TPH1

Tom Petty & The Heartbreakers, ça, c'était quelque chose. C'était, parce que Tom Petty est hélas décédé en 2017, il n'avait que 66 ans, ce qui est franchement trop jeune. Petty et son groupe ont démarré leur carrière en 1976 avec un premier album éponyme (fameuse pochette où, sur fond de coeur géant, Petty, chevelure blonde et longue et sourire ingénu et confiant, pose, en blouson de rockeur) juste génial, qui offre déjà des classiques : Breakdown, American Girl. La suite sera très intéressante, et en 1979, Petty et son groupe sortent leur troisième opus, Damn The Torpedoes ("aux chiottes les torpilles"). Si par la suite il y aura encore de très très bons trucs (le live Pack Up The Plantation, Into The Great Wide Open, les Full Moon Fever et Wildflowers solo de Petty, sa participation aux deux albums des Traveling Wilburys...), Damn The Torpedoes, en 36 petites minutes, peut se poser là, là et même là comme étant le meilleur album fait par Petty, toutes périodes confondues, et un des meilleurs albums : 

a) de 1979

b) de rock américain

c) de rock tout court, finalement.

TPH2

Tout ça pour vous dire que l'album est plutôt bon. En fait, non, l'album n'est pas bon. Il est exceptionnel. Les 9 morceaux qu'il renferme sont autant de petites cartouches qui, malgré le nombre effarant d'écoutes que j'ai pu avoir de ce disque depuis les 10 ans que je le connais (cet article est une réécriture), sont toujours aussi explosives. L'album est un triomphe de power-pop enregistré dans la plus totale et réjouissante frénésie. Le seul truc un peu négatif que je peux dire, c'est sa pochette, d'un rouge profond (magenta ?) criard, de plus la photo est mal cadrée, mais c'est tellement mal cadré (on distingue le mur blanc et le bout de la tenture) que c'est forcément volontaire. Mais c'est du chipotage, et ça ne concerne par la musique, ici au mmoins aussi exceptionnelle que le dernier album génial que vous avez entendu dans votre vie, quel que soit l'album (si vous me citez Ed Sheeran, vous me décevrez très fort). Putain, je me rends compte que j'ai du mal à parler de cet album, en fait. Bon, allez, je vous laisse regarder le clip en bas d'article, c'est la première chanson de l'album, Refugee, et ensuite, revenez lire la suite de l'article, je vous mets une marque en gras et en vert pour que vous retrouviez l'endroit. Et ouais, je sais, c'était pas en vert, en fait, mais en bleu, mais on s'en fout. J'imagine en tout cas que vous avez compris ce que je veux dire quand je parle de la puissance de cet album, car oui, toutes les chansons sont de la trempe de Refugee.

TPH3

On a affaire ici à du lourd : Here Comes My Girl (génialement reprise par Hoffs & Sweet sur le volume 2 de leur Under The Covers) est une power-ballad géniale à l'intro inoubliable, You Tell Me est intense, Louisiana Rain est un final dantesque et parfait, Even The Losers, What Are You Doin' In My Life  ? et Century City sont des rock multivitaminés qui s'imposent dès la première écoute, Shadow Of A Doubt (A Complex Kid) est un classique instantané... J'ai quasiment tout cité de cet album définitivement beaucoup trop court, le sommet des Heartbreakers et de l'ensemble de la carrière du regretté Petty, un des meilleurs albums de rock mais, j'en ai la sale impression, pas un des plus connus, au final. J'ai à la fois envie de garder ce disque pour moi et de le distribuer gratos dans les rues, tellement c'est puissant. Bref, si vous ne connaissez pas encore (heureux veinards !), je conseille...

FACE A

Refugee

Here Comes My Girl

Even The Losers

Shadow Of A Doubt (A Complex Kid)

Century City

FACE B

Don't Do Me Like That

You Tell Me

What Are You Doin' In My Life ?

Louisiana Rain