cd_cover

In Rainbows a marqué une date dans l'histoire de la musique : c'est le premier album vendu d'abord sur internet (en 2007) avant de sortir en CD, Radiohead, ayant fini son contrat avec EMI, a voulu expérimenter pour le coup. L'expérience s'est avérée concluante, ce qui n'a pas empêché l'album de sortir, sur le label XL, par la suite, en 'physique' (CD) en 2008. C'est, à ce jour, le dernier album studio du groupe, c'est un des plus courts (42 minutes), et sans être un sommet, c'est, selon moi, leur cinquième meilleur (derrière leur album précédent, Hail To The Thief). Assez imprégné de sonorités électroniques, In Rainbows contient de très bonnes chansons.

DDDD

Des titres comme Videotape (assez sombre, lisez les paroles), Bodysnatchers, Nude ou House Of Cards se posent même là comme étant parmi les meilleurs de la Tête de Radio. In Rainbows, plus ou moins flingué par une pochette assez ratée (de ce point de vue-là, mieux valait que l'album reste au format digital...ah ah) est un disque un peu moins froid et dépressif, moins expérimental que ne l'étaient Kid A ou Amnesiac. Plus rock, sans pour autant être mainstream. Attendez, ça reste du Radiohead, quand même, et n'importe quel groupe avec un chanteur aussi tourmenté et miauleur/glapisseur tel que Thom Yorke (qui semble toujours avoir un nouveau problème mental à confier à son psy, à entendre sa voix) ne pourrait être qualifié, honnêtement, de simplement rock. Radiohead n'est pas le groupe à écouter quand on a le blues.

radiohead

Mais In Rainbows porte assez bien son titre, car la musique, ici, sans être chaleureuse, est plus rock et conventionnelle que de coutume. On se croirait revenu à la période Pablo Honey/The Bends. Le groupe assure (Colin et Johnny Greenwood, Phil Selway...), le chanteur aussi, les chansons sont quasiment toutes remarquables (pas fan de 15 Step, Weird Fishes/Arpeggi et Faust Arp)...Bref, sans être le meilleur Radiohead, c'est tout simplement un très bon Radiohead !

Chronique d'Alice In Oliver :

Inutile de présenter Radiohead. Qu'on le veuille ou non, le groupe britannique fait désormais partie des grands noms du rock, en tout cas de ces groupes de prestige, dont chaque nouvel album est évidemment attendu au tournant. Avec Kid A et Amnesiac, le groupe visitait d'autres contrées. Radiohead abandonnait quelque peu la pop rock pour se consacrer à un son plus expérimental. Sur leur sixième album, Hail To The Thief, le groupe continuait dans cette ligne directrice. Finalement, peu importe, les fans répondent toujours présents et Radiohead se montre plutôt généreux lors de leurs concerts.

Pourtant, Hail To The Thief marque un tournant dans la carrière du groupe. Après la conception de ce disque, le groupe décide de travailler sur leur prochain disque, donc In Rainbows, qui ne sortira pas dans une maison de disques, mais sera tout d'abord proposé en téléchargement gratuit sur internet. Evidemment, cela contribue à rendre le groupe d'autant plus agaçant. Que l'on aime ou pas Radiohead, il faut reconnaître que la sortie de ce septième album a fait un certain buzz et a suscité la polémique sur la Toile.

A l'heure où le marché du disque se casse la gueule, certains artistes proposent désormais de télécharger leur nouveau disque sur la Toile. Faut-il en rire ou en pleurer ? Ce n'est pas le sujet de cette chronique. Toujours est-il que le disque sortira chez les disquaires deux mois et demi plus tard. Premier constat: la pochette est d'une laideur sans nom. Le titre du disque est écrit plusieurs fois de façon décousue (ou plutôt découpée). En arrière plan, on voit un "machin" jaune exploser. A mon avis, cela ressemble à la photo d'une supernova, à savoir l'explosion d'une étoile massive dans l'univers.

