blur_live_at_the_budokan_disc_1_cover_art_36016

Une petite curiosité en passant, comme ça, pour le weekend... Voici un live de Blur uniquement sorti au Japon (à l'origine, mais le succès du groupe était tel que certains exemplaires étaient dispos en import à des prix exorbitants : 275 francs fin 97 à la FNAC de Rouen...), témoignage de la Blurmania qui a existé entre 1994 et 1996.

Alors que les choses commençaient à tourner au vinaigre pour eux au Royaume-Uni (Oasis a piétiné les plates-bandes du groupe, vendu des tombereaux d'albums, leur a souhaité de mourir du SIDA dans une interview tristement célèbre...), malgré le succès indéniable de "The Great Escape" et de ses singles ("Country House", "Charmless Man"...), Blur est parti sur les routes voir si les tabloids leur collaient moins aux couilles.

Et ils en profitèrent pour faire les andouilles ! Libérés de cette chape de plomb médiatique, Albarn et cie laissent tomber le masque pour révéler leur véritable personnalité : celle de sales gosses doués et espiègles. L'auteur de ces quelques lignes a encore en mémoire le souvenir halluciné d'une "performance" dans une soirée "Hit-Dance Machine" (mais bordel ! leurs attachés de presse étaient aussi raides qu'eux ou quoi ?) : playback sur "Country House" absolument défoncés, se tapant le cul (Coxon), faux roulages de pelles, concours de roulades, le tout sans faire semblant un seul instant de jouer...

blur

Là, ils abattent la carte "Cheap Trick" : pop vitaminée devant un parterre de jouvencelles en pâmoison. On retrouve cette dimension foutraque et un peu j' m'en foutiste dans ce double live : version délirante du thème de "La Grande Evasion" en ouverture, Albarn n'est vraiment pas toujours préoccupé par la justesse de sa voix ("Coping", "Globe Alone"), les mecs jouent parfois trop vite (ce "Bank Holiday" ... envoyé à fond les ballons), passages hilarants (Albarn qui dit "Karaoké !" au beau milieu de "Girls and Boys" pour inviter des membres du publics à s'essayer au refrain : bonjour la gueule du résultat ! on a trouvé pire que les Français pour ce qui est de la prononciation anglaise...).

Mais réduire ce disque à une performance erratique face à un public pas rock pour deux sous serait injuste. Car le répertoire représenté est impeccable : singles pré-"Parklife" parfaits (un "Popscene" sans pitié, un merveilleux "For Tomorrow", le fondateur "She's So High"...), et de larges tranches des deux derniers albums en date (excellentes versions de "Tracy Jacks", "Mr Robinson's Quango" et "This is a Low" entre autres). La guitare de Graham Coxon lorgne déjà vers le son de l'album à suivre : rêche et rock à fond, Alex James est un excellent bassiste qui valait mieux que la condescendance amusée des mecs face à sa belle gueule, Rowntree fait le taf'...

nme_95_8_12_big

En gros, un disque qui n'est aucunement indispensable à l'auditeur moyen. Mais un document intéressant pour le fan de Blur et le nostalgique de la "Rule Britannia 90's". Et en tout cas bien plus recommandable que les deux lives à Hyde Park sortis l'an dernier : répertoire moins large certes, mais son beaucoup moins dégueulasse ! Il est encore trouvable de ci de là, mais les prix montent avec le temps : Amazon est votre ami pour le trouver à 15 euros au moins.

Disc one

  1. "The Great Escape" – 1:37
  2. "Jubilee" – 3:13
  3. "Popscene" – 3:11
  4. "End of a Century" – 2:56
  5. "Tracy Jacks" – 4:09
  6. "Mr. Robinson's Quango" – 5:02
  7. "To the End" – 4:18
  8. "Fade Away" – 4:20
  9. "It Could Be You" – 3:13
  10. "Stereotypes" – 3:29
  11. "She's So High" – 5:26
  12. "Girls & Boys" – 4:50
  13. "Advert" – 3:28
  14. "Intermission" – 1:39
  15. "Bank Holiday" – 1:51
  16. "For Tomorrow" – 6:26
  17. "Country House" – 4:40
  18. "This Is a Low" – 5:12
  19. "Supa Shoppa" – 3:23

Disc two

  1. "Yuko and Hiro" – 4:44
  2. "He Thought of Cars" – 5:03
  3. "Coping" – 3:23
  4. "Globe Alone" – 2:43
  5. "Parklife" – 3:37
  6. "The Universal" – 5:11

 


Blur - Country House (live)
envoyé par beautifulcynic. - Regardez d'autres vidéos de musique.