"Grandôla, vila morena" (Grandôla, ville brune) est une des chansons les plus connue au Portugal. Longtemps interdite durant le régime dictaturiale de Salazar (poursuivi ensuite par celui de Marcelo Caetano), cette chanson fut diffusée illégalement à la radio le 25 avril 1974, à minuit. Ce fut le point de départ de la révolution des oeillets. Une révolution populaire sans violence menée, notamment par le capitaine Maia. Si je vous fais connaître cette chanson, aujourd'hui, le 25 avril 2010, c'est pour commémorer cette révolution abattant le régime totalitaire pour un régime démocratique. Le Portugal aura enfin son économie (le Portugal se ruinera en tentant de garder ses colonies en Afrique (Angola, Mozambique, des guerres atroces) durant le régime Salazariste) et enfin une démocratie.

Cette chanson parle de la liberté et aujourd'hui, comme tous les portugais, je la chante la main au coeur.