TB19

Au moment de la sortie de cet album, en 1975, ça fait quatre ans, et pour l'époque où il fallait fournir régulièrement de nouveaux albums quatre ans, c'est interminable, que le Band n'avait pas sorti d'album avec de nouvelles chansons. En effet, comme je l'ai dit les précédents jours, après Cahoots en 1971, le groupe sort, l'année suivante, le double live Rock Of Ages, et l'année suivante encore (1973), le disque de reprises Moondog Matinee. Puis, en 1974, ils sont avec Dylan, jouant, en accompagnateurs, sur son Planet Waves et faisant avec lui une tournée américaine ayant donné lieu à un (remarquable) double live, Before The Flood. Deux albums sortis sur le label Asylum, suite au départ, temporaire (en 1975, il revient au bercail), de Dylan de chez Columbia. Le Band, lui, a toujours été chez Capitol, sauf, donc, les deux albums avec Dylan. Et The Last Waltz, en 1978, chez Warner. En 1975, le Band a une double actualité. Indirecte d'abord, avec la sortie de The Basement Tapes, double album de Dylan & The Band proposant 24 morceaux parmi la centaine que les zigotos ont enregistré en 1967. Et directe, avec la sortie de leur septième album, et sixième album studio, et donc de leur premier album studio de nouvelles chansons depuis 1971 : Northern Lights - Southern Cross. Un disque qui, en 40 minutes, n'offre que 8 titres, c'est l'album du Band qui en contient le moins, et on imagine aisément qu'elles sont, souvent, plus longues que de coutume (quatre d'entre elles dépassent les 5 minutes, trois d'entre elles dépassent les 6 minutes en fait). 

TB20

La pochette de ce nouvel album, produit par le Groupe et enregistré aux studios Shangri-La de Zuma Beach, Californie (peu de temps après, Clapton, accompagné de quasiment tout le Band, y fera son excellent No Reason To Cry en 1976), est une des plus belles du Band : on les voit autour d'un feu de camp, de nuit. Sobre, mais efficace. On notera que la liste des morceaux, au verso et sur la sous-pochette, ne les propose pas dans l'ordre, qui est celui des labels et du bas d'article. Bon, il vaut quoi, ce nouveau cru du Band ? Sincèrement, c'est un très bon album, qui à sa sortie fut d'ailleurs très bien accueilli par une presse rock sans doute soulagée de voir le Groupe de retour en forme, avec des nouvelles chansons. Peu de temps après ce disque sorti en novembre, le groupe songera à arrêter. En 1976, ils annonceront d'ailleurs la fin de leurs concerts, et oganiseront au Winterland Ballroom de San Francisco un gigantesque concert festif (The Last Waltz, évidemment) agrémenté de la présence de plein de leurs amis (Dylan, Clapton, Joni Mitchell...), concert filmé par Scorsese et enregistré, qui sortira deux ans plus tard, un an après leur dernier opus studio définitif (Islands, j'en reparle demain, en clôture du cycle). On entend deux versions live de titres de Northern Lights - Southern Cross sur The Last Waltz, d'ailleurs : Ophelia, très rythmé et réussi, et le sublimissime It Makes No Difference. Ce ne sont pas les seuls bons titres ici.

TB21

En effet, cet album de 1975 est leur plus rafraîchissant et réussi depuis Stage Fright, et il offre aussi Acadian Driftwood, Jupiter Hollow, Rags And Bones, Forbidden Fruit, autant de chansons qui, en plus des deux autres citées plus haut, en font vraiment un des plus aboutis du Band depuis plusieurs années. Sans vouloir vraiment dénigrer Cahoots, il fait vraiment pâle figure à côté de Northern Lights - Southern Cross, album aussi réussi que franchement peu connu. Les deux morceaux les moins bons de l'album (Hobo Jungle et Ring Your Bell) sont du niveau des chansons un peu moyennes de Cahoots, justement, autrement dit, pas de quoi se relever la nuit, mais rien d'épouvantable non plus. Si vous voulez du Band vraiment pas bon, à moins d'aller chercher leur album suivant (attendez demain, dans ce cas), vous risquez d'attendre longtemps... Pour finir, cet album est hautement conseillé si vous aimez ce groupe !

FACE A

Forbidden Fruit

Hobo Jungle

Ophelia

Acadian Driftwood

FACE B

Ring Your Bell

It Makes No Difference

Jupiter Hollow

Rags And Bones