PS1

Dans la catégorie des noms de groupes à la con, on trouvera quelques morceaux de choix : les Butthole Surfers, The The, !!! (qui se prononce "tchik tchik tchik"), ? And The Mysterians (le point d'interrogation se prononce "Question Mark"), Sam The Sham & The Pharaohs, The Band... Il y à aussi le Bourgeon Préfabriqué. Enfin, Prefab Sprout. Quel nom de groupe à la con, aussi bien dans la langue de Shakespeare que dans celle de Molière, où la deuxième partie du nom possède des connotations cacapoum assez malheureuses ! Groupe britannique, Prefab Sprout (putain, ce nom, je ne m'y habituerai jamais) a été fondé en 1978 mais leur première livraison est un single sorti en 1982. C'est en 1984 que le groupe de Paddy McAloon (chant, guitare, claviers) et de son frangin Martin (basse) a sorti son premier album, Swoon. Le reste du groupe, au fait, c'est le batteur Neil Conti et la chanteuse et claviériste Wendy Smith. Swoon a été bien reçu, et a correctement marché. Thomas Dolby, un producteur, les remarque et décide de produire leur album suivant, qui sortira en 1985 : Steve McQueen (au USA, l'album est sorti sous le titre Two Wheels Good, les ayant-droits de l'acteur Steve McQueen, mort en 1980, ne voulant pas que l'album utilise le nom de l'acteur). La pochette représente le groupe sur et devant une moto, une Triumph, le même modèle, je crois que, dans La Grande Evasion, McQueen pilote, et cette pochette est une allusion de plus à l'acteur). Sur la pochette, pour les situer, Conti est accroupi devant, Martin est debout en arrière-plan, Paddy est le barbu qui tient le guidon, et Wendy, ben, pas la peine de dire où elle se trouve, n'est-ce pas ? 

PS2

Long de 45 minutes, Steve McQueen offre 11 titres dont pas moins de 25 sont des chefs d'oeuvres. Manière de dire que tout le disque est une réussite. J'ai découvert ce disque par le plus grand des hasards, dans une brocante, il y à une quinzaine d'années. Je commençais à collectionner (mais ma collection était à l'époque des plus minimaliste, une vingtaine de pièces) les vinyles, et je suis tombé, chez un exposant qui avait pas mal de vinyles (et à l'époque où le vinyle n'était pas encore revenu à la mode, on pouvait les acheter pour moins cher que maintenant, grosso modo, en tout cas en brocantes), sur l'album. Pochette qui me plaît, titre d'album aussi (j'ai toujours adoré McQueen), le nom du groupe me fait marrer, et le vendeur me dit que c'est de la très bonne pop des années 80, pas noyée dans les synthés (je ne dis pas qu'il n'y en à pas, il y à des claviers ici, mais pas en surabondance), très bien produite, et avec de vraies merveilles qui, à l'époque, ont plutôt bien marché (When Love Breaks Down est sans doute le plus gros hit du groupe). Comme en plus le disque était en état parfait et que le mec le vendait 50 centimes d'euro, bah, je l'ai acheté, tu penses bien. Je ne l'ai jamais, jamais regretté. Même si, au départ, je trouvais que la face B était moins marquante que la A. Dans un sens, c'est presque vrai : Horsin' Around et Blueberry Pies sont les deux morceaux les moins époustouflants de l'album, ce qui ne retire rien à leur qualité, car ce sont vraiment de belles chansons. 

PS3

Mais le reste...Oh, putaing...est une tuerie absolue. Je sais bien que j'utilise un peu trop souvent les expressions 'tuerie absolue', 'monumental', 'chefd'oeuvresque' (faudrait que je pose un brevet sur celle-là) et 'monstrueux', mais pour le coup, que dire d'autre ? Prefab Sprout livre ici un album génial, tout simplement, qui s'ouvre sur une cavalcade pop/boogie de la plus belle eau (Faron Young), se poursuit sur mon morceau préféré ici (Bonny, qui n'est pas sorti en single mais aurait mérité), puis sur un Appetite bien sublime, un When Love Breaks Down tubesque (tube mineur, certes, mais tube quand même), un Goodbye Lucille #1 (alias Johnny, Johnny) magistral...Hallelujah apporte une petite touche aussi aérienne (les choeurs angéliques) que curieuse en final de la face A, et la B s'ouvre sur un Moving The River juste superbe. On trouve aussi, sur cette face B, le déchirant et mélancolique (mais aux paroles assez cyniques quand même : J'ai six choses en tête/Tu n'en fais plus partie désormais, mais en anglais dans les paroles originales, évidemment) Desire As et, en guise de final, When The Angels donne sacrément envie de réécouter tout cet album remarquablement (petit quizz final) : 

a) écrit

b) produit

c) interprété

d) tout à la fois

La bonne réponse est la d), au fait.

FACE A

Faron Young

Bonny

Appetite

When Love Breaks Down

Goodbye Lucille #1

Hallelujah

FACE B

Moving The River

Horsin' Around

Desire As

Blueberry Pies

When The Angels