec patates. Qu'hier, ce fut une pizza et une tarte aux pommes maison. Que j'aime les romans de Maxime Chattam, mais pas ceux de Guillaume Musso. Ou qu'à Menucourt, ma ville, il pleuviote légèrement à l'heure où j'écris ce que vous êtes en train de lire (si c'est pas de la magie, ça !).

295s2vl

Je peux aussi vous dire que j'aime certains albums de Johnny Hallyday et pas d'autres. Que les années 80 furent aussi duraille que la bataille du même nom (la bataille duraille...non, ne riez pas) en ce qui le concerne, malgré un Rock'n'Roll Attitude de très haute volée en 1985. Mais, hélas, cet album, ce n'est pas Rock'n'Roll Attitude, et, hélas, il ne date pas de 1985, puisqu'il date de 1982. Pour tout dire, cet album, j'ai vraiment La Peur d'en parler. Mais je dois Faire Face et laisser éclater Ma Voix De Révolté, avant d'Oublier que, tout compte fait, Je N'En Suis Plus Capable, d'en parler, de cet album. Oui, j'ai bien peur que moi, chroniqueur actuellement Sans Profession (et je le déplore), que moi, ClashDoherty, alias Le Survivant, que Je Suis Victime De L'Amour, et d'ailleurs, Il Nous Faudra Parler D'Amour Un Jour, les amis. En attendant, veuillez recevoir de ma part ces Cartes Postales D'Alabama, où il fait chaud, où il fait beau, et où je viens d'aperçevoir la Simone en train de se triturer la case trésor en regardant un film de Chuck Norris. Amicalement. Oui, je sais, ce dernier paragraphe est con comme une pine d'ourson, mais franchement, qu'est-ce qu'on en a à foutre, de ce disque minable ? Car il l'est, minable ! Avec un Jauni Alité en mode 'Mad Max' sur scène, à l'époque (véridique), en plus...   

FACE A

Le Survivant

La Peur

Veau D'Or, Vaudou

Je N'En Suis Plus Capable

Cartes Postales D'Alabama

FACE B

Je Suis Victime De L'Amour

Sans Profession

Il Nous Faudra Parler D'Amour Un Jour

Oublier

Faire Face

Ma Voix De Révolté