Workingman_s_Dead

Sorti en 1970, Workingman's Dead est un des albums les plus connus, les plus réputés du Grateful Dead. C'est leur quatrième album studio, et leur cinquième tout court. C'est aussi un des plus atypiques (avec le suivant, American Beauty), car pour la première fois de sa carrière discographique, le Dead oublie fortement les ambiances psychédéliques droguées pour replonger dans la musique de ses débuts : le folk. Workingman's Dead, avec sa très belle pochette à l'ancienne (différente aussi, en cela, des albums précédents : rappelez-vous le délire visuel d'Aoxomoxoa...), a été composé en totalité par Jerry Garcia (guitare) et Robert Hunter (textes, pas musicien), excepté Easy Wind, signé de Hunter seul, et Cumberland Blues, pour lequel Phil Lesh (basse) a collaboré avec Hunter et Garcia. Hunter était pour le Grateful Dead ce que Michael Moorcock était pour Hawkwind, Boris Bergman pour Bashung, ou Pete Sinfield pour King Crimson : le parolier attitré.

garcia

Jerry Garcia

Tom Constanten n'est plus là, mais le reste du line-up est inchangé : Garcia, Weir (guitare), PigPen (claviers), Lesh, Kreutzmann et Hart (batteries). Le chant est partagé entre PigPen, Weir, Garcia et Lesh, et David Nelson (des New Riders Of The Purple Sage) participe aux guitares, en tant qu'invité. L'album, folk-psychédélique (mais plus orienté folk quand même, rien que la pochette le prouve), offre de vraies merveilles, notamment Cumberland Blues, Casey Jones ou Uncle John's Band. L'album est court (35 minutes, nettement plus en CD, avec l'ajout d'une foule de bonus-tracks faisant passer le tout à 79 minutes), aucun des morceaux ne dure plus de 6 minutes (5,40 minutes pour Black Peter, de loin le plus long). L'album est probablement influencé par le Déjà-Vu de Crosby, Stills, Nash & Young, sorti peu avant, et dont le succès sera tel qu'une vague folk-acoustique se créera.

1724_1024716628

Ron 'PigPen' McKernan

Uncle John's Band sera un succès de radio, qui fera écouter le Dead par à peu près tout le monde (ceux qui n'aiment pas les délires musicaux drogués de Anthem Of The Sun ou du Live/Dead devraient écouter Workingman's Dead, c'est totalement différent). Certes, les paroles parlent parfois de came (Casey Jones), mais musicalement, ce retour aux sources permet au Dead de se calmer un peu. L'album suivant, American Beauty (avec le superbe Truckin') sera du même tonneau, et de la même année 1970. Après, le groupe recommencera un peu ses délires, même si ça ne sera jamais aussi poussé que la période 1968-69. 

FACE A

Uncle John's Band

High Time

Dire Wolf

New Speedway Boogie

FACE B

Cumberland Blues

Black Peter

Easy Wind

Casey Jones