51nuzoqahIL

On ne va pas se mentir : on tient ici un grand album live. Vraiment. Et ce, malgré sa courte durée, 46 minutes, seulement 6 titres, c'est vraiment peu, surtout comparé aux autres grands albums live de rock (At Fillmore East du Allman Brothers Band, Made In Japan de Deep Purple, Frampton Comes Alive ! de Peter Frampton, Lotus de Santana, Live And Dangerous de Thin Lizzy...). Mais cet album, au même titre que le Live At Leeds des Who et le Live At The Star-Club de Jerry Lee Lewis, prouve qu'on peut être immense sans pour autant être d'une durée généreuse. Deuxième album live de Johnny Winter après le Live Johnny Winter And de 1971 (que j'aborderai ici prochainement, ainsi que d'autres opus, studio ceux-là, de Johnny Winter), lequel n'était pas plus long que lui, cet album date de 1976, a été enregistré durant plusieurs concerts de 1975 (des concerts faits en collaboration avec le groupe de son frangin Edgar, le Edgar Winter Group, mais ces derniers n'apparaissent pas ici ; un autre live, Together, sera fait en duo par les deux frangins, à la même époque), et il s'appelle Captured Live !, un titre bien dans le ton de l'album : sur ce disque, Johnny, le regretté Johnny (il est mort en juillet dernier), fait penser à une bête sauvage capturée et se débattant, sa guitare lui servant de griffes et de crocs. Il est, littéralement, bluffant d'énergie rock'n'roll sur cet album qu'il a produit lui-même. Au sujet de la production, il faut ici dire que, malheureusement, sans être d'une mauvaise qualité audio, ce live n'est pas le plus parfait, en terme de son : probable aussi que cela tient au fait que le CD ne propose pas de version remastérisée (une édition CD classique, toute conne, datant des années 90's, toujours commercialisée), car j'avoue ne jamais avoir écouté ce live dans sa forme vinyle originelle. Mais je ne me fais pas d'illusions : le son y est peut-être un peu meilleur, mais pas de beaucoup.

1293019_100427095512_johnny_winter_captured_live_b

Sinon, Johnny (chant, guitare, slide) est ici entouré de Randy Jo Hobbs (basse, choeurs), Floyd Radford (guitare) et Richard Hughes (batterie), et il livre, donc, un album de folie. Certes d'une qualité sonore correcte mais pas immense (encore une fois, il y à bien pire), certes trop court, certes puisant dans plusieurs concerts (San Diego Sports Arena, Oakland Coliseum, Swing Auditorium) plutôt que dans un seul, Captured Live ! n'en demeure pas moins une tuerie absolue, totale, aussi complète qu'une galette avec jambon, fromage et oeuf. Winter a puisé dans ses albums (quasiment tous les morceaux, ici, même les reprises et il y en à pas mal, sont issus de ses albums, sauf la reprise du It's All Over Now de Bobby Womack), il a surtout puisé dans ses racines : bien que féroce, Captured Live ! est un live de blues-rock. Du blues-rock furax, très électrique, certains diront qu'il ne faut pas chipoter et que ce live ne propose, en fin de compte, que du rock. Tout simplement. Mais attention, du grand art : s'ouvrant sur une reprise monumentale de Bony Moronie (un standard rock 50's), se propulsant ensuite avec un Roll With Me dantesque, l'album aligne les perles comme sur un collier de joaillerie : Rock & Roll People (écrite par John Lennon), la reprise démentielle, longue de 10 minutes, du Highway 61 Revisited de Dylan, le long (12 minutes ; à partir de la quatrième minute, c'est juste divin, hors de ce monde) et définitif Sweet Papa John qui achève le bouzin et l'auditeur, tympans en feu et amplis qui saignent...

74031813

Non, vraiment, impossible de dire le contraire : Captured Live ! est un des plus grands albums live de tous les temps, un album immense, parfait dans son genre (oui, malgré la production), le meilleur live de Johnny Winter et un de ses meilleurs albums, point barre. Performance hallucinante, grands moments de guitare (un peu comme le live E.C. Was Here de Clapton, de 1976, qui est aussi court, avec autant de morceaux, mais ne possède pas la même réputation d'excellence ; pourtant, croyez-moi, dans le genre blues-rock, c'est du lourd, aussi !), cet album est tout simplement in-dis-pen-sa-ble, voilà, c'est dit ! Vous savez ce qu'il vous reste à faire !

FACE A

Bony Moronie

Roll With Me

Rock & Roll People

It's All Over Now

FACE B

Highway 61 Revisited

Sweet Papa John