miles_davis_tribute_to_jack_johnson

A Tribute To Jack Johnson est un album que Miles Davis a enregistré en 1970 et sorti en 1971, et qu'il a enregistré avec quelques uns des meilleurs musiciens qui l'ont jamais accompagnés durant sa prolifique et longue carrière : Steve Grossman (saxophone), Herbie Hancock (orgue), John McLaughlin (guitare électrique), Michael Henderson (basse) et Billy Cobham (batterie). Par la suite, McLaughlin et Cobham se retrouveront dans le groupe de McLaughlin, The Mahavishnu Orchestra. Produit par le fidèle Teo Macero, A Tribute To Jack Johnson, existant sous deux pochettes (celle plus haut est la plus répandue, CD et vinyle, et celle plus bas, dessinée avec voiture de la Belle Epoque, a servi aussi de verso de pochette), n'offre que deux titres, tous deux très longs, pour 52 minutes de musique. 27 et 25 minutes de musique, respectivement.

427739

Pochette alternative (pas en CD)

L'album a été conçu comme la bande-son d'un documentaire de Bill Cayton sur Jack Johnson, fameux boxeur afro-américain du début du XXème siècle, premier boxeur Noir a avoir obtenu, en 1908, le titre de champion du monde en catégorie poids lourds. Jack Johnson était un homme à femmes (il ne se préoccupait pas de la couleur de peau, vu que deux de ses épouses, vu qu'il s'est marié plusieurs fois, étaient blanches), un homme très populaire parmi les gens de couleur, et qui dérangeait énormément les Blancs. Il aimait les belles bagnoles, le bon temps, l'argent...Il est mort en 1946, d'une attaque cardiaque.

Miles_Davis_1971___Anthony_Barboza

Miles Davis, à l'époque de la sortie de l'album

L'album, lui, sera moins cartonneur que le précédent opus studio de Miles (l'immense Bitches Brew), mais il faut reconnaître que ce A Tribute To Jack Johnson est quand même remarquable. Des 27 minutes de Right Off aux 25,30 minutes de Yesternow, rien à jeter ici (Yesternow se termine par un caméo vocal de l'acteur afro-américain Brock Peters prononçant une des plus fameuses phrases dites par Jack Johnson : I'm Jack Johnson - heavyweight champion of the world ! I'm black ! They never let me forget it. I'm black all right; I'll never let them forget it. Soit, en français : "Je suis Jack Johnson, champion du monde poids lourds ! Je suis Noir ! Ils ne me laisseront jamais l'oublier. Je suis Noir, ça, c'est vrai, et je ne les laisserai jamais l'oublier."). L'album est certes long si on prend en compte la durée très étendue de ses deux morceaux (mais il y aura plus long chez Miles, tout comme il y à eu plus long aussi), mais musicalement, cette fusion jazz-rock (magnifiques partitions de guitare de McLaughlin, ici en grande forme, orgue inoubliable de Hancock, un vrai génie celui-là, trompette inoubliable de Miles évidemment...), l'évidence se fait : ce disque de 1971, sandwiché entre Bitches Brew et Live-Evil (mes deux disques de chevet de Miles), est un classique de plus à posséder et écouter absolument.

FACE A

Right Off

FACE B

Yesternow