Studio_Tan

En 1996 sort le coffret 3 CD Läther, regroupant l'ensemble d'un album que Frank Zappa voulait sortir en 1976, mais qui lui sera refusé par sa maison de disques (motif : un coffret de 4 disques, forcément, ça rebute un peu...). Vexé, Zappa fera diffuser l'intégralité de Läther, gratuitement, sur une fréquence radio, sans autorisation, et il fera par la suite paraître, entre 1978 et 1979, les morceaux de ce coffret sous la forme de quatre albums indépendants : Sleep Dirt, Zappa In New York (un live), Studio Tan et Orchestral Favorites. En 1996, trois ans après la mort de Zappa, le coffret paraît enfin, sous sa forme initiale, mais au format CD. Studio Tan regroupe 4 des morceaux de Läther, pour une durée de 39 minutes, et sous une pochette, on peut le constater, résolument abominable (et un titre amusant : "bronzage de studio").

FrankZappa

Les possesseurs du coffret Läther (il est recommandé à 1000%)  ne possédant pas Studio Tan ne trouveront pas l'intérêt d'acheter l'album : en effet, il est intégralement dans Läther, les morceaux ici présents (dont la longue pièce The Adventures Of Greggery Peccary, 20 minutes de dinguerie qui n'est pas sans rappeler Billy The Mountain, morceau-fleuve du live Just Another Band From L.A. de 1972, de Zappa aussi) sont identiques, même durée, même version, que ceux du coffret dont la pochette parodie Atom Heart Mother du Floyd. Entre ce délire à moitié vocal (narratif) de la face A et les délires de la B (Lemme Take You To The Beach, toujours hilarant, avec cette voix comme accélérée, ses lalalalalalalalala tuants), Studio Tan s'impose comme un Zappa à la fois mineur et majeur. Mineur rétroactivement, car un fan de Zappa se doit d'avoir Läther, et Studio Tan en devient assez minime, redondant. Majeur, car aucun des quatre titres n'est mauvais, ni même moyen, c'est un album aussi court que d'enfer, du pur Zappa (morceaux enregistrés entre 1969 et 1976, au fait).

frank_zappa_21601

Entouré de grands musiciens (George Duke, Bruce et Tom Fowler, Chester Thompson, Ruth Underwood, Paul Humphrey, Eddie Jobson, Max Bennett, Alan Estes...), Zappa offre donc un condensé de musique totalement dingue, caché sous une pochette hélas rebutante (comme celles des trois autres disques issus de Läther). Un disque désormais redondant, dont l'intérêt à diminué (si vous ne possédez ni Läther ni aucun des 4 albums issus du coffret, achetez plutôt Läther, ça vous coûtera moins cher...mais prenez Zappa In New York tout de même, en revanche !), mais qui reste un excellent cru zappaïen.

FACE A

The Adventures Of Greggery Peccary

FACE B

Revised Music For Guitar & Low-Budget Orchestra

Lemme Take You To The Beach

RDNZL