PJ_riot_act

Après un album parfois bon mais en demie teinte,le mitigé Binaural, Pearl Jam semble avoir un peu perdu de sa fougue du passé. Inutile de compter sur un nouvel Alive.
D'ailleurs, sur ce nouveau disque, Riot Act, il n'est pas question de cela. C'est probablement le disque le plus personnel du groupe et également le plus sombre, à l'image de cette pochette et de ces petits squelettes métalliques enfumés.

D'ailleurs, il faut préciser que la bande à Eddie Vedder a vécu un drame lors d'un festival : le groupe déplorera plusieurs morts lors d'un concert.
Et Pearl Jam est tout sauf un groupe qui encourage ce genre de violence et de tragédie. Nous sommes donc en 2002 et cette année obscure marque un autre drame: la mort du leader d'Alice In Chains, Layne Staley, qui a beaucoup affecté le groupe de Seattle.

Inutile alors de préciser que l'état d'esprit du groupe ne se prête guère à la joie, et cela se ressent dès la superbe introduction de Riot Act, Can't Keep.
Puis, l'album devient un peu plus classique, proposant une chanson rock très bien burnée: Save You. Cela faisait longtemps que le groupe n'avait livré un aussi bon morceau envolé.
On croit alors retrouver le Pearl Jam des débuts. Et la suite du disque permet alors tous les espoirs: rien à redire sur le grandiose Ghost et la superbe balade, Thumbing My Way.

untitled

Une première partie vraiment incroyable: Pearl Jam semble avoir retrouvé une certaine grâce. Malheureusement, la deuxième partie de Riot Act est nettement moins brillante.
D'ailleurs, cette baisse de régime est annoncée par You Are : pour une fois, le groupe de Seattle tente quelque chose de différent mais c'est assez râté voire foireux.

On déplorera aussi quelques morceaux anecdotiques: le transparent Help Help, 1/2 Full et Bu$hleaguer. Un dernier morceau dans lequel le groupe s'attaque à Bush et à son gouvernement de manchots.
Finalement, Pearl Jam est moins convaincant lorsqu'il tente de s'engager dans ce genre de chanson politisée... Bref, il semble que le groupe se cherche encore un peu, mais pour tenter de positiver un peu, Riot Act s'avère légèrement supérieur à Binaural.

Eelsoliver

Critique complémentaire de ClashDoherty :

Riot Act, sorti en 2002, tire son nom d'une loi du Parlement britannique votée en 1714 (Google my friend) autorisant les autorités locales à déclarer tout rassemblement de plus de 12 personne hors-la-loi (en cas de crise, par exemple). L'album, avec sa pochette montrant des squelettes faits de métal et portant couronne, fait suite à deux catastrophes (Yield et Binaural) et, heureusement pour Pearl Jam, est supérieur à ces deux précédents albums. D'une durée de 54 minutes pour 15 titres, ce n'est pourtant pas, loin s'en faut, un disque réussi. Je dis ça, mais compte tenu que je n'aime pas la bande à Eddie Vedder et Stone Gossard, je ne suis pas très objectif, me direz-vous. Mais quand même. J'ai bien aimé Vs, un peu Ten et Vitalogy, et un petit peu l'album éponyme que le groupe fera par la suite (en 2006). Mais Riot Act, je ne l'ai pas aimé, comme le reste de leur discographie. Malgré cela, je le trouve supérieur - pas de beaucoup - aux deux précédents.

450px_eddie_vedder_and_pearl_jam_in_concert_in_italy_2006

Bon, c'est vrai que les premiers titres, principalement Save You, Can't Keep, Ghost et Thumbing My Way, sont plutôt intéressantes, notamment Ghost, je trouve. Mais si l'album démarre plutôt bien (par rapport à la nullité des deux précédents albums, ça sonne comme une vraie renaissance), il se vautre ensuite dans une mélasse totalement insipide (on a droit à l'inévitable chanson anti-Bush avec Bu$hleaguer, Help Help, Get Right, You Are et Arc sont franchement nulles). Riot Act commence donc bien, se finit donc mal, et ne s'impose franchement pas à l'écoute, à moins d'être fan ultra de Pearl Jam. Je ne suis pas fan du groupe, mais ça me fait quand même de la peine de voir un groupe ayant si bien commencé sa carrière (les trois premiers albums) se morfondre ensuite dans une musique aussi plate et inconsistante. L'album suivant, éponyme, sera supérieur. Voilà donc mon avis, court je le sais, sur ce disque. Chronique courte, mais je ne vois pas quoi dire au sujet de cet album : comme l'ensemble des albums de PJ de l'après Vitalogy, je ne l'aime pas, et je m'en contrefous un petit peu...

Can't Keep

Save You

Love Boat Captain

Cropduster

Ghost

I Am Mine

Thumbing My Way

You Are

Get Right

Green Disease

Help Help

Bu$hleaguer

1/2 Full

Arc

All Or None