Van_Halen___Diver_Down

Produit, encore une fois (on ne change pas une telle équipe) par Ted Templeman, d'une durée ridicule de 31 minutes, Diver Down, cinquième album de Van Halen, date de 1982. Après un Fair Warning somme toutes plus que correct, ce cinquième cru s'impose, lui, comme un profond ratage, un disque qui, en 12 titres, offre pas moins de 5 reprises, qu'elles soient des Kinks, de Marvin Gaye ou de Roy Orbison. Aucun changement de line-up, c'est toujours David Lee Roth au chant, Alex Van Halen à la batterie, Eddie Van Halen à la guitare et Michael Anthony à la basse. Les claviers sont d'Eddie, un peu de Roth aussi. Jan Van Halen (père des frangins) joue des cuivres en invité. Le titre de l'album et sa très moche pochette sont une allusion au drapeau de signalétique de plongée sous-marine : ce drapeau existe vraiment, et signifie qu'il y à des plongeurs au niveau de la bouée portant ledit drapeau. Le titre signifie "plongeurs en-dessous".

vh_1982_poster_500

Boosté par la reprise du (Oh) Pretty Woman de Roy Orbison (vraiment sympathique, d'ailleurs), Diver Down n'en demeure pas moins, malgré son succès commercial, le plus mauvais disque (au moment de sa sortie) de Van Halen. Encore une fois, Eddie assure à la guitare, et David Lee Roth chante bien. Mais en revanche, de Where Have All The Good Times Gone (reprise des Kinks) à Happy Trails (reprise d'un air country), en passant par Little Guitars (et son intro technique), Cathedral ou The Full Bug, rien ne se met au niveau de la moindre chanson des deux premiers albums. La reprise de Roy Orbison est sympa, comme je l'ai dit, mais elle est aussi assez moyenne, en terme de qualité. Outre le nombre de reprises (5), on notera aussi, et ça m'a toujours fait marrer, le nombre de chansons portant le même titre que des chansons d'autres artistes/groupe (mais ne sont pas des reprises) : Intruder (une chanson de Peter Gabriel du même nom), Secrets (idem pour The Cure), Cathedral (pour Crosby, Stills & Nash).

untitled

Diver Down, donc, est un disque qui va vraiment profond en terme de médiocrité, et qui sera, malheureusement, dépassé, en terme de médiocrité, par les deux albums suivants, 1984 (déjà abordé il y à longtemps) et 5150. Pour fans ultras de Van Halen (ce que je ne suis pas), et encore, eux aussi risquent fort de déchanter !

FACE A

Where Have All The Good Times Gone

Hang 'Em High

Cathedral

Secrets

Intruder

(Oh) Pretty Woman

FACE B

Dancing In The Streets

Little Guitars (Intro)

Little Guitars

Big Bad Bill (Is Sweet William Now)

The Full Bug

Happy Trails