00731453179325_S

Les fans de The Cure vous le diront plutôt deux fois qu'une : si vous voulez vous payer l'intégrale des albums de la bande à Robert Smith, essayez en tout cas d'oublier charitablement Wild Mood Swings, album sorti en 1996. Si certains des disques de The Cure (le mini-album Japanese Whispers, The Top) sont moyens, voire même médiocres (Japanese Whispers), Wild Mood Swings, lui, est tout simplement calamiteux. L'album fait suite au succès de Wish (1992, avec Friday I'm In Love) et sera suivi, en 2000, par le sublime et sombre Bloodflowers. L'album, sorti sous une pochette bien en osmose avec la qualité de la musique, passera inaperçu en France, et ne sera, donc, pas un succès.

The_Cure

Wild Mood Swings ouvre la troisième période du groupe (après une période cold-wave 1979-1982 et une période pop new-wave commerciale 1983-1992, malgré le fait qu'un chef d'oeuvre de cold-wave, Disintegration, se trouve dans cette seconde période), une période plus rock et mature. Ce n'est pas pour ça que le disque est important dans la discographie de The Cure, c'est même totalement le contraire. Wild Mood Swings ne contient aucune bonne chanson, aucun tube, et ne mérite, franchement, qu'une seule écoute (deux, grand maximum), se traîne en longueur sur 61 minutes et 36 secondes, et regorge de médiocrité (Bare, Gone !, Jupiter Crash, Round & Round & Round, Mint Car). Alors constitué, outre de Smith (chant, guitare, un peu basse), de Simon Gallup (basse), Jason Cooper (batterie), Roger O'Donnell (claviers) et Perry Bamonte (guitare, un peu basse), The Cure s'enfonce avec Wild Mood Swings.

band96

Heureusement, l'album suivant, Bloodflowers, dernier volet de la trilogie démarrée par Pornography et poursuivie par Disintegration, sera l'album du retour en grâce de The Cure pour ses fans. La suite sera moins aboutie, mais quand même intéressante (4:13 Dream), ce qui signifie définitivement que Wild Mood Swings ne peut être décemment considéré que comme une terrible erreur de passage, l'accident industriel, la faute de goût et de créativité d'un des groupes majeurs des années 80.   

Want

Club America

This Is A Lie

The 13th

Strange Attraction

Mint Car

Jupiter Crash

Round & Round & Round

Gone !

Numb

Return

Trap

Treasure

Bare