daydream

Je classe cet article en grunge, même si, en fait, c'est plus de la musique noisy que du grunge en tant que tel. Mais bon, Sonic Youth est généralement apparenté au mouvement grunge, en même temps. Et cet album, sorti en 1988 sous le label du groupe (Enigma) avant d'être réédité en 1994 sur Geffen Records (le groupe passera sur la grosse major Geffen en 1990 après la faillite d'Enigma), s'appelle Daydream Nation, et sous sa pochette montrant un cierge, c'est sans aucun doute le plus connu et estimé des albums de la Jeunesse Sonique. Pour ma part, je ne suis pas fan du tout du groupe, excepté pour Goo (1990) et, dans une moindre mesure, Daydream Nation, album que je trouve trop long (70 minutes, double vinyle, simple CD) et trop chargé.

sonicyouth

Gordon, Ranaldo, Moore, Shelley

Constitué de la chanteuse/bassiste Kim Gordon, du guitariste/chanteur Thurston Moore, du guitariste Lee Ranaldo et du batteur Steve Shelley (Mike Watt joue du piano sur Providence, et il pose des voix sur ce même titre), Sonic Youth fait vraiment partie de ces groupes surestimés, cultes d'une manière totalement involontaire. Puisant leur nom en partie en se basant sur Fred 'Sonic' Smith (guitariste du MC5 mort en 1994 et mari de Patti Smith), à moins que ça ne soit en hommage aux Sonics (groupe de garage-rock des 60's, ancêtres du punk-rock), la Jeunesse Sonique est un groupe violent, bruyant, nerveux, et le gros son bien destroy (les musiciens jouent portnawak, souvent, avec des objets incongrus en guise de médiators, etc) ne signifie pas pour autant que leur musique est d'enfer. Daydream Nation renferme de vraies bonnes chansons, comme cette Trilogy finale (The Wonder, Hyperstation, Eliminator Jr), 14 minutes scindées en trois morceaux de durée inégale. Ou comme Candle, allusion à la pochette de l'album (ou plutôt, la pochette est en allusion à Candle : candle : bougie). Ou Kissability, ou Silver Rocket. Et, bien entendu, ce morceau immense servant à ouvrir l'album, Teen Age Riot, sans aucun doute THE morceau de Sonic Youth. Intro légendaire de Kim Gordon (Spirit desire, spirit desire, spirit desire, we will fall), riff destroy de Moore, 7 minutes de boucan infernal et trippant.

13042007_sonic_youth

Mais à part ces quelques morceaux vraiment réussis, Daydream Nation propose aussi des morceaux franchement pas du même niveau, l'ensemble est trop long et incroyablement lassant. Ni Providence ni The Sprawl, ni Hey Joni ou Eric's Trip, ni Rain King ou Total Trash ne m'ont convaincu, malgré le nombre d'écoutes. L'album est trop long, le groupe en fait trop. C'est pour ça que Goo sera supérieur en tous points : seulement 49 minutes, le groupe se fera plus sobre (malgré des délires à la Mote ou Mildred Pierce) que sur cet album certes mythique mais franchement pas une réussite totale. Je trouve vraiment Daydream Nation surestimé !

Teen Age Riot

Silver Rocket

The Sprawl

'Cross The Breeze

Eric's Trip

Total Trash

Hey Joni

Providence

Candle

Rain King

Kissability

Trilogy

a) The Wonder

b) Hyperstation

c) Eliminator Jr