gratefuldead

Premier album du Grateful Dead, The Grateful Dead (le 'The' du titre est bien pratique pour différencier cet album d'un autre album du groupe, live, datant de 1971 et intitulé Grateful Dead) date de 1967. Sous une pochette psychédélique et loufoque se cache un disque court (35 minutes, mais la réédition CD dure 79 minutes, avec de nombreux bonus-tracks) qui n'aura pas énormément de succès à son époque, et qui, malgré la présence de quelques bons titres, ne figure franchement pas parmi les sommets du groupe californien (San Francisco). Le groupe est alors constitué du guitariste et chanteur Jerry Garcia, du guitariste et chanteur Bob Weir, du claviériste et chanteur Ron 'PigPen' McKernan, du bassiste et chanteur Phil Lesh et du batteur Bill Kreutzmann. L'album a été produit par David Hassinger, pour Warner Bros Records.

the_grateful_dead2

A la base folk, le Grateful Dead aborde la musique psychédélique dès son premier album, même si le ton reste quand même fortement folk-blues (une bonne reprise de Sitting On Top Of The World et de Cold Rain And Snow). Contenant le long (10 minutes) Viola Lee Blues, probablement le sommet de l'album avec The Golden Road (To Unlimited Devotion) qui est 5 fois plus courte, The Grateful Dead est un bon disque, mais si on le compare aux deux ou trois suivants - en fait, si on le compare avec tous les albums jusqu'à American Beauty de 1970 - la déception sera là. Le groupe, déjà soudé, est très bon, notamment Garcia, Weir et PigPen, mais certaines chansons ne suivent pas trop (Cream Puff War, Beat It On Down The Line, (Walk Me Out In The) Morning Dew). Pour les deux premières, pas trop grave, elles durent 2,30 chacune, mais la dernière citée dure 5 minutes, et on s'y emmerde un peu.

50346

Bref, The Grateful Dead, premier album d'un groupe mythique de la scène psyché-rock américaine des 60's et 70's, album enregistré en 4 jours, n'est franchement pas une réussite majeure. Certaines chansons seront raccourcies par Warner ; selon Phil Lesh, mis à part Viola Lee Blues, ce premier album n'a pas le son que le Dead voulait obtenir. Qu'à cela ne tienne, dès l'album suivant, Anthem Of The Sun (1968), le groupe radicalisera son approche musicale, avec seulement 5 titres sur l'album, et imaginez donc leur durée... J'y reviendrai, n'ayez pas peur ! Et avec le disque suivant, le Dead commencera vraiment à devenir ce qu'il est devenu dans le rock psychédélique : un mètre-étalon.

FACE A

The Golden Road (To Unlimited Devotion)

Beat It On Down The Line

Good Morning Little Schoolgirl

Cold Rain And Snow

Sitting On Top Of The World

Cream Puff War

FACE B

(Walk Me Out In The) Morning Dew

New, New Minglewood Blues

Viola Lee Blues