album_agharta

En 1975, Miles Davis et son groupe (Sonny Fortune : saxophone ; Pete Cosey et Reggie Lucas : guitares ; Michael Henderson : basse ; Al Foster : batterie ; Mtume : congas, percussions) se produit live au Japon, à Osaka. Ces concerts donneront lieu à deux albums live, Agharta et Pangaea. Le premier propose des titres joués en matinée (autrement dit, après-midi), et le second, que j'aborderai bientôt, des titres joués le soir. Tous ont été joués à l'Osaka Festival Hall, le 1er février 1975. Pangaea est sorti en 1975, Agharta, lui, date de 1976. Ne possédant pas le vinyle, je place le tracklisting plus bas à l'aveuglette, par pure raison de logique (durée des titres, par rapport au format vinyle), mais il est possible que je me soit trompé. Si vous avez le vinyle, merci de me confirmer !

miles_davis_agharta_5

Sinon, album très long (la première partie de Prelude dure 26 minutes, Theme From Jack Johnson en dure 25, Interlude en dure 27 !), mais franchement quintessentiel. Avec Pangaea (encore plus long, mais j'y reviendrai quand je l'aborderai) et Dark Magus (1977), c'est le meilleur de Miles en live (Live-Evil aussi, mais il est à moitié live). 97 minutes de pur bonheur pour amateurs de jazz-fusion-rock, avec pas mal de connotations funky aussi. Deux guitares électriques, des synthés (tenus par Cosey), une wah-wah sur la trompette de Miles (qui joue aussi de l'orgue)... Un truc de fou. Si la seconde partie de Prelude ne dure que 6,30 minutes, elle n'en demeure pas moins grandiose. En fait, il faut considérer Prelude comme un seul titre de 32 minutes (Pangaea fera plus fort encore).

MilesDavis_Agartha_designbyTadanoriYokoo

Difficile d'accès pour les non-connaisseurs, il est déconseillé de découvrir Miles Davis par Agharta (et les deux autres immenses live cités plus haut). Mais un fan du trompettiste sera aux anges. Un sommet ! A noter, les images de l'article sont d'autres illustrations de l'album.

FACE A

Prelude (Part One)

FACE B

Prelude (Part Two)

Maiysha

FACE C

Interlude

FACE D

Theme From Jack Johnson