album_oasis_definitely_maybe

 Une sacrée bande de petits cons, voilà ce qu'était Oasis. Les frangins Gallagher (Liam au chant, Noel à la guitare et à la composition) passaient le plus clair de leur temps à se foutre sur la gueule, quand ils ne se payaient pas la tronche de certains de leurs confrères, comme, évidemment, Damon Albarn et Graham Coxon, le duo gagnant de leurs rivaux de Blur. Aaah, la rivalité Oasis/Blur... Surtout entre 1994 et 1995. 1994 est l'année de sortie du premier opus d'Oasis ; Blurn eux, sortent, cette même année, leur troisième album. On peut qualifier 1994 d'année Oasis pour les singles et d'année Blur pour les albums (leur Parklife) ; et 1995, d'année Oasis, aussi bien pour les singles que pour les albums (l'album de Blur de 1995, The Great Escape, étant une belle grosse plantade). Avant de reparler ici du deuxième (et meilleur) album des jus de fruits (bah oui, Oasis... OK, je ==>), que je réaborderai bientôt, il vaut mieux reparler, car cet article est aussi une 'refonte' d'une ancienne chronique, de leur premier opus, celui de 1994 donc : Definitely Maybe. Si l'année 94 a été remportée, dans la guéguerre des deux groupes, par Blur et leur Parklife, Definitely Maybe n'en demeure pas moins un excellentissime premier album. Un meilleur premier album que le premier album de Blur (Leisure), que le premier Radiohead (Pablo Honey), que le premier Nirvana (Bleach), que le premier Alice In Chains (Facelift) et bien d'autres premiers albums, tous genres confondus. Le seul reproche que je peux faire à l'album est de ne pas avoir proposé, en bonus-track pour les rééditions ultérieures, Whatever, single fantastique sorti après l'album (et avant le suivant).

OASIS1994

Aaah, la fameuse posture j'veux pas toucher l'micro de Liam...

Sinon, ben, Definitely Maybe, c'est du bon. La pochette reflète bien les obsessions du groupe liverpuldien : l'alcool (le verre et le pichet de picrate au sol), le football (une photo du géant du foot britiche George Best) et la musique (un poster de Burt Bacharach). Un petit côté Ummagumma de Pink Floyd, pour la pochette, d'ailleurs, je trouve, pas vous ? Si c'est avéré, c'est une référence étonnante ! Aussi, la tenue de Noel Gallagher (assis, guitare en pogne) est typique de celle des Beatles première période (et rappelons que les Beatles, comme Oasis, sont de Liverpool). La production est très bonne, bien dans son 1994. Elle est signée Mark Coyle et Oasis (Stephen Morris, ingénieur du son sur le disque, produira le suivant). Oasis est constitué, à l'époque, outre des Gallagher's, de Paul Arthurs (guitare rythmique), Paul McGuigan (basse) et Tony McCarroll (batterie). Ce dernier ne sera plus de l'aventure dès le disque suivant. Ce premier opus dure 52 minutes, il aligne 11 titres, dont trois-quatre gros classiques du groupe : Cigarettes & Alcohol, Rock'n'Roll Star (qui envoie le bois dès le départ !), Shakermaker et, bien entendu, le gros, gros hit de l'album, Supersonic. Un an avant Wonderwall, Morning Glory, Don't Look Back In Anger (et Whatever), Oasis sait déjà faire de vraies petites cartouches. Riff tueur, Liam survolté mais parvenant tout de même à sonner mortellement ennuyé (sa marque de fabrique), Supersonic est terrible. Mais l'album se paie le luxe de s'ouvrir sur un triplé d'enfer-de-Dante, de s'achever sur un Married With Children calme et sobre, et d'offrir, aussi, Slide Away, Columbia, Up In The Sky...

oasisstill_normal

Si le disque suivant, ce (What's The Story) Morning Glory ? impeccable, est supérieur, et si le disque de Blur de la même année, Parklife, est supérieur aussi (plus recherché, plus maîtrisé, mais ce n'était pas le coup d'essai de Blur, en même temps), Definitely Maybe est le deuxième meilleur opus de la bande à Liam et Noel. Et un des albums de 1994, aussi (une assez bonne année : The Downward Spiral, Grace, Monster, Live Through This...). Un an plus tard, le groupe allait toucher le Très-Haut. Et encore deux ans après, ils allaient férocement redescendre via un Be Here Now raté (j'en reparlerai ici aussi). La même année (1997), Blue remontait avec leur album éponyme... Qui a gagné la guerre ?

Rock'n'Roll Star

Shakermaker

Live Forever

Up In The Sky

Columbia

Supersonic

Bring It On Down

Cigarettes And Alcohol

Digsy's Dinner

Slide Away

Married With Children