Strange Days, le deuxième album des Doors, possède indéniablement une atmosphère très particulière, assez oppressante par moments, et Horse Latitudes, cinquième morceau (et le plus court) en est le meilleur exemple. Morceau théâtral, poème glauque de Jim Morrison sur le sort peu enviable de chevaux largués à la mer pour permettre à un bâteau de survivre à une tempête, le morceau est étonnant et assez inquiétant, avec ce piano tout sauf conventionnel (le groupe tapera sur les cordes à l'intérieur du piano pour avoir ces sonorités), la voix de Jim, ses hurlements de fou (Carefuly refined and sealed oveeeeer)... Court, mais intense, et un vrai chef d'oeuvre !

Voilà de quoi ouvrir un cycle doorsien (clips) sur le blog !