Issu de Please Please Me (1963), premier album des Beatles, voici la très bonne chanson-titre, une des rares chansons réussies (disons, intéressantes) de l'album, qui est très mièvre dans l'ensemble.