1218049195_the_cure_disintegration

Disintegration est sans aucun doute un des sommets de The Cure. Sorti en 1989, ce disque est souvent classé comme le second volet d'une trilogie amorçée en 1982 avec Pornography et achevée avec Bloodflowers en 2000. Un DVD live proposant un concert au cours duquel le groupe interprète, dans l'ordre, l'ensemble de ces trois albums existe : Trilogy. A noter aussi que Pornography est surtout le dernier volet de la trilogie glacée Seventeen Seconds/Faith/Pornography (1980-82), trilogie d'albums dont, par le style, Disintegration (et Bloodflowers par la suite) se rapproche totalement. Le groupe, au moment d'enregistrer l'album, est constitué du chanteur et guitariste Robert Smith (aussi claviers), du bassiste et claviériste Simon Gallup, du guitariste Porl Thompson, du batteur Boris Williams, du claviériste Roger O'Donnell, et Laurence Tholhurst (batteur de base du groupe) participe aussi, mais sera viré pour addiction de drogues et d'alcool, et mésentente avec Smith.

The_Cure_the_80s_875577_602_398

Boosté par les singles Lovesong (que le groupe se refusait à sortir en single, aucun des membres n'aimant la chanson, mais ça leur fut imposé) et Lullaby (merveille des merveilles), Disintegration est un album très long (71 minutes pour 12 titres) et quasi parfait. Certains titres, comme The Same Deep Water As You ou Homesick, sont trop longues (9, 20 minutes pour la première, 7 minutes pour l'autre) - curieusement, Disintegration, qui dure plus de 8 minutes, supporte bien mieux la longue durée, idem pour Pictures Of You qui atteint 7,30 minutes ! - mais dans l'ensemble, l'album est une tuerie cold-wave crépusculaire et mélancolique. On ne compte plus les classiques ici : Prayers For Rain, Pictures Of You, Plainsong, Lullaby qui raconte une histoire d'araignée géante venue vous bouffer dans votre sommeil, Fascination Street, Lovesong...

1989

Disintegration est un album à écouter au rez-de-chaussée, après avoir coupé le gaz et vous être débarrassé de tous vos objets tranchants ou coupants. S'il n'est pas aussi glauque et dépressif que Pornography (le sommet absolu du groupe, Disintegration venant derrière, à égalité avec Faith selon moi), cet album reste quand même un maître dans l'art de foutre un cafard monstre à quiconque l'écoutera, donc si vous êtres psychologiquement fragile, essayez d'éviter l'écoute sous peine de rendre visite à vos ancêtres par un geste malheureux (!). C'est long, parfois même un peu longuet, mais magnifique. Un grand, grand disque, et sans doute le dernier sommet du groupe.

Plainsong

Pictures Of You

Closedown

Lovesong

Last Dance

Lullaby

Fascination Street

Prayers For Rain

The Same Deep Water As You

Disintegration

Homesick

Untitled