greendale_album_cover

Greendale, sorti en 2003, est un des derniers albums de Neil Young (enfin, il en fera d'autres par la suite, ce mec étant une sorte de boulimique, même s'il s'est assagi depuis les années 70...). Enregistré avec son groupe fétiche Crazy Horse (limité ici à Ralph Molina à la batterie et Billy Talbot à la basse), avec lui-même à la guitare, harmonica et claviers et la participation des Mountainettes (groupe de choristes dont Pegi Young, femme de Neil), Greendale est une sorte d'album-concept, autout d'une famille confrontée, dans la petite ville de Greendale, à un meurtre. L'album sera assez froidement accueilli par la critique à sa sortie : certains trouveront le ton trop lourd, poisseux, le son est assez brut, on croirait entendre des jams ou des répétitions plutôt qu'un travail finalisé. D'autres trouveront l'album trop long.

toronto

Et il l'est effectivement, trop long, ce Greendale : Pour 10 titres, l'album atteint la durée quasiment maximale, pour un CD, de 78 minutes (le titre le plus court, Bringin' Down Dinner, dure 3,15 minutes, mais on a aussi 6 titres de plus de 7 minutes, et notamment Grandpa's Interview, de 13 minutes, Sun Green, 12 minutes, et Carmichael, de 10,20 minutes). Si certaines chansons sont belles (Be The Rain, quasiment 10 minutes, Double E, Falling From Above), l'ensemble est vraiment trop longuet, on s'emmerde assez souvent. Tant qu'à faire, Neil Young n'avait qu'à composer encore un ou deux titres de longueur imposante et faire de Greendale un double CD, ça aurait sans doute été préférable.

neil_young_02

N'allez pas croire que ce disque est mauvais, ce n'est vraiment pas le cas ; je l'aimais beaucoup, autrefois (acheté à sa sortie, le titre et la pochette m'avaient attiré, ainsi, naturellement, que le nom de Neil Young, que j'aimais bien en 2003 sans en être aussi fan que maintenant). Mais ce disque qui donnera lieu à un film musical du même nom (que le Loner réalisera sous le pseudonyme de Bernard Shakey, et qui met en scène le concept de l'album) ne fait vraiment pas partie de ses sommets non plus. Greendale, plus court (ou, paradoxe, plus long et réparti sur deux CDs), aurait été meilleur que tel qu'il est, un disque trop long, surchargé de titres interminables, certains sont beaux, d'autres moins (Bandit... bof...), et dans l'ensemble, c'est parfois un peu chiant. Pour fans absolus uniquement.

Falling From Above

Double E

Devil's Sidewalk

Leave The Driving

Carmichael

Bandit

Grandpa's Interview

Bringin' Down Dinner

Sun Green

Be The Rain