831_13

Pourquoi 13 s'appelle-t-il ainsi alors qu'il ne s'agit que du sixième album de Blur (groupe qui ne fera que sept albums studio) ? Parce que ce disque sorti en 1999 contient 13 titres, voilà pourquoi. 13 est un disque les plus réussis de Blur, et accessoirement, le plus étrange. D'abord, sa pochette, pixellisée, qui fait penser à un CD gravé dont la pochette a été scannée par un amateur (l'effet visuel du livret donne vraiment l'impression d'un scannage artisanal d'un CD copié/piraté, à usage privé, avec les techniques de l'époque). Ensuite, finies les sonorités pop britpop qui, déjà, commençaient à disparaître avec l'album précédent (Blur de 1997). 13, lui, est totalement expérimental. Un virage à 180° pour Blur, qui n'a pas changé de line-up (Albarn, Coxon, Rowntree, James).

blur

Probablement influencé par sa rupture avec sa fiancée de l'époque, Damon Albarn, ici, offre des textes franchement dépressifs, noirs, tristes. Tout 13, avec ses pistes expérimentales (B.L.U.R.E.M.I., Optigan 1, Caramel, Battle) ou un peu plus conventionnelles (Tender, No Distance Left To Run qui sortira en single, Bugman) est un disque froid et étrange, qui déconcertera les fans (certains adoreront, d'autres considèrent ce disque comme un des ratages de Blur - généralement, ceux-là n'avaient pas trop aimé le précédent album non plus, qui préfigurait un peu 13). Long de 67 minutes, c'est clairement un disque que l'on adore ou que l'on déteste, pas de milieu, et pas d'indifférence possible. C'est un album qui touche ou qui ne touche pas. Mais on ne peut pas en dire j'aime cette chanson, et celle-là, et aussi celle-là, mais pas celles-là, en revanche. C'est tout ou rien. 13 est conçu comme une expérience auditive et émotionnelle totale.

90s_blur_431x300

Après, c'est clairement pas un disque à conseiller aux néophytes ne connaissant rien de Blur. Dans ce cas, si vous ne connaissez pas ce groupe, ruez-vous sur Parklife. Mais une fois que vous avez bien en tête la musique du groupe, écoutez 13. C'est un disque difficile d'accès, complexe, exigeant, mais franchement majestueux, un des trois sommets du groupe avec Parklife et Blur. Et je le place en seconde position derrière Parklife. Avec ce disque, enfin, Blur se dissocie définitivement de leurs rivaux d'Oasis, et s'impose comme mille fois plus intéressant qu'eux. Que faisaient les frangins Gallagher en 1999, c'est un truc que je ne veux même pas savoir, voyez. Ils faisaient de la merde ? Ah, oui, probable. Heureusement, Blur était là.

Tender

Bugman

Coffee & TV

Swamp Song

1992

B.L.U.R.E.M.I.

Battle

Mellow Song

Trailerpark

Caramel

Trimm Tabb

No Distance Left To Run

Optigan 1