50994815_p

Alex Chilton sent bien, en 1974, alors que son groupe Big Star (enfin, 'son' groupe...il l'est devenu en 1972, au moment du départ de Chris Bell, après le premier album, mais Chilton n'a pas fait partie des membres fondateurs de Big Star, techniquement parlant, voir ma chronique de #1 Record pour en savoir plus) enregistre les chansons de ce troisième album, que la fin n'est pas proche : elle est carrément arrivée et s'est bien incrustée. D'ailleurs, Andy Hummel (basse) s'est barré, il ne reste plus, du groupe, que Chilton (chant, guitares, quelques claviers, composition) et Jody Stephens (batterie). Toutes les conditions sont donc réunies pour que l'on ait affaire, avec ce troisième album, à une oeuvre maudite. C'est totalement le cas : sauvé tant bien que mal de la déréliction par plusieurs producteurs, et parmi eux, Jim Dickinson (qui assure la basse sur pas mal de titres, et tiendra la production du premier Chilton solo, Like Flies On Sherbert, en 1978/1980), cet album verra le jour, en vinyle, en... 1978, sous le nom de Big Star's 3rd, et sous une pochette photographique en noir & blanc (celle ci-dessous). En 1992, Chilton a autorisé la sortie, en CD, de manière officielle (pas mal de bootlegs circulaient depuis des années), d'une version complète, définitive, et avec un ordre de morceaux différent (celui du vinyle ne lui plaisait pas), sous le nom de Third/Sister Lovers et une pochette montrant des jeunes baigneuses allongées en cercle sur le sable, photo ci-dessus.

BS3

Cette version CD propose les 14 titres de 3rd plus 5 bonus-tracks, faisant passer le tout à 56 minutes bien tassées. Quelle que soit la version, 1978 ou 1992, ce troisième (et pendant des années, des décennies même, le dernier Big Star, car le groupe, rapidement reformé, sortira un ultime In Space en 2005, pas nul, mais quand même à des années-lumière du niveau de leur trilogie 70's) Big Star est un monument dédié à l'autodestruction qui n'est, dans ce registre, dépassé que par le Like Flies On Sherbert de Chilton, justement. Mais c'est difficilement comparable, Like Flies On Sherbert étant un monstre de rock lo-fi enregistré par un artiste au bord de l'implosion émotionnelle, psychologiquement fragile, un album rempli d'instruments désaccordés, de prises vocales à côté de leurs pompes, de bandes sonores qui se délitent, de faux-départs laissés sur disque, etc, tandis que Third/Sister Lovers (la seconde partie du titre serait issue des paroles du Triad de David Crosby) est remarquablement bien joué, interprété, produit (pour ce dernier point, disons que les producteurs ont réussi l'incroyable, car l'album sonne bien tout en étant, souvent, un disque de démos améliorées). Mais ce n'est pas un disque joyeux : quiconque a déjà entendu Holocaust sait ce que musique dépressive veut dire. En fait, c'est tellement dépressif que ça en devient malsain et flippant. C'est de loin le morceau le plus sombre de l'album, mais on ne trouve cependant pas beaucoup de moments joyeux ici. Kizza Me est un rock bien nerveux en ouverture, mais malgré la voix sautillante et chevrotante de Chilton, c'est pas la fête du slip non plus. 

BS4

En 14 titres (et une quarantaine de minutes), car c'est en 14 titres que se déploie l'album initial (les bonus-tracks, notamment une reprise du Whole Lotta Shakin' Goin' On de Jerry Lee Lewis et du Till The End Of The Day des Kinks, sont excellents, mais ils détonnent pas mal avec le reste, je trouve), on trouve ici une sublime reprise du Femme Fatale du Velvet Underground, des morceaux aussi cultes que Kangaroo, Stroke It Noel, Thank You Friends, Jesus Christ et Holocaust, et au final, strictement rien à jeter. Enregistré difficilement par un 'groupe' qui n'existait quasiment plus, sauvé de la ruine par quelques volontaires courageux (Jim Dickinson aura mérité, pour s'être également farci les dévastatrices séances de Like Flies On Sherbert...) qui ont réussi l'impossible exploit de faire sonner cette collection de démos plus ou moins terminées comme un album fini et auto-cohérent (faites écouter l'album à quelqu'un, sans lui dire qu'il s'agit d'un album sauvé du désastre et constitué essentiellement de démos, et il y à de fortes chances qu'il ne s'en rende pas compte de lui-même), Third/Sister Lovers est parfois considéré commet le sommet de Big Star. Pour moi, ce sommet reste Radio City, mais de toute façon, rien à jeter chez la Grosse Etoile. Ce disque est aussi majeur et impressionnant que les deux autres, il nécessite cependant quelques écoutes pour bien qu'on s'en imprègne, il est moins évident que #1 Record et Radio City. Mais tout comme eux, il fait partie des albums de chevet d'une génération entière de musiciens et de fans de rock. Essentiel absolu. 

Version vinyle 1978 (Big Star's 3rd) : 

FACE A

Stroke It Noel

For You

Kizza Me

You Can't Have Me

Nightime

Blue Moon

Take Care

FACE B

Jesus Christ

Femme Fatale

O, Dana

Big Black Car

Holocaust

Kangaroo

Thank You Friends

Réédition CD Ryko 1992 (Third/Sister Lovers ; ordre voulu par Chilton) : 

Kizza Me

Thank You Friends

Big Black Car

Jesus Christ

Femme Fatale

O, Dana

Holocaust

Kangaroo

Stroke It Noel

For You

You Can't Have Me

Nightime

Blue Moon

Take Care

Bonus-tracks : 

Nature Boy

Till The End Of The Day

Dream Lover

Downs

Whole Lotta Shakin' Goin' On