Quel est le rapport avec le titre du disque et son concept ? Alors là, mystère... En même temps, Radiohead n'a jamais été réputé pour sortir des albums avec de belles pochettes. Celle de In Rainbows ne fait pas exception. De toute façon, la qualité d'une pochette ne fait pas forcément la qualité d'un disque. Heureusement pour Radiohead ! In Rainbows comprend plusieurs titres que Radiohead a interprétés durant sa tournée de 2006. C'est par exemple les cas de 15 Step, Bodysnatchers, All I Need, Videotape ou de Jigsaw falling into place.

Pour l'anecdote, la chanson Nude aurait été écrite lors de la tournée OK Computer. Toutefois, pour les besoins du disques, le groupe travaille à nouveau d'arrache-pied et améliore les sonorités. Depuis la sortie de Hail To The Thief, quatre longues années se sont écoulées avant que Radiohead ne revienne aux affaires sérieuses. Que les choses soient claires: je ne suis pas un grand fan de Radiohead. Tout du moins, je ne suis pas de ceux qui s'extasient devant le moindre rot ou le moindre pet de Tom Yorke. Personnellement, les deux précédentes livraisons du groupe, donc Amnesiac et Hail To The Thief, ne m'ont suscité qu'un ennui poli.

Leur côté expérimental et leurs textes hautement philosophiques me laissent de marbre. Pourtant, je reconnais aussi leurs qualités. Radiohead reste tout de même le groupe qui a "pondu" le chef d'oeuvre Ok Computer. A cela, il faut aussi rajouter quelques pépites dont le groupe a le secret, entre autres The Bends. C'est d'ailleurs ce qui définit peut-être le mieux In Rainbows, qui pourrait s'apparenter à un mixe parfait entre The Bends et Ok Computer. Au niveau de la durée, In Rainbows est plutôt court, soit 42 minutes si je ne me trompe pas, et se compose de dix titres.

Visiblement, Radiohead a un peu abandonné la ligne expérimentale de ses deux précédents disques pour sortir un album riche et varié. D'ailleurs, 15 Step, qui ouvre les hostilités, est un morceau plutôt électro. Ce premier morceau a tout d'un classique. C'est du Radiohead pur jus et plutôt en forme pour l'occasion. Le groupe retrouve un son beaucoup plus rock avec l'entêtant Bodysnatchers. On n'avait plus entendu le groupe aussi énervé depuis The Bends. Ca fait vraiment du bien de les retrouver à nouveau dans ce registre. Puis, vient Nude, une superbe balade portée par la voix magnifique de Tom Yorke.

Sur ce troisième morceau, impossible de se mentir: le grand Radiohead est de retour. Nude est un titre bluffant, d'une très grande mélancolie mais d'une beauté absolue, dotée de différents arrangements absolument grandioses. Bref, les mots me manquent. Toujours est-il que nous sommes face à un très grand disque. A ce jour, et à mon avis, In Rainbows est tout simplement le meilleur disque de Radiohead. En tout cas, c'est probablement le plus abouti. Weird Fishes et All I Need viennent s'inviter aux hostilités et constituent eux aussi de véritables bijoux.

Par contre, ne vous attendez pas à écouter un album où règnent la joie et la bonne humeur. Bon, en même temps, c'est du Radiohead... Mais contrairement à leurs précédentes livraisons, Tom Yorke ne tombe pas dans le piège de sombrer dans les moments criards ou geignards. C'est parfois un défaut qui m'agace terriblement chez ce groupe. Mais là, non... C'est absolument (et je me répète) superbe et splendide. Visiblement, chaque arrangement et chaque son ont été minutieusement pensés et travaillés. Dans ce disque, on ne trouve aucun morceau un peu faible. Tous les titres font figure de futurs classiques en devenir. Enfin, In Rainbows se termine sur Videotape, un superbe morceau au piano, encore une fois porté par la voix magnifique de Tom Yorke. Bref, avec ce septième opus, Radiohead signe un nouveau chef d'oeuvre, un de plus pour le célèbre groupe britannique !

15 Step

Bodysnatchers

Nude

Weird Fishes/Arpeggi

All I Need

Faust Arp

Reckoner

House Of Cards

Jigsaw Falling Into Place/Open Pick

Videotape