ID1

Dans quelle catégorie ranger cet album ? Rock pur et dur ? Pas vraiment. Pop ? Certainement pas, malgré certains titres qui peuvent le laisser penser. Punk-rock ? Idem, certains titres pourraient le laisser penser, mais au final, non. En fait, ce disque, c'est du pub-rock, ce courant musical typiquement anglais, appelé ainsi parce que pas mal d'artistes ou de groupes de ce courant ont démarré dans des pubs. Dr. Feelgood, Dire Straits sont affiliés à ce courant musical un peu back to the roots. L'artiste qui va nous occuper pour l'article en question aussi. Il s'appelle Ian Dury, et en Angleterre, c'est un personnage culte, Lord Durex comme on le surnommait affectueusement. Mort en 2000 de complications hépatiques, le bonhomme, atteint de polio durant son enfance, ne pouvait se déplacer sans canne, n'était pas très grand, avait une voix terrible et un humour totalement ravagé. Un vrai lad en rut, dont le fils Baxter a pris la succession dans le milieu musical (et pose à ses côtés, enfant, sur la pochette de l'album ; et interprètera, à l'enterrement de son père, la chanson My Old Man, en hommage, chanson présente sur le disque et parlant du père de Ian Dury). L'album, on y vient, date de 1977, une année punk comme on le sait, et est produit par...euh...il n'y avait pas trop de précisions sur la pochette. Sorti sur le très indépendant label Stiff (les Damned, notamment), il s'appelle New Boots And Panties !!, allusion sans doute au fait que Ian Dury commençait à avoir un peu d'argent, suffisamment pour se payer de nouvelles godasses et sous-vêtements ! Il pose, bien fringué, avec son lardon, devant la devanture d'une friperie londonienne se trouvant (on le voit dans le reflet) en face d'un Woolworth. L'album offre 10 titres, pour quelques 37 minutes, et selon les éditions CD, propose soit un, soit plusieurs bonus-tracks. Je possède une édition CD avec un seul bonus-track, mais de taille : le méga culte single Sex, Drugs & Rock'n'Roll, de 1977 aussi, chanson sortie en même temps que l'album et qui, donc, en était absente à la base, comme c'était souvent le cas à l'époque.

ID

Tout l'album est d'une culterie (euh, oui, je sais...) telle qu'à la mort de Dury, une réunion d'artistes, parmi eux Paul McCartney, Madness, Sinéad O'Connor et Baxter Dury (et les Blockheads, groupe de Ian) se formera pour réenregistrer les chansons de l'album en un disque-hommage du nom de Brand New Boots And Panties !!, ce qui permettra notamment à Macca de chanter I'm Partial To Your Abracadabra, par exemple. C'est assez rare, qu'un album entier soit refait par d'autres artistes, en hommage ! Mais revenons à l'album de 1977, lequel, sans avoir été un best-seller redoutable à la Rumours, Nevermind The Bollocks, Animals ou Aja (les best-sellers de 1977, enfin, quelques uns d'entre eux), fait clairement partie des classiques du rock de son époque, et de toutes les époques. Le disque est on ne peut plus varié, il offre un peu de tout. Il s'ouvre sur une chanson vaguement jazzy/pop, Wake Up And Make Love With Me, au piano cristallin qui coule tout seul, et aux paroles assez hilarantes sur un homme se réveillant avec la gaule et suppliant sa femme de lui faire l'amour, l'enjoignant de baiser, il irait même jusqu'à aller affronter le grand froid, jusqu'à lui beurrer ses tartines, mais qu'elle le soulage de sa perche... Quand il dit, d'une petite voix, I'll make your tea and toasts, on l'imagine avec un regard de caniche perdu...Une chanson franchement réussie, qui est suivie par Sweet Gene Vincent, chanson démarrant en douceur doo-wop pour se prolonger en vrai rock'n'roll bien trépidant, Ian Dury se lâche (how how how). I'm Partial To Your Abracadabra est la chanson me plaisant le moins sur le disque, mais elle est vraiment pas mal du tout ; My Old Man, dédiée au père de Ian, un routier bien anglais, est touchante, avec son rythme vaguement ska (je crois sansme tromper que sur le disque de reprises de l'album, c'est Madness qui a refait la chanson) et ses paroles respectueuses d'un homme que Ian, clairement, aimait. Billericay Dickie suit et achève la face A avec un humour ravageur, l'histoire d'un homme, Dickie de Billericay, qui raconte ses aventures féminines. Le début de la chanson est parlé : Good evening ! I'm from Essex, in case you couldn't tell. My given name is Dickie, I come from Billericay, and I'm doing...very well ! (accent de l'Essex - une région de l'Angleterre - à couper à la tronçonneuse). Puis Ian commence à chanter, les paroles sont un poème (le tout, sur une mélodie rigolote) : Had a love affair with Nina, in the back of my Cortina, a seasoned-up hyena could not have been more obscener ("J'ai eu une histoire d'amour avec Nina à l'arrière de ma Cortina/Une hyène en chaleur n'aurait pas eu tant d'ardeur" pour garder les rimes). Obscène, la chanson l'est, le refrain dit Well, you ask Joyce and Vicky if candy-floss is sticky ("Demandez-donc à Joyce et Vicky si les sucettes, ça colle"). On imagine que la chanson ne passait pas à la radio (en Angleterre, hein, parce qu'allez parler de Ian Dury en France, une personne sur deux ne saura pas de qui vous voulez parler)...

