fc333011111586f58fa75f342247f65f

Enregistré et sorti en 1992, Kingdom Of Desire est un album assez important pour Toto. Le groupe a viré (ou bien est-il parti de son plein gré...) le chanteur Joseph Williams, qui oeuvrait sur les deux précédents opus du groupe (le faiblard Fahrenheit et le plus réussi mais cependant inégal The Seventh One) et se concentre sur ses membres de base : Steve Lukather, guitariste présent dépildébu, chante, ainsi que David Paich (claviers, présent aussi depuis le début du groupe). Sont aussi là Jeff Porcaro (batteur, présent depuis le début) et Mike Porcaro, son frangin, à la basse - lui n'est là que depuis 1984). Retour aux sources, grosso modo. Kingdom Of Desire possède une pochette designée par Jeff Porcaro. Coup du sort : c'est le dernier album avec ce batteur d'exception, qui mourra d'overdose en 1992, peu avant la sortie de l'album... malgré un excellent nouveau batteur dès la tournée (Simon Philips), Toto ne s'en remettra jamais vraiment.

Jeff_Porcaro_Toto_Fahrenheit_World_Tour_1986

Jeff Porcaro

Après un début de carrière totalement pop (malgré des accens progressif sur Hydra, le deuxième album, qui reste leur meilleur), un virement légèrement rock avec Turn Back, un retour pop avec Toto IV, un nouveau revirement bien rock/hard-FM avec Isolation, et encore un retour à la pop-rock de base pour Fahrenheit et The Seventh One, Toto, ici, passe totalement, et pour la troisième fois de sa carrière, au hard-FM, limite hard-rock pur et dur. En 69 minutes, Kingdom Of Desire dépote bien, et offre en prime deux tubes : 2 Hearts et surtout Don't Chain My Heart, que même les nullards en tubes rock connaissent. Tous deux sont chantés par Steve Lukather et sa voix rocailleuse, âpre, bluesy (les connotations bluesy sont de toute façon évidentes ici). Production imparable du groupe, et les réussites abondent : Gypsy Train, Only You, Jake To The Bone, 2 Hearts, Don't Chain My Heart, The Other Side, Wings Of Time...Dans l'ensemble, Kingdom Of Desire assure totalement, comme le fera leur album suivant, Tambu en 1995 (qui sera dans le même style hard-FM/blues-rock/AOR).

0

Presque 70 minutes de durée, soit l'album le plus long du groupe à l'époque (Tambu sera plus long encore), mais une réussite totale. Pour ceux qui n'aiment pas Toto (j'en connais), c'est, avec Tambu, un disque à écouter, car il ne ressemble en rien à ce qui rend Toto si mal-aimé des fans de rock (on juge le groupe trop pop, trop sucré...mais, honnêtement, rien de tout ça ici !). Rock, bluesy, furieux, mais aussi intensément mélodique, ce dernier cru de Toto avec leur immense batteur est un vrai classique méconnu, à (re)découvrir ! A noter, certaines éditions offrent une version live de Little Wing (de Hendrix) en bonus-track final.   

Gypsy Train

Don't Chain My Heart

Never Enough

How Many Times

2 Hearts

Wings Of Time

She Knows The Devil

The Other Side

Only You

Kick Down The Walls

Kingdom Of Desire

Jake To The Bone