DeepPurple_WhoDoWeThinkWeAre

En 1973, Deep Purple est en haut de la vague. En effet, le groupe, alors sous son line-up Mk II (le plus culte : Ian Gillan au chant, Roger Glover à la basse, Ritchie Blackmore à la guitare, Jon Lord aux claviers, Ian Paice à la batterie), qui ne tiendra d'ailleurs plus longtemps, vient de cartonner à la fois avec l'album Machine Head et le double album live Made In Japan, tous deux de 1972. Made In Japan est même considéré, dès sa sortie, comme le meilleur album live jamais fait, et cette considération est grosso modo toujours d'actualité. Après ce double succès, le groupe commence à préparer un nouvel album, enregistré en 1972 entre Rome et Francfort (en Allemagne, mais est-il besoin de le préciser ?), album qui sortira en janvier 1973 sous une pochette plutôt moche et un titre assez prétentieux : Who Do We Think We Are ('qui croyons-nous que nous sommes ?').

deepur02_20last_20shot

Dernière photo du groupe dans sa fameuse formation, avant le split

L'album est souvent oublié dans la discographie de Deep Purple, qui se séparera peu après et se reformera sans Gillan et Glover, mais avec David Coverdale et Glenn Hughes à la place (formation Mk III, qui donnera les albums Burn et Stormbringer). Who Do We Think We Are est, il faut le dire, un album très médiocre. Sur les 7 titres (une constante chez Deep Purple, à l'époque, de ne proposer que 7 titres sur leurs albums : même le double Made In Japan est concerné !), aucun classique, même si Woman From Tokyo est de loin la meilleure chanson. Super Trouper n'a, évidemment, rien à voir avec la fameuse et future chanson d'ABBA, mais on rigole pas mal ne serait-ce qu'à lire le titre de cette chanson et à constater son homonymie avec le tube des discotards suédois. Rat Bat Blues est immonde, tout comme Mary Long.

deep_purple_6

Dans l'ensemble, ce dernier album studio des Purples mythiques est franchement à oublier. 34 minutes courtes mais en même temps interminables, remplies de clichés, Ian Gillan semble s'emmerder, de même que les autres membres. Après, oui, il y à toujours le jeu de batterie de Paice, la basse de Glover, la guitare de Blackmore, mais c'est peu, et pas suffisant.Ce disque, vraiment, déçoit énormément. A ne conseiller qu'aux fans complétistes intégristes prêts à tout écouter et tout pardonner à leur groupe favori. Et encore, apprécieront-ils ? Pour tout vous dire, je préfère Fireball et Stormbringer, deux albums que, pourtant, je n'aime pas...

FACE A

Woman From Tokyo

Mary Long

Super Trouper

Smooth Dancer

FACE B

Rat Bat Blues

Place In Line

Our Lady