CS599125-01A-BIG

Oui, cet album n'a pas de nom. Bah ouais, ça arrive. Après tout, en 1971, Led Zeppelin a sorti un quatrième album sans nom, avec des symboles en guise de titre. Mais cet album des Byrds en possède un, en fait, de nom : (Untitled). Et la réédition CD, qui proposera un disque de bonus-tracks (l'album initial étant trop long pour que les bonus-tracks puissent être mis à sa suite sur un seul CD), sera, elle, rebaptisée (Untitled)/(Unissued), qu'est-ce qu'on se marre. Cet album de 1970, à la pochette que j'aime beaucoup (j'ai réussi, récemment, à me le procurer en vinyle, pressage ricain d'époque, encore emballé de sa cellophane et, donc, neuf malgré son grand âge, imaginez mon émotion en l'écoutant...), est le, attendez que je compte, neuvième album studio des Oyseaux, et c'est, sortez le champagne et les coupettes, un double. Vi. Un doooouuuuble albuuuuuum des Byyyyyyrds !! Yeah ! Avec un disque live (le premier) et un disque studio (fatalement, le deuxième. Si.) !! Il dure 71 minutes, c'est donc pas le plus long double album au monde, il tient sur un seul CD. 16 titres en tout, dont 7 pour le disque live, et parmi ces 7 titres, il y en à un qui occupe à lui seul l'intégralité de la seconde face. Oh fatche de conng, déjà qu'on a droit à un double album des Byrds, mais en plus, il y à un morceau de 16 minutes dessus, mais qu'est-ce qu'y leur arrive, à ces cons ? Eux qui, d'ordinaire, nous chiaient un album de 28/29 minutes rempli de chansons de même pas 3 minutes depuis 1965 se retrouvent donc ici avec l'équivalent byrdien de Physical Graffiti ou d'Exile On Main St., ce qui n'est pas commun, les concernant. 

B1

Mais les Byrds de 1970 ne sont pas communs non plus. En fait, les Byrds de 1970, c'est quasiment plus les Byrds : peut-on encore parler d'un groupe quand seul son leader est toujours dans les stalles, quand les autres, tous les autres membres d'origine (Gene Clark, David Crosby, Chris Hillman, Michael Clarke), sont partis depuis belle lurette, virés la plupart du temps ? Pour beaucoup, les Byrds ont cessé de l'être en 1969, avec l'album Dr. Byrds & Mr. Hyde, un excellentissime album, mais le premier avec seulement Roger (Jim de son vrai prénom) McGuinn du groupe original, au chant sur tous les titres (une première pour les Byrds) et à la guitare. L'album de 1969, malgré des chansons tuantes (Drugstore Truck Drivin' Man, Bad Night At The Whiskey, une reprise géniale du This Wheel's On Fire de Dylan & The Band), foirera pas mal dans les charts. Il est encore aujourd'hui bien mal considéré. C'est le premier album sur lequel le guitariste Clarence White était crédité comme membre officiel, pas juste comme invité. On y trouvait aussi le batteur Gene Parsons (aucun lien avec Gram Parsons, qui fit partie des Byrds en 1968 le temps de Sweetheart Of The Rodeo) et le bassiste John York qui ne resterait pas longtemps, à peine l'album suivant sorti il était déjà parti. En 1970, juste avant le double album qui nous intéresse, le groupe sortira le très médiocre Ballad Of Easy Rider, composé à la base comme bande-originale du film de Dennis Hopper sorti e 1969, mais au final, ça ne sera pas le cas. York s'en va, et est remplacé par Skip Battin. C'est cette formation qui livre (Untitled), en partie constitué d'un disque live (au Felt Forum de New York le 1er mars et au Colden Center Auditorium du Queens, New York le 28 février), donc, et de nouveaux morceaux studio enregistrés entre mai et juin. L'album sort en septembre. 

B2

Niveau critiques, c'est un disque franchement acclamé, les avis étaient vraiment positifs, et niveau commercial, l'album marchera assez fort, les fans estimeront que les Oyseaux sont revenus à un niveau d'excellence tel qu'ils ne l'avaient plus touché depuis The Notorious Byrd Brothers (1968), lequel album  était, il est vrai, parfait de bout en bout, et reste même leur meilleur selon moi. Mais (Untitled) n'est pas loin derrière. Le disque live offre du grand Byrds, quelques uns des plus grands classiques du groupe sont là : Mr. Tambourine Man, So You Want To Be (A Rock'n'Roll Star), Mr. Spaceman, un Eight Miles High de 16 minutes quasiment instrumental (il faut attendre quasiment la fin pour que le chant n'arrive vraiment) et absolument dantesque... On regrettera l'absence d'autres morceaux fédérateurs, mais souvenons-nous que seul le premier disque est live, et qu'on a un morceau sur une face entière, donc ça limite. Les frustrés se tourneront vers le live au Royal Albert Hall 1971, sorti en 2008, sublime de bout en bout. Notons que Lovers On The Bayou, qui ouvre le bal et a été co-écrite avec Jacques Levy (qui collaborera avec Dylan pour l'album Desire), bien que jouée live, est un inédit. Et que, toujours concernant Dylan, une autre reprise de ses chansons est ici, Positively 4th Street. Les Byrds ont toujours repris du Dylan, quasiment une reprise sur chaque album (aucune sur The Notorious Byrd Brothers, aucune, aussi, sur le disque studio de (Untitled), ce sont les exceptions qui, à l'époque, confirmaient la règle). Le disque studio offre du grandiose absolu (Chestnut Mare, Truck Stop Girl emprunté à Little Feat, Take A Whiff On Me sur la drogue, Hungry Planet co-écrite par Kim Fowley), tout ou presque y est sensationnel, tout au plus Well Come Back Home est trop longue, avec presque 8 minutes au compteur, mais elle est pas mal du tout en guise de conclusion, avec ce mantra bouddhiste... Bref, pour finir, ce double album hybride est un des meilleurs des Byrds, un disque miraculeux compte tenu de la position du groupe à l'époque (depuis 1969 : un album réussi mais n'ayant pas marché, et un album raté ayant, lui aussi, été un relatif bide). Hélas pour eux, la suite sera déplorable : Byrdmaniax, Farther Along, l'album de reformation 1973 du groupe original (Byrds) qui sera par ailleurs leur dernier album, autant de ratages musicaux à oublier... (Untitled) reste donc non seulement le dernier bon album du groupe, mais surtout leur ultime monument. 

FACE A

Lover Of The Bayou

Positively 4th Street

Nashville West

So You Want To Be A Rock'n'Roll Star

Mr Tambourine Man

Mr Spaceman

FACE B

Eight Miles High

FACE C

Chestnut Mare

Truck Stop Girl

All The Things

Yesterday's Train

Hungry Planet

FACE D

Just A Season

Take A Whiff On Me

You All Look Alike

Well Come Back Home