P1

1982 : mon année de naissance est aussi une des meilleures pour ce qui est du rock, et de la musique en général. Pensez-donc : Peter Gabriel IV/Security, The Number Of The Beast, Pornography, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1, Avalon, Love Over Gold, Play Blessures, Thriller, Tug Of War, New Gold Dream ('81/'82/'83/'84), The Nightfly, Nebraska, The Dreaming...On peut aussi citer, un petit peu en-dessous mais tout de même de qualité, des albums tels que The Blurred Crusade, Mirage ou Iron Fist. Je n'aurais pas oublié un album dans la liste ? Si, en fait j'en ai même oublié pas mal, mais il y à un album particulier que j'ai fait exprès de ne pas citer, c'est un double album (tout tient sur un seul CD de 70 minutes) sorti quelques semaines avant le fameux Thriller de Michael Jackson (quasiment un mois avant, en fait), et qui fut un succès monumental, le premier succès aussi monumental pour celui qui a sorti l'album. Je veux bien entendu parler du quatrième album studio de Prince, 1999. Un album sorti, donc, sous la forme d'un double opus (11 titres), mais qui, en Europe, sortira d'abord en disque simple (6 titres) avant d'avoir droit à sa version complète. 1999 est sorti sous une pochette violette (qui annonce Purple Rain, qui sortira deux ans plus tard) avec un lettrage fantaisiste pour le nom de l'artiste et le titre de l'album, le 1 du titre et le I de Prince (en forme de bite...) sont intervertis. Au verso de la pochette (non-ouvrante), le tracklisting sur fond des premières lignes de texte de la chanson-titre. Les deux sous-pochettes proposent les paroles et deux photos ; une de Prince et de son groupe (The Revolution, crédité écrit à l'envers dans le 1 sur la pochette), et une de Prince allongé nu, sous un drap, sur le ventre, dans un lit, le drap posé juste au niveau de sa ligne de partage des territoires (la raie, quoi). 

P3

1999 sera un triomphe, et est considéré comme un des sommets de Prince (qui, entre 1981 et 1991, bref pendant 10 ans, ne va quasiment enquiller que ça, Purple Rain, Around The World In A Day, Sign 'O' The Times, Lovesexy pour citer les meilleurs), et un des albums les mieux produits de son époque. J'ai dit 'de son époque', parce qu'il y à bien une chose un peu négative à dire ici, et ça concerne hélas l'ensemble des albums de Prince des années 80, c'est qu'ils ont un petit peu pris un coup dans l'aile. Même si les remastérisations récentes (du moins en vinyle ; je me suis payé 1999, Purple Rain et Around The World In A Day en vinyles réédités, cette année, et le son est excellent) ont amélioré tout ça, pendant des années, surtout en CD, quand on écoutait un album de Prince de cette époque qui s'avère être sa meilleure (le comble), c'était pour avoir un album au son assez faible, mince, étroit. Prenez un CD de Thriller et un de 1999, un CD plutôt ancien (années 90) d'avant les rééditions remastérisées, et vous verrez de quoi je parle. Donc, 1999, pendant des années, c'était un album pour lequel je ne prenais que la moitié du plaisir à l'écouter, la qualité un peu moyenne du son me ruinant une partie du plaisir. Aussi, quand je l'ai réécouté, il y à quelques mois, en vinyle (j'aurais pu acheter un ancien pressage, mais cette réédition était proposée en deux vinyles pourpres tachetés de petites fleurs, et rien que pour ça, j'ai craqué), ce fut comme une redécouverte totale. Là, je me suis vraiment rendu compte de l'originalité de cet album super bien produit par celui que l'on pourrait considérer comme étant le Todd Rundgren de la funk. Et comme le vrai Prince of Pop, même si Michael Jackson a, durant cette même décennie 80, sorti des trucs géniaux. Bref. 

P2

1999 démarre par sa cataclysmique chanson-titre, 1999, dans laquelle Prince nous explique que, la fin du monde étant prévue pour l'an 2000, il convient de faire la fête comme si on était en 1999 et qu'il ne restait plus beaucoup de temps pour s'amuser. Phil Collins l'a reconnu lui-même, son Sussudio de 1985 ressemble pas mal, dans son style, à cette chanson. Une chanson mémorable, trépidante, monumentale. Tout comme Little Red Corvette qui suit, tout comme, par la suite, Automatic (9 minutes de transe), International Lover, Lady Cab Driver et Let's Pretend We're Married. Il n'y à aucune mauvaise chanson ici, tout au plus puis-je dire au sujet de Something In The Water (Does Not Compute) et Free, toutes deux sur la face C, qu'elles ne figurent vraiment pas parmi mes préférées de Prince (et de l'album, par conséquent). Delirious est, comme son titre l'indique, assez délirante et frénétique (le fait qu'elle soit aussi courte, 4 minutes, n'est pas un mal), All The Critics Love U In New York et D.M.S.R. (pour "Dance Music Sex Romance") sont plus des jams funk/pop/électro que des chansons, mais fonctionnent bien. Entouré de son groupe The Revolution (Dez Dickerson aux solos de guitare et choeurs, Lisa Coleman, Jill Jones aux choeurs, plus Wendy Melvoin et Vanity aux choeurs sur Free), mais jouant apparemment de tous les instruments sur l'album (dans les clips et sur scène, des musiciens seront présents), Prince livre ici un album mémorable. Album qui sera cependant écrasé, en terme de ventes et de popularité, par Thriller de son 'rival' Bambi un mois plus tard. 1983 (car les deux albums sont sortis respectivement en fin octobre et fin novembre 1982, donc l'essentiel de leurs ventes sera fait en 1983) sera l'année Jackson. 1984 sera, elle, celle de la pluie pourpre et des pleurs de la colombe...

FACE A

1999

Little Red Corvette

Delirious

FACE B

Let's Pretend We're Married

D.M.S.R.

FACE C

Automatic

Something In The Water

Free

FACE D

Lady Cab Driver

All The Critics Love U In New York

International Lover