dookie3

En 1994, Green Day sort Dookie. Sous sa pochette rigolote et remplie de détails (on y voit notamment une allusion à AC/DC - Angus Young - et au premier album de Black Sabbath, avec la Mona Lisa gothique de la pochette - à moins que ça ne soit tout simplement Ozzy Osbourne - et une bulle dans laquelle se trouve une bribe de parole de la chanson Black Sabbath), l'album se taillera un beau succès, grâce à une ou deux chansons devenues des classiques du groupe (Longview, Basket Case). C'est le premier album du groupe sur un label important (Reprise), et un des albums les plus réputés du mouvement skate-punk californien (The Offspring...). Album important ne signifie pas pour autant que c'est un grand disque. Honnêtement, le skate-punk, ce punk-rock décérébré et édulcoré vantant les mérites de la glande, du skate, du fun et de l'éclate entre potes n'est pas à proprement parler de la bonne grande musique. Dookie (le titre, en argot, signifie "merde", je crois - comme c'est bien vu !) est typiquement le genre d'album agréable à la première écoute, et lassant aux autres. Et le genre de musique que les ados des années 90 écoutaient, mais qu'ils n'écoutent plus désormais.

Green_Day_Event

Composé du chanteur/guitariste Billy Joe Armstrong, du bassiste Mike Dirnt et du batteur Tré Cool (surnom qui lui a été donné par un français l'ayant qualifié de très cool, dans son adolescence), Green Day a littéralement cartonné avec cet album et son avalanche de hits : When I Come Around, Longview (qui parle de branlette), Basket Case (qui aborde les crises de panique du chanteur) ou, dans une moindre mesure, Burnout et Welcome To Paradise, chansons idéales à mettre dans une comédie américaine pour teenagers du style American Pie. 15 millions d'exemplaires mondiaux pour cet album franchement embarrassant (mais Green Day n'est pas à jeter aux ordures : leur American Idiot de 2004 est franchement excellent). De quoi se demander si, vraiment, les adolescents de 1994 n'avaient pas du sable dans les esgourdes et/ou des goûts de chiottes. Bon, je le reconnais, Basket Case est pas mal du tout.

american2

Mais Emenius Sleepus (ce titre de merde !), She, Sassafras Roots, Pulling Teeth, Welcome To Paradise, j'en passe et des vertes et des pas mûres et des meilleures, l'ensemble de l'album est parsemé de riffs parfois sympathiques, mais de chansons, surtout, aussi virulentes qu'un bonbon à la fraise. Aussi dangereuses que le dernier album de BD de la série des Titeuf. Aussi violent que le dernier discours de Valéry Giscard D'Estaing. Dookie, franchement, peine à attirer l'attention, malgré une chanson franchement bonne et un ou deux riffs réussis (Longview, par exemple). Ce disque porte bien son nom et mérite le sort que l'on voit sur la pochette : se faire bombarder de poignées de merde.   

Burnout

Having A Blast

Chump

Longview

Welcome To Paradise

Pulling Teeth

Basket Case

She

Sassafras Roots

When I Come Around

Coming Clean

Emenius Sleepus

In The End

F.O.D.

All By Myself (morceau caché)