42927357_pThe Doors (1967) : Premier album très réussi, rempli de classiques, mais aussi, hélas, de morceaux pas terribles (le triptyque I Looked At You/End Of The Night/Take It As It Comes est franchement moyen, comme 20th Century Fox). Mais on y trouve de grandes chansons, et dans l'ensemble, ce premier cru est très recommandable ! J'ai cependant du mal à le voir comme le meilleur du groupe.

42740126_pStrange Days (1967) : Largement supérieur au premier album, ce deuxième cru doorsien a été enregistré dans la foulée. Nettement plus court (et encore, ils feront encore plus court après), il possède une aura assez étrange, limite oppressante. Le côté sombre du rock psychédélique de l'époque est bien représenté avec les Doors. Un morceau comme Horse Latitudes (poème beat et barré) à de quoi surprendre !

42851813_pWaiting For The Sun (1968) : Première déception pour les Doors, avec un album court et assez moyen, malgré de grandes chansons (The Unknown Soldier, Not To Touch The Earth, Five To One). Un album rempli de chansonnettes d'amour, ce qui n'était pas prévu à la base (devait contenir une suite de morceaux, The Celebration Of The Lizard, sur une des deux faces, mais au final, ça a été retiré). Un climet de violence latente, cependant, place sur l'ensemble. S'apprécie mieux avec le temps.

42370590_pThe Soft Parade (1969) : Un bide à l'époque (enfin, relatif). Les Portes convoquent une fanfare, qui alourdit pas mal les mélodies mais donne un ton assez décalé à l'album. Sans doute mon préféré du groupe au final, malgré quelques chansons franchement nulles (Easy Ride, Runnin' Blue, même si j'aime cette dernière). Robbie Krieger (guitare) a signé une bonne partie du disque, dont Morrison semblait un peu se foutre. Un album plus que correct, mais assez mal aimé dans l'ensemble, dommage !

50736693_pAbsolutely Live (1970) : Double live (simple CD depuis) qui est en fait un immense collage de plusieurs prestations live du groupe. Impossible de dire de quel concert est issu tel ou tel morceau (ou même tel ou tel passage d'un morceau, car c'est vraiment un collage !). Au final ? De grands moments (la suite The Celebration Of The Lizard, en entier, unique apparition officielle sur un disque officiel du groupe ; ou When The Music's Over de 16 minutes), mais aussi des passages pas terribles, entre improvisations poétiques de Morrison et versions plan-plan de certains classiques. Moyen, quoi, mais pas nul !

42794741_pMorrison Hotel (1970) : Le plus rock pur du groupe. Il s'appelle, en fait, Hard Rock Cafe/Morrison Hotel (chacune des deux faces possède un nom) et offre une musique aussi simple qu'efficace, finies les incartades poétiques glauques ou les ambiances psychédéliques. Au final, un grand disque, mais pas mon préféré, car sans doute le moins doorsien de leurs albums. A recommander, cependant !

42952591_pL.A. Woman (1971) : Rien à dire, L.A. Woman, enregistré et sorti peu avant la mort de Morrison, est le sommet absolu du groupe, et aussi leur album studio le plus long (48 minutes, et croyez-moi, rien n'est à jeter). Rien à jeter, donc, même si Crawling King Snake est assez calquée sur Back Door Man, mais ce n'est pas la faute du groupe, les deux chansons étant des reprises de standards blues. Morrison chante comme un dieu, les classiques abondent, c'est rock, cinglant, trépidant...Les Doors au sommet de leur art.

50762229_pOther Voices (1971) : Les Doors reformés, sans Morrison (absent pour cause de décès), l'année même du drame de la rue Beautreillis ? Les Portes, réduits à trois (Manzarek et Krieger alternent au chant) ? Inutile de dire que cet Other Voices a été pris bizarrement à sa sortie. Ni succès, ni échec, l'album est assez sympathique, mais assez plat, surtout si on le compare (mais c'est quand même salaud de le faire, ils n'y sont pour rien si Jim est mort, après tout...) aux précédents disques. Finalement, un disque correct, à conseiller aux amateurs de curiosités. 

50763554_pFull Circle (1972) : Dernier album des Doors, qui arrêteront les frais après l'échec de cet album assez correct, mais pas grandiose. Dommage pour eux que le grand public ait décidé que les Doors étaient finis sans Morrison, car ce Full Circle, franchement, contient de bonnes chansons, et aurait mérité mieux. Précisons qu'en live, les Doors sans Morrison marchaient très fort (sans toutefois égaler les triomphes de lère morrisonienne). Un cercle se referme...