Un des rares morceaux des Strokes que, vraiment, j'aime. Une sorte de relecture moderne du I'm Waiting For The Man du Velvet !