U23

En ce 1er mai, en ce jour de la Fête du Travail, quoi de mieux que de se relaxer chez soi, en respirant du muguet ? Oui, mais oui, mais non, car moi, je bosse quand même sur mon blog, aujourd'hui, pour vous proposer, en ce jour de détente et de fin de long week-end pour ceux qui ont fait le pont, une nouvelle chronique au sujet d'un album de U2. Album que, comme la quasi-totalité du groupe, j'avais déjà abordé ici, mais comme je fais un cycle (qui s'achève bientôt, au fait, pour ceux qui en auraient marre : dans trois albums, et donc trois jours, sans compter aujourd'hui, c'est fini)... Album qui a la particularité d'être le plus mauvais album de U2 depuis la chute de l'empire romain, ce qui n'est pas rien. Pop. Album produit par Flood (Brian Eno, encore un peu de la partie sur Zooropa, a lâché temporairement l'affaire), sorti en 1997 sous une atroce pochette quadrichrome à la Hot Space (Queen, 1982) ou Let It Be (Beatles, 1970) en version moderne, quatre portraits individuels du groupe en quadrillé, deux albums qui, surtout le premier, ne sont vraiment pas des références. Long de 60 minutes, offrant 12 titres, Pop coïncide avec ma découverte du groupe. Non pas que j'ai acheté ce disque à sa sortie, mais j'ai bien failli. Mon premier U2 fut, un an plus tard, leur best-of sorti en 1998 (et agrémenté du single inédit Sweetest Thing, datant de 1987 à la base, mais réenregistré), suivi de War et The Joshua Tree, mais Pop a suivi peu après.

U24

Imaginez ma déception : après avoir découvert, en un gros tas, leurs tubes du début de carrière (le best-of allait de 1980 à 1989) et deux de leurs meilleurs albums, je tombe sur, sur, sur... sur ça ! Un gros tas de merde, en gros. Oui, Pop est un gros tas de merde, je ne vois pas quoi dire d'autre. Comme je l'ai dit hier, Zooropa, diversement accueilli à sa sortie, considéré comme un peu trop expérimental et pas assez pop/rock, avait un peu divisé les fans. Mais l'album reste vraiment bon, il faut l'écouter plusieurs fois pour l'apprécier ceci dit, mais il fonctionne encoe très bien 25 ans après. Sorti, lui, il y à 21 ans, soit en 1997, Pop reste encore ce qu'il était déjà à sa sortie, un gloubiboulga musical qui n'a de pop que son nom, une sorte de melting-pot infâme entre rock, dance, électro et trip-hop. Certes, on y trouve très précisément trois bonnes chansons (j'ai dit 'bonnes', pas 'remarquables' ou 'géniales' ; juste 'bonnes'), qui sont Discothèque, Last Night On Earth et Wake Up Dead Man. Soit moins de 20 minutes, nettement moins même, sur l'heure de musique. On trouve, sinon, sur ce disque pour lequel une boîte à rythmes fut utilisée à la place du batteur Larry Mullen Jr sur certains titres (en raison de douleurs dorsales, il ne pouvait pas assurer sur l'ensemble de l'enregistrement de l'album), ce qui est un cas unique dans la discographie du groupe, des trucs vraiment...mais vraiment... Tiens, par exemple, The Edge n'en démord pas, Do You Feel Loved est selon lui une mauvaise chanson. Pas que selon lui, d'ailleurs, selon moi aussi. 

U25

Le groupe ne sera pas forcément très tendre, par la suite, avec ce disque, estimant qu'il n'est pas fini, qu'il aurait gagné à être retravaillé, que la production trip-hop/électrorock/dance, à la mode à l'époque (et encore, c'est pas du jungle à la Prodigy/Junkie XL), vieillit encore moins bien qu'un album du mitan des années 80. Bono (déjà dans son trip lunettes jaunes à l'époque) ne chante pas mal, il chante en fait aussi bien que sur les autres albums, mais ce sont les morceaux qui ne tiennent pas la route : Miami, The Playboy Mansion, If You Wear That Velvet Dress, Mofo... L'album vient d'être réédité en vinyle, ce qui n'était pas arrivé depuis sa sortie il me semble (un pressage vinyle d'époque d'un U2 des années 90 est très cher), mais bon Dieu, ne comptez pas sur moi, même pour la collection, pour en faire l'acquisition, il y à des limites à la folie tout de même. J'ai déjà été bien bon de racheter ce disque en CD (tellement écoeuré par son écoute en 1998 - ou 1999, je ne sais plus en quelle année je l'ai acheté, mais en tout cas, c'était toujours leur album le plus récent à l'époque - je m'en étais débarrassé), histoire d'avoir tous les albums de U2, mais il prend pas mal la poussière, coincé entre Zooropa et All That You Can't Leave Behind (2000, que j'aborde demain et qui marque le retour d'Eno et Lanois à la production). Je me le suis réécouté pour rédiger cette chronique, pensant que, allez, peut-être, j'allais lui trouver des qualités, apprécier un peu plu de chansons, mais penses-tu. Pop, c'est vraiment le pire du groupe. Ceci dit, leur opus de 2004 (dans deux jours) n'est pas mal non plus dans la catégorie putain, t'es vraiment médiocre, toi. Mais dans cette catégorie, Pop est hors-concours. 

FACE A

Discothèque

Do You Feel Loved

Mofo

FACE B

If God Will Send His Angels

Staring At The Sun

Last Night On Earth

FACE C

Gone

Miami

The Playboy Mansion

FACE D

If You Wear That Velvet Dress

Please

Wake Up Dead Man