U17

Voici venu le moment d'aborder (de réaborder, en fait) le cas d'un des albums les plus fédérateurs et estimés de U2. Un de ceux qui, avec War et The Joshua Tree, met généralement tout le monde d'accord. L'album qui a fait entrer un des groupes les plus importants des années 80 dans une nouvelle décennie, les années 90. Achtung Baby. Faisant suite au double (en vinyle) Rattle And Hum, album mi-live mi-studio produit par Jimmy Iovine et à sa version filmique (le documentaire du même nom de Phil Joanou), qui ne furent pas de gros succès commerciaux et critiques (le film surtout), cet album voit le retour du duo de producteurs Brian Eno et Daniel Lanois, aidés cependant de Flood. Sorti en 1991, long de 55 minutes (12 titres), boosté par quelques singles à succès, et surtout deux (j'y reviens plus bas), cet album a été enregistré en divers endroits : le groupe a commencé par Dublin (STS Studios) avant de filer vers...l'Allemagne réunifiée (Studio Hansa de Berlin), puis retour en Irlande, à Dalkey et aux studios Windmill de Dublin, qu'ils connaissent bien. Un an environ a été nécessaire pour accoucher de cet album aux sonorités bien modernes. Sa pochette est un assemblage à la Exile On Main St. de photos diverses et variées, recto comme verso, avec, parmi elles, une photo qui entraînera une censure dans certains pays : au verso, on voit le bassiste, Adam Clayton, nu, teint en rouge. Le titre de l'album n'apparaît nulle part sur le recto comme le verso. 

U18

Verso de pochette (de livret, plutôt)

Mis à mal par les critiques presse de Rattle And Hum, U2 se verra rassuré, à la sortie de leur nouvel album : N°1 des ventes francaouises et américaines, juste devancé dans certains pays (Angleterre) par le Dangerous de Bambi, Achtung Baby (un titre multilingue voulu probablement comme une référence à l'Europe et aussi une manière de mettre de l'humour dans un album au demeurant assez sérieux ; un an plus tard, Tin Machine, le groupe de Bowie, sortira un live au titre en allusion humoristique à l'album de U2 : Oy Vey, Baby) sera très bien accueilli par la presse, qui ne tarira pas d'éloges sur sa production au cordeau et ses chansons mémorables. Pensez-donc : One (un single à succès, une des chansons les plus connues du groupe), qui parle d'un couple en pleine séparation (et ne parle pas de la situation personnelle de Bono, c'est une chanson sur la séparation, d'une manière générale), est sublime ; Mysterious Ways, au riff introductif jouissif, est excellente ; Love Is Blindness, dont Bono avait écrit une autre version destinée à être chantée par Nina Simone, ce qui ne se fera jamais, est une conclusion admirable et touchante ; Zoo Station, Even Better Than The Real Thing et Ultra Violet (Light My Way) posent les bases du nouveau son de la bande à Bono avec une incroyable force de conviction. On est loin du son de War et The Unforgettable Fire, on est passé dans une autre ère, un nouveau plateau, et grâce à la production éclatante d'Eno et Lanois, la transition se fait naturellement. 

U19

Ce qui n'empêche pas une ou deux chansons moins évidentes (mais pas moins bonnes) comme The Fly ou Acrobat. Des chansons qui annoncent (Zoo Station aussi, d'ailleurs, et déjà, rien qu'avec son titre !) le futur Zooropa de 1993, sorte de Achtung Baby surmultiplié, sans Lanois mais toujours avec Eno et Flood (Eno, cependant, laissera ses billes après cet album, U2 étant probablement allé beaucoup trop loin même pour lui, c'est dire). J'aurai l'occasion demain de reparler de Zooropa, vraiment à redécouvrir, mais en attendant, Achtung Baby, qui ne vieillit absolument pas et même aurait tendance (comme Zooropa, en fait) à se bonifier de plus en plus au fil du temps, s'impose comme un des sommets absolus du rock des années 90, décennie alors naissante. Et donc, comme d'un des meilleurs opus des Irlandais. Une collection de chansons mémorables (Who's Gonna Ride Your Wild Horses, Love Is Blindness, One, Zoo Station, Mysterious Ways, Acrobat...), qui recèlent pas moins de 52 fois le mot baby (dont 44 fois pour la seule Ultra Violet (Light My Way) !), en comptant la mention dans le titre de l'album. Le groupe est, comme les fans et la presse, unanime : Achtung Baby est un grand disque. Adam Clayton etThe Edge affirment que si l'album n'avait pas été une réussite, U2 n'aurait pas survécu et n'existerait donc plus (les détracteurs apprécieront et regretteront sans doute rétrospectivement que l'album n'ait pas été un bide). Larry Mullen Jr dira que dans le cas où ça aurait été leur dernier album, au moins, ils seraient partis la tête haute. Bono estime quant à lui que comme tous les grands albums, il est supérieur à la somme de ses parties. Et un non-fan de U2 comme moi (mais pas un anti-U2, juste un mec qui apprécie leur musique, mais comme ça) le dit haut et fort, fort et clair, clair de lune : Achtung Baby est indispensable à toute discothèque rock et pop/rock. Rien que pour Zoo Station et Mysterious Ways...mais l'ensemble percute à mort !

Zoo Station

Even Better Than The Real Thing

One

Until The End Of The World

Who's Gonna Ride Your Wild Horses

So Cruel

The Fly

Mysterious Ways

Tryin' To Throw Your Arms Around The World

Ultraviolet (Light My Way)

Acrobat

Love Is Blindness