01eb293a122b96d2889ed354b73cd276_full

Sorti en 1965 sous une pochette représentant Miles et sa femme de l'époque Frances Taylor, E.S.P. (qui signifie Extra-Sensoriel Perception) est une de ses oeuvres maîtresses d'avant sa période électrique (dès 1968). C'est le premier album studio du second grand quintet de Miles Davis : Wayne Shorter (saxophone), Herbie Hancock (piano), Ron Carter (contrebasse), Tony Williams (batterie), et naturellement Davies à la trompette. L'album doit son titre à la fois au nom d'une maison de disques diffusant des albums avant-gardistes (Miles rend hommage, ainsi, à ce label) et à la perception extra-sensorielle, ou l'art de parler aux défunts, aux esprits, chose à laquelle Miles croyait.

milesdavis3

L'album atteint les 48 minutes, pour seulement 7 titres ; on n'en est pas encore à la longueur effrayante des morceaux de sa période électrique/fusion, mais c'est quand même du jazz bien calibré, un des plus longs de son époque (Kind Of Blue, en 1959, faisait 45 minutes), avec un grand nombre de pépites : E.S.P., Mood, Little One ou Agitation sont de pures merveilles, étrangement construites (Miles demandait instamment à ses musiciens de ne pas se préoccuper de la structure harmonique des morceaux mais de jouer au feeling ; en même temps, les morceaux de l'album sont complexes, mais aussi intensément mélodiques, et Miles demandait de jouer en mode téléphathique, au feeling), avec même une ballade à la Coltrane, Iris (magnifique).

miles_davis_57

Dans l'ensemble, ce E.S.P. est un chef d'oeuvre de plus pour le grand Miles Davis, un album à découvrir absolument, si ce n'est pas déjà fait (si vous aimez le jazz, logiquement, c'est fait). 48 minutes de pur bonheur, rempli de joyaux (R.J. ou Little One assurent vraiment, notamment). Oui, clairement, cet album est un authentique chef d'oeuvre du genre !

FACE A

E.S.P.

Eighty-One

Little One

R.J.

FACE B

Agitation

Iris

Mood