ID2

La face B s'ouvre sur Trevor Clever, chanson étrange et très réussie (il paraît que les musiciens accompagnant Dury sur l'album, pas mal d'entre eux étaient surtout des musikos de jazz, furent étonnés devant une telle chanson !), puis on passe à If I Was With A Woman, chanson assez dans le style de Wake Up And Make Love With Me (musicalement parlant), et tout aussi réussie. Décidément, quel album ! Ca sera la dernière chanson classique de New Boots And Panties !!, car les trois chansons restantes sont totalement à part. Le coup de génie de Ian Dury est là, finir son disque de la plus sauvage des manières, une finale punk, hardcore, violente. Blockheads (le nom de son groupe accompagnateur) est assez speedé et nerveuse, bien rock, teigneuse, mais comparée aux deux autres, ça passe. En revanche, Plaistow Patricia et Blackmail Man, attention, les Pistols, Damned, Clash et autres Stiff Little Fingers peuvent aller se reposer, Dury est en mode punk à épingle à nourrice et Doc Marten's, là. La première chanson s'ouvre sur des insultes déclamées (sans chanter, juste déclamées) d'une voix narquoise, froide et cockney, arseholes, bastards, fuckin' cunts and pricks. La musique déboule doucement, un riff de guitare pas très brutal, puis, d'un coup, KAPOW, c'est du lourd, parsemé de ce fameux cri de guerre punk british, oï oï (un courant musical punk et ska typiquement british portera ce nom, le punk Oï), aucun répit? Jubilatoire. Et l'autre chanson... Blackmail Man est d'une rapidité telle qu'à côté, Plaistow Patricia et Blockheads semblent être des valses de Schubert. L'album se finissait sur cette chanson violente, sanguinaire, sur laquelle Dury est en forme et même totalement hystéro, ses musiciens se lâchent, jouent tellement vite que c'est à se demander comment on fait pour ne pas entendre de couacs intempestifs... Assez incongrument, Sex, Drugs & Rock'n'Roll, le bonus-track CD (pour mon édition qui n'en contient qu'un, mais les éditions en possédant plusieurs comptent ce titre parmi eux, évidemment) surgit ensuite, venant briser l'harmonie punk du final de l'album par sa mélodie très plan-plan (mais efficace, c'est une super chanson) et son allure plus pop qu'autre chose. J'écoute rarement ce titre à la suite de l'album, préférant m'écouter les 10 titres puis, par la suite, mettre le 11ème seul (ou l'écouter avant l'album). Mais quelle chanson, sinon, une des meilleures de 1977, haut la main ! Et au final, un album majeur de son époque, un disque sensationnel et très éclectique, s'ouvrant très calmement et se finissant en boucherie, un joyau, écrin de 10 chansons totalement réussies (oui, je sais, il y en à une qui me plaît moins que les autres, mais ai-je dit qu'elle était mauvaise ?). Essentiel, donc. A noter que le clip plus bas propose tout le disque, plus plein de bonus-tracks (d'où la durée de 53 minutes alors que l'album original en fait 37). Je vous gâte, hein ?

FACE A

Wake Up And Make Love With Me

Sweet Gene Vincent

I'm Partial To Your Abracadabra

My Old Man

Billericay Dickie

FACE B

Clevor Trever

If I Was With A Woman

Blockheads

Plaistow Patricia

Blackmail Man